moi je...

Publié le 18 Mai 2012

Le Parisien 92

17 mai 2012

Dans un département massivement converti au vote électronique (11 villes sur 36 l’utilisent), les partisans du bulletin papier ne baissent pas les bras.

Opacité, impossibilité de recompter les voix… Les arguments sont nombreux pour les détracteurs des machines à voter, qui ne cessent de créer la polémique. Après l’élection présidentielle, la grogne vient des membres d’Europe Ecologie-les Verts (EELV) de Sèvres, qui affirment avoir relevé « des anomalies dans plusieurs bureaux », au cours du scrutin.
« Dans notre ville, on a constaté entre 1 et 5 votes d’écart entre les listes d’émargement et le nombre de votes comptabilisés par les machines, dans les deux sens », rapporte Catherine Candelier, conseillère municipale à Sèvres et candidate EELV aux législatives dans la circonscription.

Pourtant, au lendemain de ces deux tours, la préfecture des Hauts-de-Seine n’a pas reçu plus de réclamations de la part des communes utilisant le vote électronique que de celles restées à la méthode traditionnelle. Un constat rassurant, d’autant que le département est précurseur en matière de vote électronique, puisque plus d’un tiers des électeurs (près de 310000) se sont convertis aux machines, dans pas moins de 11 villes (Antony, Bois-Colombes, Boulogne-Billancourt, Châtenay-Malabry, Courbevoie, Garches, Issy-les-Moulineaux, Sèvres, Suresnes, Vaucresson et Ville-d’Avray).

Si la volonté de revenir au vote papier n’est pas nouvelle — depuis 2007, le parti local, à Sèvres, le réclame — Catherine Candelier a pu se rendre compte par elle-même des dysfonctionnements engendrés par l’électronique, alors qu’elle tenait un bureau de vote lors du second tour. « J’ai fait très attention, mais au bout du compte il y a quand même eu un écart d’un vote. C’est inquiétant », s’alarme la candidate. Rappelant qu’à Boulogne, en 2008, « un candidat écologiste aux municipales a été éliminé car il lui manquait 0,6%, soit une voix ». Nid de la contestation, Boulogne a même accueilli un référendum le 6 mai dernier, organisé par un collectif de militants, d’associatifs et d’élus verts pour demander à la population si elle est favorable au retour du vote papier. Sur les 165 personnes qui ont donné leur avis, 88,9% souhaitaient un retour au vote traditionnel.

Pourquoi Colombes et Chaville sont revenues au bulletin

En 2007, le département comptait treize communes utilisant des machines à voter. Cinq ans plus tard, elles ne sont plus que onze. Les élections municipales de 2008 sont passées par là, et Colombes et Chaville sont revenues au vote papier. Dans la première commune, le dispositif avait été mis en place par la précédente municipalité (UMP).
Philippe Sarre, le nouveau maire PS, avait décidé d’y renoncer dans un souci de fiabilité. « Trop d’erreurs incompréhensibles étaient constatées, assure l’élu. Même s’il y en a 5, 6 par bureau, au total, cela fait plus de 200, c’était inconcevable. » Et même si la mairie y a perdu financièrement — elle avait acheté les machines —, le premier élu tient avant tout à « l’exactitude du déroulement électoral ». Il faut croire que la méthode du vote dépasse les opinions politiques : Jean-Jacques Guillet, maire UMP de Chaville, est lui aussi revenu sur le vote électronique lors de son élection en 2008. Les machines, l’élu a pu les revendre à d’autres communes. « Personnellement, je pars du principe que les machines sont fiables, mais il y a eu quelques contestations, et donc il était préférable de les retirer », commente l’intéressé, rappelant l’importance symbolique du geste citoyen de glisser son enveloppe dans l’urne. « Rien ne dit qu’à l’avenir l’évolution n’ira pas dans le sens électronique mais, pour le moment, les citoyens n’ont pas encore cette maturité. »

 

http://www.sevres.lesverts.fr/IMG/pdf/Flash.pdf

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #moi je...

Repost0

Publié le 14 Mai 2012

Scène hallucinante ce matin en préfecture des Hauts-de-Seine :

Alors qu'une quinzaine de candidats aux législatives patientent pour pouvoir être appelés à déposer leur dossier de candidature, M. Devedjian, candidat sortant sur la 13ème circonscription, arrive à l'accueil.

Comme chacun d'entre nous, il doit présenter sa pièce d'identité à la fonctionnaire stagiaire et cela doit déjà passablement l'énerver. Lorsque la même fonctionnaire lui tend le petit carton comportant son numéro de file d'attente, il lui demande combien de temps cela prendra. La fonctionnaire répond : environ une heure.

