sevres

Publié le 5 Janvier 2010


Issy-les-Moulineaux - Meudon - Sèvres
Quais de Seine : c’est toujours la guerre
 

Après une année riche en manifestations et pétitions, l’enquête publique sur le projet Vallée rive gauche commence aujourd’hui. Cette enquête, prévue pendant un mois, concerne l’aménagement de la D 7 et des berges de Seine du pont de Sèvres jusqu’à la limite entre Issy-les-Moulineaux et Paris : 4,2 km qui suscitent toujours la polémique.

Jusqu’au 5 février, le public peut consulter les registres exposant le projet du conseil général*. Côté bitume, le département veut aménager cet axe important en une route à deux fois deux voies de circulation, dont le trafic serait rythmé par des feux tricolores. Sur les berges, l’opération prévoit de créer des promenades, de réaménager les rives où sont amarrées des péniches d’habitation, de tracer des pistes cyclables…

Les opposants promettent des actions

Les défenseurs de l’environnement militent quant à eux pour une 2 x 1,5 voie, afin de réduire circulation et pollution. « Outre la route et ses 18 feux tricolores, le projet du conseil général c’est du bétonnage, gronde Michel Riottot, de l’association Environnement 92. Même sur les berges, le projet est très minéral. Au revoir le caractère bucolique et intime des rives… » S’ils confessent avoir « peu d’espoir de faire fléchir le département », les associatifs ont prévu une contre-campagne d’information, avec des opérations « légales mais spectaculaires ».
« Nous allons toucher le plus de monde possible, promet Michel Riottot.
J’espère que le commissaire-enquêteur sera capable d’écouter la population.
» En face, cette mobilisation suscite surtout des soupirs d’agacement chez Hervé Marseille, vice-président du conseil général et maire de Meudon : « Tout cela coûte 200 millions d’euros. On discute depuis vingt ans, il est temps de passer à l’action ! »

* Le registre est disponible dans les mairies de Sèvres, Issy, Meudon, Boulogne, Saint-Cloud et en préfecture, à Nanterre.
www.vallee-rive-gauche.fr.


Le Parisien
5 janvier 2010

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 27 Décembre 2009

Communiqué de presse - 14 décembre 2009

Les Verts- Europe Ecologie



10 ans de mobilisation contre l’autoroute urbaine : Initié en 2000 par Charles Pasqua, président du Conseil général des Hauts-de-Seine, le projet d’élargissement de la RD7 à 4 voies entre le pont de Sèvres et le périphérique se heurte immédiatement aux défenseurs de l’environnement. Un collectif associatif se crée, activement soutenu par les Verts. Une première enquête publique en 2001 acte ce refus et un compromis, deux fois 1,5 voies, est trouvé.

 

En arrivant à la présidence du Conseil général en 2004, Nicolas Sarkozy remet tout en cause et lance une concertation préalable sur l’élargissement à 4 voies. La mobilisation, contre ce projet d’un autre âge, se renforce et la concertation est abandonnée.

 

En 2007, Patrick Devedjian, devenu président du Conseil général, tente un passage en force. Contré par les associations, il fait marche arrière et relance une concertation préalable.  Le contre projet soutenu par les associatifs, les partis de gauche et les Verts recueille 90% d’opinion favorable. Passant outre cette consultation, le Conseil général lance aujourd’hui une enquête publique sur son projet d’élargissement, elle se déroulera du 5 janvier au 5 février 2010.

 

Oui à la tranquillité, non à la 4 voies

 

Lors de l’enquête publique, Europe écologie et les Verts réaffirmeront leur opposition à l’élargissement à quatre voies de la RD7 et au bétonnage des berges de Seine.

 

-     Le « tout voiture » c’est dépassé

Le projet d’élargissement porté par le Conseil général est en contradiction avec les conclusions du Grenelle de l’Environnement.

 

-     Il faut végétaliser les berges

La Seine est un fantastique corridor naturel que les habitants veulent reconquérir.

 

-     Moins de bruit, de pollution, de nuisances

Pacifier et fluidifier la circulation automobile, favoriser les circulations douces et les transports en commun, c’est cela créer une ville durable, agréable à vivre et accueillante.

