Publié le 31 Mai 2008

Inauguration du Potager du Dauphin

Samedi 31 mai 2008

 

Monsieur le Ministre, Monsieur le Député

Messieurs les Maires, Messieurs les Conseillers Généraux,

Monsieur le Président de la Chambre des métiers et de l’artisanat des Hauts-de-Seine

Mesdames, Messieurs,

Je suis particulièrement heureuse d’être parmi vous aujourd’hui pour inaugurer l’hôtel d’activités artisanales du Potager du Dauphin.

Je souhaitais pour commencer revenir sur l’histoire de ce Potager.

Les travaux du comité des sites de Meudon nous permettent de savoir qu’en mars 1681, un marché fut commandé à un maçon clamartois, nommé Luc Blanchard, pour réaliser les murs du potager.

Cédé par Madame Louviers en 1695 à Louis 14 pour le profit de son fils, le potager du Dauphin connut une histoire mouvementée. Une bonne dizaine de propriétaires, avant que la commune de Meudon ne l’acquiert en 2002. Le risque était grand que ce site magnifique en plein cœur de Ville ne soit abandonné à quelques promoteurs immobiliers. L’action associative locale et celle de la commune, associée à la communauté d’agglomération, au département, à l’Agence régionale des Espaces Verts et à la Région Ile-de-France a permis que nous nous retrouvions aujourd’hui.

Les artisans d’art de Meudon et plus largement des Hauts-de-Seine étaient en droit de disposer d’un écrin digne de leurs réalisations. D’une vitrine de prestige pour mieux faire connaître leur savoir-faire. Pour échanger. Pour communiquer au plus grand nombre leurs passions. Leurs vocations. L’amour qu’ils ont de leur métier. C’est aujourd’hui le cas grâce à la remarquable restauration du Potager du Dauphin. Désormais, les artisans d’art de Meudon bénéficieront d’un hôtel d’activités à la mesure de leurs talents.

Au-delà de la sauvegarde de ce parc, désormais ouvert au public, ce beau projet permettait également de soutenir le tissu économique de Meudon. Ce deuxième aspect était essentiel pour nous.    

En effet, les artisans d’Ile-de-France jouent un rôle d’ambassadeurs de notre territoire. Par leur présence, ils contribuent au rayonnement de notre Région. Ils transmettent une histoire. Une tradition. Une identité. Un patrimoine culturel. Un art de vivre que beaucoup nous jalouse. Un art de vivre qui sait étroitement mêler respect de savoir-faire ancestraux, issus directement des manufactures royales (la Sévrienne que je suis, sait de quoi elle parle), et innovation, modernité et sens de la création. 

La Région Ile-de-France ne s’est donc pas trompé en acceptant de vous soutenir. C’est une juste contribution de notre part au fantastique travail que les artisans effectuent au quotidien. Je dois ajouter que la contribution de la Région aux métiers d’art ne s’arrête pas au soutien que nous avons apporté au Potager du Dauphin. La Région Ile-de-France soutient ainsi activement les métiers d’art. En participant financièrement à leurs salons, notamment au carrousel des métiers d’art et de la création qui se tiendra en décembre sous la pyramide du Louvre. Mais également en les aidant à la création de leurs entreprises. En encourageant les porteurs de projets, les jeunes créateurs, notamment dans le cadre des aides à la mobilité internationale. Nous n’oublions pas non plus la question cruciale de la transmission et de la reprise des activités en finançant directement des aides.

Les artisans le savent aussi bien que moi, la gamme des interventions de la Région Ile-de-France au service de l’emploi est très diversifiée. Nous souhaitons être à leurs côtés à chaque étape de leurs parcours professionnels. A leurs débuts. Quand ils ont le plus besoin d’aide. Quand ils commencent à gagner en confiance. Quand ils grandissent. Quand ils souhaitent recruter. Dans les moments florissants comme dans les moments plus difficiles. C’est la vocation de la Région. Epauler ses artisans. Leurs permettre de se concentrer sur le cœur de leurs métiers et non sur l’accessoire. Même si pour la mode, c’est important !

