Publié le 23 Avril 2012

2O5C8812

Mes chers et chères compatriotes. Les urnes ont parlé.

Je tiens à remercier avec chaleur le million de Françaises et de Français qui m’ont apporté leur suffrage, et ce faisant ont défendu par leur vote l’écologie, l’Europe, et la république exemplaire.

Le score du Front national est une tache indélébile sur les valeurs de notre démocratie, une menace pour la république, un avertissement que chaque responsable politique doit entendre.

Je veux dire à celles et ceux qui se sont laissé abuser par le Front national, qu’ils se trompent de colère.

Je veux dénoncer les apprentis sorciers de l’identité nationale, qui à force de discours de division et de haine ont permis à l’extrême-droite de faire son plus haut score dans une élection présidentielle.

Je veux redire ce soir, que l’écologie est bien le grand défi du temps qui vient. Aucune politique ne pourra réussir sans entamer d’urgence une transition écologique basée sur la conversion de l’économie, la lutte contre le réchauffement climatique, le choix des énergies renouvelables et la protection des écosystèmes.

Chacun doit désormais prendre ses responsabilités.

J’appelle, dès à présent, toutes celles et ceux qui ont voté pour moi, et au-delà, toutes celles et ceux qui sont attachés aux valeurs de la république, à tout faire pour que notre pays sorte enfin du sarkozysme, en se rassemblant autour de la candidature de François Hollande, qui doit désormais porter toutes les couleurs de la gauche et des écologistes.

Je vous appelle à faire des 15 jours qui viennent, 15 jours de mobilisation permanente. La belle date du 1er mai doit être une symbole de justice et de fraternité contre l’extrême-droite et ses idées, marquant notre volonté de reconquête républicaine.

Par ce soutien sans ambiguïté, je veux signifier qu’il nous faut restaurer les valeurs de la république, lutter contre l’esprit de clan qui a prévalu ces cinq dernières années, redonner un souffle à notre démocratie et à nos institutions pour rétablir un lien de fierté et de confiance entre notre pays et ses représentants politiques.

Il y va de la morale républicaine : la défense de privilèges indus, l’absence de respect des règles qui fondent notre morale publique doivent d’urgence connaître un terme. Il y va surtout de l’intérêt général : notre pays doit retrouver le sens du bien commun.

Mais il ne s’agit donc pas simplement de battre un homme. Il faut qu’une société nouvelle voit le jour, porteuse d’un modèle de développement plus respectueux des êtres humains et de la planète. Dans les semaines et les années qui viennent, les écologistes continueront à agir à vos côtés en ce sens.

Nous voulons donc construire une nouvelle majorité, rassemblant la gauche et les écologistes bien au-delà du seul parti du président. Cette majorité devra être une majorité de combat.

Une majorité de combat, pour la justice d’abord : la répétition des solutions classiques n’est plus possible. Il faudra de l’imagination et de la détermination, pour ne pas retomber dans les ornières du passé et décevoir l’espoir de nos compatriotes. La justice devra être la boussole de la nouvelle majorité.

Une majorité de combat, pour l’Europe ensuite : sans une nouvelle ambition européenne, rien ne sera possible. Il faut un nouveau traité européen qui mette enfin la solidarité et l’écologie au cœur de la construction européenne. L’Europe doit redevenir un espoir pour les Françaises et les Français.

Une majorité de combat pour l’écologie enfin : la France doit sortir du nucléaire, lutter contre le dérèglement climatique, convertir son économie au développement durable et faire de la protection de l’environnement un principe de gouvernement.

La France est une belle nation, une nation citoyenne fondée sur la liberté, l’égalité et la fraternité, mises à mal par le président sortant. Faites que par votre vote du second tour, notre pays retrouve le chemin de la justice et de l’avenir.

Eva Joly

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #moi je...