Le candidat sortant empoche son carton et au lieu de venir patienter avec tous ses petits camarades candidats, le voilà qui ressort de la préfecture.

Quelques minutes plus tard, arrive une autre fonctionnaire qui appelle un seul numéro. Nous nous regardons tous, un peu surpris puisque nous avons tous un numéro inférieur à celui appelé. Et c'est là que ça fait tilt !

Cinq minutes plus tard, notre fringant sortant de la treizième revient et, accompagné de deux fonctionnaires préfectoraux, passe devant le nez de l'ensemble des autres candidats !

On ne sait ce qu'il se passe dans ces moments là, on se dit tout simplement que la préfecture des Hauts-de-Seine est décidement une maison bien mal tenue, où il suffit qu'une personnalité prenne son téléphone pour rompre l'égalité de traitement républicaine.

Bref, sortons les sortants et leurs anciens valets !

Pas d'hésitation : les 10 et 17 juin prochains, dans la treizième il faut voter Fabien Feuillade, candidat EELV, et si vous habitez dans la 8ème, vous savez pour qui j'aimerais que vous votiez.

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #moi je...

Repost0

Publié le 23 Avril 2012

2O5C8812

Mes chers et chères compatriotes. Les urnes ont parlé.

Je tiens à remercier avec chaleur le million de Françaises et de Français qui m’ont apporté leur suffrage, et ce faisant ont défendu par leur vote l’écologie, l’Europe, et la république exemplaire.

Le score du Front national est une tache indélébile sur les valeurs de notre démocratie, une menace pour la république, un avertissement que chaque responsable politique doit entendre.

Je veux dire à celles et ceux qui se sont laissé abuser par le Front national, qu’ils se trompent de colère.

Je veux dénoncer les apprentis sorciers de l’identité nationale, qui à force de discours de division et de haine ont permis à l’extrême-droite de faire son plus haut score dans une élection présidentielle.

Je veux redire ce soir, que l’écologie est bien le grand défi du temps qui vient. Aucune politique ne pourra réussir sans entamer d’urgence une transition écologique basée sur la conversion de l’économie, la lutte contre le réchauffement climatique, le choix des énergies renouvelables et la protection des écosystèmes.

Chacun doit désormais prendre ses responsabilités.

J’appelle, dès à présent, toutes celles et ceux qui ont voté pour moi, et au-delà, toutes celles et ceux qui sont attachés aux valeurs de la république, à tout faire pour que notre pays sorte enfin du sarkozysme, en se rassemblant autour de la candidature de François Hollande, qui doit désormais porter toutes les couleurs de la gauche et des écologistes.

Je vous appelle à faire des 15 jours qui viennent, 15 jours de mobilisation permanente. La belle date du 1er mai doit être une symbole de justice et de fraternité contre l’extrême-droite et ses idées, marquant notre volonté de reconquête républicaine.

Par ce soutien sans ambiguïté, je veux signifier qu’il nous faut restaurer les valeurs de la république, lutter contre l’esprit de clan qui a prévalu ces cinq dernières années, redonner un souffle à notre démocratie et à nos institutions pour rétablir un lien de fierté et de confiance entre notre pays et ses représentants politiques.

Il y va de la morale républicaine : la défense de privilèges indus, l’absence de respect des règles qui fondent notre morale publique doivent d’urgence connaître un terme. Il y va surtout de l’intérêt général : notre pays doit retrouver le sens du bien commun.

Mais il ne s’agit donc pas simplement de battre un homme. Il faut qu’une société nouvelle voit le jour, porteuse d’un modèle de développement plus respectueux des êtres humains et de la planète. Dans les semaines et les années qui viennent, les écologistes continueront à agir à vos côtés en ce sens.

Nous voulons donc construire une nouvelle majorité, rassemblant la gauche et les écologistes bien au-delà du seul parti du président. Cette majorité devra être une majorité de combat.

Une majorité de combat, pour la justice d’abord : la répétition des solutions classiques n’est plus possible. Il faudra de l’imagination et de la détermination, pour ne pas retomber dans les ornières du passé et décevoir l’espoir de nos compatriotes. La justice devra être la boussole de la nouvelle majorité.

Une majorité de combat, pour l’Europe ensuite : sans une nouvelle ambition européenne, rien ne sera possible. Il faut un nouveau traité européen qui mette enfin la solidarité et l’écologie au cœur de la construction européenne. L’Europe doit redevenir un espoir pour les Françaises et les Français.