J’aimerais rester un instant sur un aspect important de la politique que la Région mène en faveur des métiers d’art et de création. C’est la formation. Le schéma régional de développement économique défini par le Conseil régional retient huit filières prioritaires dont celle des industries de la création. Parmi celles-ci, les métiers d’art figurent en première place. Parce que la transmission des savoir-faire est quelque chose d’inestimable, nous avons voulu aller plus loin que ce qui existait, en proposant de nouveaux parcours d’insertion qualifiants et en renforçant la formation continue. Cette approche globale des métiers d’art et de création permet aussi de mieux relier ces métiers avec d’autres secteurs. Pour créer de véritables synergies interprofessionnelles.

Je crois beaucoup aux méthodes transversales. Comme celles engagées dans le cadre de l’élaboration du SRDE. Parce qu’elles sont plus facilement lisibles. Plus efficaces. Auprès du grand public comme des professionnels eux-mêmes. La Région Ile-de-France peut ainsi mieux accompagner ses artisans, dans leurs actions de promotion et de valorisation. Mieux soutenir l’animation de la filière. En France comme à l’international. Mieux mobiliser les dispositifs en faveur du développement des entreprises pour les aider à affronter le marché très concurrentiel de la création. Enfin, favoriser l’innovation au plus haut par la création de pôles de compétitivité spécifiques.

J’ai évoqué tout à l’heure le patrimoine que les artisans d’art contribuent grandement à conserver et à faire connaître. Ce lieu est également symbolique, car il démontre que le patrimoine bâti historique, industriel, parfois encore bien présent dans cette ville, sous différentes formes, est tout à fait adaptable à des activités économiques. Le patrimoine bâti qui nous est transmis peut retrouver une nouvelle vie. Comme ici, il conserve sa forme originelle, mais il redevient fonctionnel, lieu d’activités ouvertes sur la cité, lieu de convivialité ouvert à toutes et tous. Il faut parfois savoir se saisir de l’existant. Je suis fière que la région Ile-de-France ait pu participer à un tel projet. Monsieur le Maire, si vous en avez d’autres de ce type, n’hésitez pas, la région sera à vos côtés pour les mener à bien !

 5000 professionnels franciliens enchantent nos vies. Désormais, il faudra ajouter le Potager du Dauphin à la liste des lieux francilien de la création. Désormais, on pourra dire : venez nombreuses et nombreux à Meudon rendre visite aux artisans ici présents. Apprécier leur créativité. La qualité de leurs réalisations. Partagez leur passion. Leur vision de la vie. Le lieu où nous nous trouvons est unique et prestigieux. Le travail des artisans de Meudon et plus largement d’Ile-de-France l’est tout autant. Merci.        


 

(photos Serge Abiteboul)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Région

Repost0

Publié le 27 Mai 2008

Communiqué de presse - 27 mai 2008


Les annonces médiatiques du Président de la République sur les transports dans notre région ne sont pas à la hauteur des enjeux. C’est en effet plus d’1 milliard qui est nécessaire pour le RER A, les 250 à 300 millions d’euros annoncés par Nicolas Sarkozy (pris sur le budget de la RATP) ne suffiront pas.

Le groupe des Verts au Conseil Régional d’Ile-de-France rappelle que l’urgence est loin de ne concerner que le RER A. Le choix présidentiel de centrer le débat sur le RER A n’est-il pas lié au développement pharaonique du quartier d’affaires de la Défense plutôt qu’à un véritable souci des usagers ?

L’urgence est à l’amélioration du quotidien de l’ensemble des usagers franciliens et à la création de nouvelles infrastructures de « banlieue à banlieue ».
Ce sont par exemple le RER B, le RER D, le RER C, l’arc Est d’Arc Express, la tangentielle ferrée Nord, la tangentielle ferrée Ouest, le décrochement du T4, le prolongement du T3 jusqu’à la porte d’Asnières.

Les élu/es Verts du Conseil Régional se félicitent de l’annonce faite aujourd’hui par le Président Jean-Paul Huchon d’un plan pour les transports en Ile-de-France de 17 milliards d’euros sur 10 ans et de la table ronde qu’il souhaite réunir avec l’ensemble des acteurs (Ville de Paris, élu/es, Présidents de Conseils Généraux, entreprises RATP, SNCF et RFF, et ministres concernés) afin que chacun prenne sa part.

Parce que la hausse du coût du pétrole est inéluctable, parce que les préoccupations environnementales sont de plus en plus prégnantes, les transports en commun sont de plus en plus fréquentés et c’est un doublement des usagers en 10 ans qui s’annonce en Ile-de-France.