Repost0

Publié le 23 Avril 2012

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 21 Avril 2012

Conseil municipal du 12 avril 2012

Nos autres interventions sont ici

 

 

Le budget primitif 2012 de la ville entraîne une hausse des impôts de 1,9% qui n’est justifiée que par le souci de la majorité municipale de se constituer une cagnotte.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je souhaitais attirer votre attention sur le fait que notre conseil municipal s’apprête à voter un budget primitif non sincère, puisque le document officiel que la majorité s’apprête à adopter indique que le budget municipal 2012 est en équilibre grâce à une hausse des taux de 1.9%. Cette hausse des taux n’a pas encore été adoptée par notre conseil municipal puisque la délibération est prévue en point numéro 3. Pour respecter l’orthodoxie budgétaire des finances publiques locales, vous auriez dû mettre au vote la hausse des taux puis le budget primitif.

Merci comme toujours aux services municipaux pour la clarté de la présentation des documents budgétaires. Je relève que l’une des questions que j’ai posée en commission finances n’a pas été résolue jusqu’à présent : il apparaît que si la subvention à l’agence de l’énergie existe, elle ne figure pas dans la liste des associations subventionnées et que notre conseil sera donc amené à individualiser cette subvention, ce qui n’est pas le cas pour le reste des associations. Je continue à trouver étrange la procédure qui nous fait verser une subvention à GPSO de 5.000 euros pour la prise en charge des bourses du conservatoire, alors que ce montant devrait à notre avis être intégré lors des débats de la CLECT et être diminué de nos attributions de compensation.

Après toutes les incertitudes que vous nous avez exposées lors du débat d’orientations budgétaires, nous voici devant une certitude : vous allez augmenter les impôts des ménages sévriens pour la troisième fois depuis le début de ce mandat. N’y voyez pas malice de ma part, je sais que cela va vous paraître désagréable, mais il nous faut quand même rappeler à nos concitoyens qu’ils ont déjà subi une hausse de 9% en 2009, de 2,4% en 2010 et cette année se sera 1,9%.

Leur rappeler aussi vos propos écrits en pleine campagne pour les municipales de 2008 : « Notre programme est fiable et cohérent car il est le résultat de choix raisonnés qui préservent la bonne santé financière de la ville. Les engagements pris pourront ainsi être tenus car ils résultent d’une vision claire des capacités de financement. »

3 augmentations des taux en 4 ans pour aboutir à un projet de budget 2012 qui nous paraît bien triste. Bien triste de constater que les dotations de l’état poursuivent d’année en année leur baisse, confirmant ainsi que le gouvernement que vous soutenez a choisi de transférer ses manques à gagner dus aux cadeaux fiscaux pour les plus riches vers les collectivités territoriales. Il nous est également bien triste de constater que ce que vous qualifiiez l’an passé de pause des investissements correspond aujourd’hui à un recul de ceux-ci. Après une baisse de 47% l’an passé, le budget investissement diminue encore de 27% Cette baisse comme l’année dernière nous interpelle, car elle ne nous paraît pas justifiée au regard des besoins d’amélioration de notre patrimoine municipal. Quant au budget de fonctionnement, son niveau ne nous rassure pas quant à la qualité de services apportée à nos concitoyens.

Nous n’interviendrons pas sur la délibération concernant la hausse des taux d’imposition, celle-ci nous semble injustifiée au regard des propositions budgétaires qui nous sont faites. Vous choisissez d’augmenter les capacités d’épargne de la commune au détriment du pouvoir d’achat des Sévriennes et des Sévriens, c’est un choix politique que nous ne partageons pas.

Nous voterons donc contre le budget et contre la hausse des impôts.

Réponse du maire : il balaie d’un revers de manche et d’une façon très cavalière ma remarque sur le fait que nous votions les dépenses avant les recettes. Pour le reste, il ne répond rien, ou à côté de la plaque (je n’ai jamais dit qu’il fallait supprimer les bourses pour le conservatoire, mais c’est ce qu’il a entendu). Bref, il fait très bien le sourd.

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0