 

-     200 millions d’euros gaspillés

Nous refusons que nos impôts servent à minéraliser notre cadre de vie et à détruire notre patrimoine alors qu’il importe de préserver la biodiversité développer des l’emplois utiles. Utilisons l’argent public pour investir dans les transports en commun !

 

Catherine Candelier, conseillère régionale, conseillère municipale de Sèvres

Luc Blanchard, conseiller municipal de Sèvres

Alain Mathioudakis, Les Verts Boulogne

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 19 Décembre 2009

Le budget d’une collectivité territoriale à l’instar du budget de l’Etat est un acte politique. Voter contre un budget, c’est se situer dans l’opposition.

Le budget de la Ville de Sèvres s’établit à environ 50 millions d’euros. Onze millions en investissement, le reste en fonctionnement. Rien de particulier sur ce partage, c’est le cas de toutes les collectivités. Et un gros jeu de bonneteau, avec 10 millions prévus en trésorerie couverts par l’emprunt. de quoi gonfler artificiellement de 10 millions justement ce budget. Premier acte pas sincère ! L’organisation des débats de ce conseil municipal n’a pas manqué de nous interroger. En effet, juste après le vote du budget primitif pour 2010, on nous proposait le vote d’une décision modificative au budget 2009. La logique aurait voulu une inversion des points... Des décisions modificatives, il y en a souvent. On ajuste, on rééquilibre, parce que tout ne peut pas se dérouler comme on l’a écrit. Les modifications sont souvent techniques. Pourtant, en cette fin d’année, la décision modificative présentée consistait à reporter dans le budget 2010 une somme de plus de 1,6 million d’euros liés à la vente de terrains SNCF. Ces terrains, la ville les a acquis en 2009 avec l’idée de les revendre à un bailleur social. Nous nous sommes félicités de cette initiative lorsque nous en avons eu connaissance. Mais, bug, les transactions avec le bailleur ne déboucheront qu’en début d’année 2010 ! On a donc dès le début de l’année 2010 la prévision d’une rentrée de 1,6 million. Mais, bug encore, cette somme n’est pas inscrite au budget primitif de 2010. Lorsque nous en faisons la remarque au maire et à son adjoint aux finances, ils font semblant de ne pas comprendre la question, ou alors, ils ne comprennent vraiment pas, et là ça devient grave !!!!! Parce que tout simplement, le budget voté n’est pas en phase avec les éléments déjà connus par l’exécutif municipal. Pas sincère donc à nouveau !

Voici le texte de mon intervention :

Une première observation concernant l’organisation de nos débats de ce soir. Nous examinons le projet de budget 2010 juste avant une décision modificative au budget 2009. Cette décision modificative comporte le report pour le budget 2010 de la cession des biens SNCF ; Cette cession est estimée à 1 million 692.0000 euros. Or sauf erreur de ma part, je n’ai pas retrouvé trace de cette somme significative dans le BP 2010. Pouvez-vous nous confirmer que si elle avait été prise en compte dans les prévisions de recettes, elle aurait dû apparaître dans le chapitre 77 au titre des produits de cessions d’immobilisation ? page 25 ?

Lors des orientations budgétaires, les Verts vous avaient fait part de leurs inquiétudes sur un certain nombre de points. Ces inquiétudes ne sont malheureusement pas levées aujourd’hui avec ce budget primitif.

Côté recettes, il nous est confirmé que la dotation globale de fonctionnement en provenance de l’Etat n’augmentera que de la moitié de l’inflation et que les contributions de la CAF et du Conseil Général sont en baisse significative. Vous escomptez une progression de 4% des rentrées fiscales directes avec une augmentation des bases d’un peu plus de 2%. Le delta entre 4 et 2% - votre adjoint aux finances nous l’a expliqué en commission – pourrait être trouvé dans une nouvelle augmentation de la fiscalité locale. Les Sévriens apprécieront peut être dans quelques mois. Côté dépenses, nous poursuivons la construction de l’école Croix-Bosset et c’est encore une fois l’unique investissement – certes nécessaire – que nous engageons. L’an passé, les Verts lors du budget primitif 2009, vous avaient interpellé sur l’urgence à agir concernant la thématique de l’énergie. Vous nous aviez répondu qu’un bilan carbone était en cours sur l’ensemble de l’intercommunalité. Ce bilan est aujourd’hui connu, et nous savons tous désormais que la piscine est un véritable gouffre énergétique. Malheureusement, nous ne voyons pas dans ce budget de propositions concernant des travaux pour permettre une meilleure isolation des bâtiments communaux. Nous n’avons pas non plus eu l’occasion de remarquer l’affichage de diagnostics de performance énergétique sur ces mêmes bâtiments alors que la loi les impose.