Le groupe des élu/es Verts rappellent que la Région n’a pas attendu Nicolas Sarkozy pour améliorer les transports, pour preuve ses budgets en constante augmentation et l’ambition de la Région en terme de transports dans le projet de SDRIF adopté le 14 février 2007.

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Région

Repost0

Publié le 24 Mai 2008

Le Conseil régional d’Ile-de-France a décidé aujourd’hui de mandater un avocat afin de défendre ses intérêts en contestant un jugement du Tribunal administratif de Versailles. Celui-ci, en date du 6 novembre 2007, a prononcé la décharge, au profit de la société Unibail, d’une taxe pour création de bureaux. La Direction départementale de l’équipement (DDE) des Hauts-de-Seine avait procédé à la liquidation de cette taxe pour un montant de 7,173 millions d’euros, amende comprise.

La redevance pour création de locaux à usage de bureaux est normalement recouvrée par l’Etat au bénéfice de la Région. Si, lors d’une restructuration, la surface de bureaux est supérieure au terme du réaménagement, l’Etat doit émettre appel de redevance. C’est donc la démarche qu’a suivie la DDE, mais elle l’a faite hors des délais prévus par le Code de l’urbanisme.

La société Unibail Holding a acquis le CNIT (Centre national des industries et des techniques) en 1999 et a ensuite entrepris de convertir des locaux en bureau. Lors d'un contrôle, la DDE s'est aperçue d'un dépassement du permis de construire de plus de 4000 m carrés. Cette création de bureaux supplémentaire, non déclarée, aurait dû produire une redevance de plus de 7 millions d’euros, pénalités comprises, en faveur de la Région.

Cette faute de l’Etat cause donc un préjudice lourd à la Région. Hélène Lipietz, conseillère régionale (Verts) et Vice-Présidente de la commission des finances, a demandé que le Président de Région intervienne auprès du Préfet de Région pour obtenir indemnité du préjudice subi.

Catherine Candelier, conseillère régionale (Verts) des Hauts-de-Seine, rappelle en outre que, depuis la loi de finances rectificative (LFR) pour 2006, la majorité UMP a décidé de priver la Région d’une partie de ses ressources fiscales en exonérant de redevance les opérations de démolition-reconstruction de bureaux. A l’époque, il s’agissait clairement d’une nouvelle loi d’exception pour la Défense.

Le plan de renouveau de l’EPAD (Etablissement Public d’Aménagement de la Défense) prévoit, outre la construction de 300.000 m2 de nouvelles surfaces de bureaux,  la démolition-reconstruction de 150 000 m2 de bureaux. L’application de la LFR 2006 entraîne donc une perte sèche de plusieurs dizaines de millions d’euros pour la Région.



La Défense

La région veut récupérer l'argent des bureaux Olivier Debruyne

samedi 24 mai 2008 | Le Parisien

(DR.)


LES METRES CARRES de bureaux à La Défense continuent à faire parler d'eux. Le conseil régional d'Ile-de-France a décidé, jeudi, d'aller devant le Conseil d'Etat dans une affaire qui l'oppose à Unibail, propriétaire notamment du Cnit à La Défense. Unibail-Rodamco est le premier investisseur et développeur européen d'immobilier commercial, dont le patrimoine est évalué à 25 milliards d'euros.

La région reproche à ce géant de ne pas avoir payé une taxe sur la création de bureaux quand il a réaménagé le Cnit. Une taxe qui doit revenir dans les caisses du conseil régional. « Il s'agit tout de même d'une somme de 7 M€ », précise Marie-Pierre de la Gontrie, vice-présidente à la région chargée des finances.

Un oubli de quelque 4 000 m 2

C'est en 1999 qu'Unibail rachète le Cnit et entreprend une rénovation architecturale complète ainsi qu'une restructuration commerciale. Un an plus tard, lors d'un contrôle, la DDE des Hauts-de-Seine constate que 4 000 m 2 de bureaux n'avaient pas été déclarés dans le projet initial et échappent donc à la taxe. Mais ce n'est qu'en 2002, deux ans après le contrôle, que la DDE demande à Unibail de payer. « Trop tard », répond Unibail. Et le tribunal administratif de Versailles lui donne raison en novembre 2007.

La région n'entend pas en rester là. « Le ministère de l'Equipement (qui gère la DDE) a décidé de faire appel devant le Conseil d'Etat, et nous aussi », explique la vice-présidente. Pour les élus verts de la région, « c'est un hold-up sur les finances régionales. Nous demandons au président Huchon d'attaquer aussi l'Etat pour le manque de réactivité de la DDE dans cette affaire », note Catherine Candelier, conseillère régionale des Verts des Hauts-de-Seine.