Une majorité de combat pour l’écologie enfin : la France doit sortir du nucléaire, lutter contre le dérèglement climatique, convertir son économie au développement durable et faire de la protection de l’environnement un principe de gouvernement.

La France est une belle nation, une nation citoyenne fondée sur la liberté, l’égalité et la fraternité, mises à mal par le président sortant. Faites que par votre vote du second tour, notre pays retrouve le chemin de la justice et de l’avenir.

Eva Joly

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #moi je...

Repost0

Publié le 28 Février 2012

Faites comme moi !

 

Une pétition à signer (http://www.mobilisationlogement2012.com/je-signe-la-petition)

affiche_mobilisation_jeune_homme.jpg

Exigeons des candidats qu'ils s'engagent à :

Chiffre 1

Produire suffisamment de logements accessibles

  • Programmer 500 000 logements par an, pendant 5 ans, dont 150 000 logements vraiment sociaux.
  • Imposer des contreparties sociales aux aides publiques.
  • Lutter contre la vacance injustifiée des logements.
  • Libérer des terrains à bâtir à un prix raisonnable.

Chiffre 2

Réguler les marchés et maîtriser le coût du logement

  • Encadrer les loyers.
  • Réguler les prix de l’immobilier.
  • Revaloriser les aides personnelles au logement.
  • Lutter contre la précarité énergétique.
Chiffre 3

Moins d’injustice et plus de solidarité

  • Intervenir massivement contre l’habitat indigne.
  • Enrayer les impayés de loyer et prévenir les expulsions locatives.
  • Donner une priorité absolue à l’accès au logement des personnes en difficulté.
  • Offrir des solutions dignes d’hébergement et d’accompagnement aux personnes les plus défavorisées.
Chiffre 4

Construire une ville équitable et durable : un impératif pour vivre ensemble

  • Renforcer les obligations de la “loi SRU” en imposant 25 % de logements sociaux.
  • Instaurer des “secteurs de mixité urbaine et sociale”.
  • Sécuriser l’accession à la propriété et recentrer les aides sur les classes modestes et moyennes.
  • Corriger les inégalités entre territoires et mener une politique de la ville ambitieuse.

 

 

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #moi je...

Repost0

Publié le 3 Février 2012

Petit hommage (mérité !) d'Eva Joly à l'action des élu/es locaux et un petit point sur sa campagne.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #moi je...

Repost0

Publié le 2 Janvier 2012

Vidéo prise dans le bus n°100 de Kyoto (bus de ligne spécial touristes).

Du japonais pour commencer, de l'anglais, du chinois et encore du japonais pour finir.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #moi je...

Repost0

Publié le 30 Décembre 2011

Ce matin, réveil tôt, pour partir à Nara. A nouveau le bus 100 et la gare de Kyoto. Nous empruntons un limited express (et on paie le supplément pour...) qui nous conduit à Nara en 40 minutes dans un confort inégalé.

 

Nara nous accueille avec son gigantesque parc et ses centaines de daims en liberté. C'est assez surprenant, mais les bêtes sont présentes un peu partout et suivent le touriste habituées qu'elles sont à ce que celui-ci leur fournisse des galettes vendues exprés.

 

aP1100760.JPG

 

Les daims sont très demandeurs en fait et font peur aux enfants qui pleurent beaucoup. On se dit qu'aller à Nara ce doit être une grande menace pour les enfants pas sages....

Mais, au bout d'un moment, on s'habitue à la présence des animaux et on comprend qu'il suffit de ne rien avoir à manger dans les mains pour être tranquille.

 

Il y a beaucoup de choses à voir à Nara, mais nous sommes en pleines vacances de fin d'année, aussi, nous n'irons pas visiter le musée national.

 

Par contre, nous nous rendons au temple Toddai Ji, le plus important temple bouddhique du Japon, fondé en 752. On y trouve un gigantesque bouddha, très impressionnant.

 

aP1100816.JPG

 

aP1100862.JPG

 

Nara est aussi une très charmante ville qu'il ne faut pas hésiter à visiter en flânant.

 

aP1100865.JPG

 

Et c'est enfin à Nara que nous assistons au battage de la friandise de fin d'année (voir article précédent concernant le kloug national).

 

Nous rentrons à Kyoto par un train normal, et nous passons une soirée Karaoké très sympathique en compagnie des collègues de mon père.

 

 

D'autres photos : https://plus.google.com/u/0/photos/113193842475826389343/albums/5691935080568259489

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #moi je...