Cette proposition de budget ne nous semble pas préparer l’avenir, c’est pourquoi nous voterons défavorablement.

Le reste de nos interventions au conseil municipal sur le site des Verts de Sèvres

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 18 Décembre 2009

Tribune à paraître dans le bulletin municipal, par Catherine Candelier, Luc Blanchard

Le 1er janvier 2010 naîtra la communauté d’agglomération Grand Paris Seine Ouest (GPSO). 7 communes, 300 000 habitants et une compétence sur tous les grands sujets qui structurent notre vie quotidienne. C’est là, désormais, que se jouera le devenir de notre territoire.

Nous avons déjà attiré l’attention des Sévrien/nes sur les risques pour la démocratie que constitue une trop faible représentation de l’opposition dans cette intercommunalité. Nos craintes étaient fondées, les Verts n’ont aucun représentant parmi les 84 conseillers communautaires. Seul une associative de Vanves, apparentée aux Verts, siègera à GPSO. Les Sévriennes et les Sévriens qui ont mandaté les Verts pour les représenter apprécieront, les écologistes des autres communes aussi !

Nous sommes écœurés par cette attitude antidémocratique de l’UMP, on ne nous fera pas taire pour autant. Nous continuerons à nous battre pour que nos projets aboutissent, pour rompre avec le modèle de développement destructeur que nous connaissons aujourd’hui, mais nous n’y arriverons pas sans vous. La seule réponse au déni de démocratie, c’est la mobilisation. Il faut prendre la parole partout où c’est possible, projet par projet.

Du 5 janvier au 5 février se déroule l’enquête publique sur l’élargissement à 4 voies de la RD7 et l’aménagement des berges de Seine, participons-y massivement. Allons écrire dans le registre d’enquête que nous avons un projet différent pour rendre vraiment la Seine aux habitants et diminuer la place de la voiture. Au conseil municipal, nous restons mobilisés, présents et actifs !