Pour le conseil régional, cette affaire passe mal. « On en a un peu marre de voir que La Défense, qui devrait participer au financement des politiques régionales, cumule toujours des systèmes particuliers. » En ligne de mire, la récente décision gouvernementale d'exonérer de cette fameuse taxe sur les bureaux les opérations de démolition-reconstruction. En clair, toutes les prochaines opérations d'urbanisme à La Défense. « Le plan de renouveau du quartier d'affaires prévoit justement la démolition-reconstruction de 150 000 m 2 de bureaux, expliquent les Verts de la région. C'est une perte sèche de plusieurs dizaines de millions d'euros pour la région. »

Hier soir, la société Unibail déclarait n'avoir pas connaissance de l'appel déposé par le conseil régional et s'en étonnait. « C'est une histoire qui remonte avant l'acquisition du Cnit par Unibail, déclare un représentant de la société. C'est ce que nous avions expliqué devant le tribunal administratif, qui nous a donné raison. Pour nous, c'est une affaire classée. » Visiblement pas pour tout le monde.



Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Région

Repost0

Publié le 23 Mai 2008



Pour la seconde année consécutive, j'ai reçu les délégués des classes de 2nde (et même quelques premières) du lycée Vernant de Sèvres, dans le cadre d'une action "citoyenneté" engagée par les CPE de l'établissement.
Après midi fort sympathique, pour eux comme pour moi...
"Ouah c'est beau", dirent-ils en entrant dans l'hémicyle...
C'est vrai que c'est beau, moi, j'y suis trop habitué...!
Après avoir découvert que oui, y'a des micros, et quand on parle dedans, on est filmé sur le grand écran, j'ai fait projeter le petit film de présentation des compétences de la région. Nous avons ensuite échangé sur plusieurs thématiques : transports, lycées, clé usb, fuite dans la salle de physique, accessibilité pour les personnes handicapées, formations, affaires internationales, tick'art (et oui, on peut aller à Rock en Seine avec !).
Comme l'année dernière, ce fut un vrai plaisir d'expliquer, de répondre - parfois en disant que je ne savais pas...
je leur ai promis ces photos sur mon blog :

   
et bon vent à Mme Hadjab, l'une des CPE, qui quitte le lycée pour d'autres cieux

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 22 Mai 2008

Communiqué de presse - 22 mai 2008

La commission permanente du Conseil régional a approuvé aujourd'hui le co-financement de plusieurs projets en faveur du transport fluvial, pour un montant total de 2 004 050 euros.

Un premier rapport concerne l'aménagement et la modernisation des voies navigables. Une subvention de 204 050 euros a été attribuée pour la création d'une escale pour bateaux (Voguéo et Batobus) à La gare d'Austerlitz.

Un second rapport sur l'aménagement et la modernisation des voies navigables a affecté 1 800 000 euros pour : • la reconstruction du barrage de Meaux • la reconstruction du barrage de Vive-Eaux • la réfection de la digue de Croissy-sur-Seine.

Catherine Candelier, conseillère régionale Verte et vice-présidente du Port Autonome de Paris, se félicite de ces projets, qui correspondent en tous points aux dossiers que les Verts aimeraient pouvoir subventionner plus souvent. Ils s'inscrivent dans les objectifs que portent les Verts, à savoir la réduction du trafic routier et des nuisances qu'il implique : gaz à effet de serre, bruit, pollution.

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Région

Repost0

Publié le 22 Mai 2008



"Le rucher de la Région", c'est le nom choisi par le personnel du Conseil Régional pour la production des ruches installées dans l'enceinte de l'institution. Et en plus, il est bon...
Une grande partie de la récolte va être remise à des associations.

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Région

Repost0

Publié le 21 Mai 2008

Voilà, voilà !!!!
Le lycée Jean-Pierre Vernant est désormais raccordé au réseau EDF. Nous avons finalement trouvé une solution plus rapide pour changer le transformateur qui avait eu le bon goût de lacher le 8 mai.
Les réactions sur mon blog et ailleurs ont démontré en tout cas que rien n'est jamais simple dans l'urgence, qu'il est difficile d'expliquer qu'une situation inédite peut entraîner des nuisances.
En tout état de cause, les agents de la région et ceux du lycée ont beaucoup oeuvré pour qu'un nouveau transfo soit installé le plus rapidement possible, qu'ils en soient remerciés.
Le calme habituel va revenir en haut des 144 marches.
Plus de bruit de groupe électrogène, plus d'aboiements de Médor qui gardait avec beaucoup de coeur l'installation.