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 31 Octobre 2009

 L’UMP sévrienne dans le bulletin municipal de ce mois de novembre a choisi une nouvelle fois de cibler l’action des Verts. Je suis flattée de tant d’honneur, car alors que notre propre tribune explique qu’à nouveau l’UMP a choisi de désigner à l’interco un Modem plutôt qu’un Verts, la droite municipale nous accuse d’être des ayatollahs de l’écologie politique.
Il est effarant de constater d’ailleurs à quel point l’écologie vue de droite est assimilée à une pratique religieuse, à une croyance. Forcément, les Verts sont extrémistes lorsqu’ils alertent depuis des années sur l’état de la planète et de ses habitants.
Avec comme illustration le projet de doublement de la voie sur berge (RD7) menée par le Conseil Général, voici ce qu’écrivent nos édiles : « l’opposition entre, d’une part, les tenants du développement durable, qui, ayant foi en l’avenir et le progrès, créent les conditions d’un développement raisonné et, d’autre part, les ayatollahs de l’écologie politique qui conçoivent l’écologie comme un renoncement voire un rejet de la société, et qui, invoquant des conséquences catastrophiques, préconisent des mesures extrêmes qui suscitent en retour des réactions de refus. » Un peu plus loin, « nous sommes convaincus que l’on n’atteindra pas le développement durable par moins de croissance et moins de consommation qui n’apportent que chômage et stagnation ».
Enkystée dans sa certitude qu’une croissance du PIB entraîne automatiquement le bonheur planétaire – d’ailleurs, depuis des années, chacun a pu bien sûr constater que grâce à la croissance (mais quelle croissance ???) la pauvreté reculait un peu partout et que l’environnement se portait à merveille – la droite sévrienne s’exerce allégrement à l’aveuglement total sur l’état du monde.
Considérer que le développement durable est un but à atteindre relève d’une incompréhension profonde et dramatique de ce concept. Le développement durable est un moyen, pas un objectif. L’objectif c’est de faire en sorte que la planète et ses habitants (tous ses habitants) survivent aux crises économiques, sociales et environnementales. Continuer de « consommer » comme nous le faisons est irresponsable pour aujourd’hui et pour demain.
Pour reprendre le dossier de notre fameuse RD7 comme exemple : est-il raisonnable aujourd’hui de penser qu’un doublement de l’emprise de la voie sur berge est un projet durable ? Est-il raisonnable de penser que la voiture constitue l’avenir de notre mobilité ? Raisonnable enfin de créer une nouvelle saignée bitumée et irréversible sur le territoire ? C’est ce que la droite défend. Je me permets avec d’autres de ne pas partager ce point de vue.
Autre sujet qui fâche l’UMP : les sans-papiers. Ils jugent que notre indignation suite à la consigne donnée aux policiers de Sèvres de faire du chiffre avec les sans-papiers, « relève d’une idéologie propre à remettre en cause le contrat social et la notion de citoyenneté ». Je ne sais pas de quel « contrat social » ni de quelle « citoyenneté » il s’agit ici. S’émouvoir et s’indigner qu’à notre époque des ordres soient donnés pour que l’on arrête plus de sans-papiers que l’on n’hésitera pas à renvoyer à Kaboul sous les roquettes et la mitraille, ne me semble pas antisocial.
L’actualité offrant parfois de drôles de coïncidences, voici ce qu’écrit Nathalie Kosciusko-Morizet (fille de notre maire) dans le Monde daté du jour : « Vous souhaitez qu'on entende les prophètes, y compris les prophètes de malheur. Mais en écologie, n'y a-t-il pas un excès de prophètes de malheur ? J'essaie de les défendre. Je comprends que l'on juge leur discours catastrophiste à l'excès, déprimant, voire contre-productif. Mais les prophètes se mettent à devenir d'autant plus radicaux et d'autant plus catastrophistes que le peuple est sourd. »
Pour ce qui est des prophètes, même remarque que plus haut…pour ce qui est des sourds, je crois bien qu’à l’UMP de Sèvres, comme ailleurs, les sonotones sont nécessaires. Nathalie en as-tu sous la main ?

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 31 Octobre 2009

Communiqué de presse - 26 octobre 2009



Lors du dernier conseil d’administration d’Airparif, une note remise aux administrateurs relate la volonté de Monsieur André Santini de ne plus permettre à Airparif d'effectuer de mesures de la qualité de l’air à Issy-les-Moulineaux.

La communauté d’agglomération Arc de Seine s’est en effet manifestée pour que la station de mesure d’Airparif située square de Weiden soit purement et simplement supprimée.

Les Verts des Hauts-de-Seine sont stupéfaits de cette décision qui aura pour conséquence qu’aucune mesure de la pollution de l’air ne sera plus effectuée dans le Val de Seine. La station qui doit être supprimée est l’une des plus anciennes stations de mesure du réseau Airparif qui la décrit ainsi :

« Cette station de mesure a pour objectif de caractériser le niveau ambiant de la zone dense du Sud-Ouest de l’agglomération parisienne est un site dit de "fond" car placé à l'écart de l’influence directe des sources de pollution locales.  C'est l'une des six stations de mesure du département des Hauts- de- Seine.

Elle permet le suivi continu et permanent, quasiment en temps réel, des niveaux d’oxydes d’azote (NO-NO2), de particules PM10 et de dioxyde de soufre (SO2).

Elle est intégrée  au dispositif préfectoral d’Ile-de-France d’information et d’alerte en cas d’épisode de pollution et au calcul journalier de l’indice de qualité de l’air. Les résultats obtenus sont  immédiatement disponibles, sur le site internet de l’association. »

Pour les Verts cette suppression indique  la volonté des autorités locales de cacher à la population les résultats d’une politique scandaleuse d’augmentation de la circulation automobile dans le secteur du Val de Seine. Les projets de doublement de la voirie de la RD7 auront indéniablement pour conséquence une augmentation du trafic, et donc une augmentation des polluants et des pathologies respiratoires. Ces résultats font-ils peur au maire d’Issy-les-Moulineaux ?

Les Verts, soucieux de la santé publique et de la transparence concernant les chiffres de la pollution de l’air, demandent instamment au Préfet de Région de faire annuler cette décision. A quelques jours du sommet de Copenhague où le monde entier devra parvenir à s'entendre pour éviter un emballement climatique, la fermeture de cette station en dit long sur l'authenticité et la cohérence du discours écolo de la droite UMP et Nouveau Centre...

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 18 Octobre 2009

Nous y étions ! Avec Luc Blanchard, nous vous proposons notre petit compte-rendu ici.

A l'ordre du jour : les Verts toujours exclus de l'interco, les orientations budgétaires, le PLU de Meudon, et des voeux au destin divers....

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 3 Octobre 2009




A Sèvres, 1540 personnes ont participé à la votation citoyenne sur le statut de la Poste. C'est déjà un premier succès qui prouve que beaucoup ont envie de s'exprimer sur le sujet !

 58 pour le changement de statut
1479 contre la privatisation
Blancs ou nuls : 3

Alors, à quand un "vrai" référendum sur le devenir du service public postal ?

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 2 Octobre 2009

Tribune dans le Sévrien d'octobre 2009

La reproduction dans le Canard enchaîné, le 2 septembre, d’une note de service interne du commissariat de Sèvres, incitant ses agents à intensifier la traque aux sans-papiers, a révolté de très nombreux Sévriennes et Sévriens.

Pour tout citoyen attentif aux droits humains, cette note est un double scandale.

Elle résulte d’une politique du chiffre brutale, malsaine et dangereuse, qui brise des vies, bafoue les droits fondamentaux, porte atteinte à la dignité humaine et contribue à faire de la France un état de non-droit.

Ensuite, les statistiques sont en train de le prouver : cette politique de répression violente est un lamentable échec. Elle jette le trouble dans la société, attise le racisme ambiant - illustré récemment par le Ministre de l’Intérieur en personne - , la violence et creuse encore le fossé entre la population et sa police.

Nous ne ferons pas l’injure à nos policiers de croire qu’ils approuvent les ordres venus d’en haut et qu’ils appliquent de gaîté de cœur ces consignes. Mais on ne peut pas non plus se réfugier toujours derrière l’alibi de l’obéissance aux ordres.

Voilà le sens de la lettre, envoyée aux autorités concernées par dix associations et quatre partis politiques, dont les Verts. Elle dit notre détermination, plus ferme que jamais, de tout faire pour que disparaissent enfin certains comportements indignes. Et pour donner aux bavures actuelles toute la publicité nécessaire. Pour que nul ne puisse dire plus tard : Je ne savais pas.


Luc Blanchard - Catherine Candelier

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 28 Septembre 2009

Le “Comité national contre la privatisation de la Poste, pour un débat public et un référendum sur le service public postal” organise une consultation nationale du lundi 28 septembre au samedi 3 octobre 2009 sous forme de votation citoyenne, ouverte à tous, sur tout le territoire français.
 
A Sèvres, Il sera possible de voter les 29, 30 septembre et 1er octobre dans les quartiers (Bruyères, Cristallerie, Danton) et le samedi 3 octobre au marché, à la poste et devant les commerces. On pourra aussi voter à Ville-d’Avray le vendredi 2 octobre de 10h à 12h au marché et le samedi 3 octobre de 9h à 12h devant la poste.
Cette consultation est organisée par un comité d’associations, partis politiques, syndicats et citoyens (Collectif du 29 mai, Les Verts, NPA, PC, PG, PS, Sud-PTT, CGT).
Nous invitons tous les citoyens à venir s’exprimer sur l’avenir du service public postal.
C’est à nous de choisir !

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0