Ce matin, le Parisien relatait une récente étude de RTE (l'organisme public, filiale d'EDF, chargé de transporter l'électricité). L'an passé l'Ile-de-France a eu besoin de 67 milliards de KWh. (oui, 67 milliards...). La demande ne cesse de progresser dans notre région, bien plus qu'ailleurs. Et nous ne produisons que 10% de ce que nous consommons...
La tempête de 99 avait mis en exergue déjà la dépendance énergétique dont nous souffrons, une ligne THT qui tombe par terre, ce sont des milliers de familles sans énergie.
Rien dans l'article évidemment sur le fait qu'on pourrait promouvoir les économies d'énergie...
Rien évidemment sur les énergies renouvelables...
Quand est-ce qu'on l'installe l'éolienne sur le parking du lycée ???

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 20 Mai 2008

 

Paris, le 20 mai 2008


 
 
COMMUNIQUE

 
Récolte de miel dans les jardins
du Conseil régional : une première !


 
Une première récolte de miel est organisée mercredi matin dans les jardins du Conseil régional. Le groupe Verts à la Région Ile-de-France, à l'initiative de l'installation de ruches dans les locaux de l'assemblée, se réjouit de cette première récolte qui semble prometteuse.
En septembre dernier, les Verts ont alerté les élus régionaux en séance plénière sur la disparition massive des abeilles, en Ile-de-France comme ailleurs, et avaient notamment proposé l'installation de ruches sur les immeubles de la Région et devant les locaux du groupe Verts.
Les élus s'étaient, pour l'occasion, habillés en jaune et noir, couleurs de l'abeille, et avaient distribué des pots de miel du Gâtinais.
Aujourd'hui, les abeilles connaissent une espérance de vie plus longue et une meilleure production dans les centres urbains, loin des pesticides. C'est la raison pour laquelle les Verts avaient demandé que cette « sentinelle de l'environnement » soit symboliquement introduite au sein de l'institution.


 

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Région

Repost0

Publié le 18 Mai 2008

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #moi je...

Repost0

Publié le 14 Mai 2008

communiqué du 13 mai 2008

Les Verts des Hauts-de-Seine démentent être hostiles ou opposés au tramway, comme l'article du Parisien du 3 mai le résume un peu trop rapidement ("À clamart, les tronçonneuses ouvrent la voie au T8").
 
Les Verts des Hauts-de-Seine rappellent sans ambiguïté que le développement des transports en commun fait partie de leurs objectifs fondamentaux, et que le tramway T8 est une solution ardemment attendue depuis la fin des années 60 par les habitants de Malakoff, Montrouge, Châtillon, Fontenay-aux-Roses, Clamart, Meudon et le Plessis Robinson (dans le département des Hauts-de-Seine), Vélizy-Villacoublay et Viroflay (dans le département des Yvelines). La ligne de tramway T8 améliorera considérablement les déplacements dans cette zone et permettra de maîtriser l'utilisation automobile.
 
Les Verts de la région Île-de-France et du conseil général des Hauts-de-Seine assument le projet tramway sans état d'âme. Ils l'ont voté et ont contribué à son élaboration et à son amélioration.
 
Tout projet est perfectible et celui du T8 n'échappe pas à la règle. Les Verts du 92 sont parfaitement conscients de certains défauts ou interrogations concernant ce projet et des inconvénients tels la coupe de beaux arbres sur le tracé du T8. Des demandes ont été déposées auprès des instances compétentes (afin d'assurer la fiabilité du rail central notamment). Compte tenu du coût élevé du T8, les Verts plaident aussi pour la diversification des solutions de transports en commun à l'avenir (bus en site propre).

Néanmoins, ces défauts ne motivent pas une remise à zéro du dossier, qui doit avancer au plus vite maintenant pour faire le plein des avantages attendus.


Frédéric Puzin 
Secrétaire départemental des Verts des Hauts-de-Seine

Catherine Candelier
Conseillère régionale IdF, commission transports

Vincent Gazeilles
Conseiller général 92

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Région

Repost0