Repost0

Publié le 29 Décembre 2011

Nous prenons le bus n°100, spécial touristes puisqu'il cause anglais et chinois en expliquant presque tout à chaque arrêt, pour aller à la gare centrale de Kyoto. Puis nous prenons un train pour Uji qui s'arrête dans toutes les stations de la banlieue de Kyoto, ce qui permet de prendre le pouls de la périphérie et de traverser quelques rizières.

 

Uji est célèbre pour deux choses : le temple Byodoin, construit en 1053, et qui figure sur les pièces de 10 yens; et le thé, qui est semble-t-il le meilleur du Japon.

 

aP1100690

 

Nous faisons une agréable promenade en bord de rivière que nous traversons au retour en empruntant l'un des plus vieux ponts du Japon. On explique très souvent au touriste que les ponts, les temples ont été maintes fois ravagés par les incendies, les guerres, les tremblements de terre. Mais toujours reconstruits !

 

On fait une pause thé, dans une petite maison. Cela nous permet de goûter à différents breuvages que nous avons un peu de mal à identifier, il est vrai.

 

aP1100723

 

 

Nous revenons vers l'agitation de Kyoto, pas mécontents du tout de cette pause banlieusarde. Nous passons chez la fleuriste d'à côté, car nous sommes invités à dîner ce soir. Toute la boutique se met à notre service pour composer le bouquet, avec une extrême gentillesse et un réel souci que celui-ci soit réussi.

 

aP1100751

 

d'autres photos encore : https://plus.google.com/u/0/photos/113193842475826389343/albums/5691551416871706577

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #moi je...

Repost0

Publié le 28 Décembre 2011

Enfin la température remonte, à moins que nous nous habituions à la froidure ???

 

Toujours sur les vélos, nous allons admirer le jardin du temple Tenjuan, évidemment zen ! Nous sommes seuls ou quasi. Il faut dire qu'à part quelques endroits, ce n'est pas vraiment la saison haute du tourisme. Bien sûr, au printemps, la végétation doit être extraordinaire, mais même en hiver nous trouvons des paysages magnifiques.

 

 

aP1100589.JPG

 

 

Nous traversons par la suite le jardin du palais impérial, complétement désert. Les sites impériaux nécessitent une autorisation de visite, certains sont interdits au moins de 20 ans....et en plus, c'est le début des vacances de fin d'année ici, donc nous ne verrons rien des palais, cachés derrière de hauts murs.

 

aP1100616.JPG

 

Nous rejoignons un collègue de mon père et déjeunons dans l'un des restos U. Rien à voir avec les nôtres, nous y mangeons excellement et pour pas cher du tout.

Puis nous prenons le métro et un train pour nous rendre au temple Daikaku ji. Le métro fête ses trente ans, Tout est évidemment super clean, les stations sont annoncées en japonais et en anglais, et nous n'avons aucune difficulté à nous orienter, à part pour acheter les tickets la première fois....mais on y arrive !

 

aP1100623.JPG

 

 

Le temple Daikaku Ji est situé au Nord Ouest de la ville, il faut donc pas mal de temps pour s'y rendre, mais la visite vaut le détour.

 

aP1100665.JPG

 

 

Nous rentrons un peu fatigués, en faisant un arrêt café et un arrêt courses (c'est toujours l'aventure pour savoir ce que l'on va manger !)

 

Complément photographique là : https://picasaweb.google.com/113193842475826389343/20111228102946

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #moi je...

Repost0

Publié le 27 Décembre 2011

Ce matin, il fait toujours froid, mais au moins pas de pluie ni de neige.

 

Nous visitons le musée municipal d'art contemporain avec quelques jolies toiles. Mais la muséographie fait un peu défaut et le musée semble un peu abandonné.

Quoiqu'il en soit nous enchaînons avec le handycraft center qui recèle moults merveilles artisanales comme son nom l'indique. Une bonne adresse pour vous ramener des éventails par exemple, mais ne soyez pas trop nombreux à en commander quand même.

 

Nous déjeunons dans un restau de quartier, loin des touristes, à la japonaise, assis en tailleur. Et nous mangeons fort bien, même si nous ne sommes pas sûrs de l'exact contenu de nos différents bols. Mais ce ne serait pas drôle si on était au courant de tout !

 

Nous filons vers le sud de la ville à la recherche du musée des locomotives, que nous finissons par trouver. Il s'agit d'une ancienne gare que les Japonais ont eu la bonne idée de conserver.

  aP1100540

 

Comme il n'est pas trop tard encore, nous nous rendons au temple Kiomizu. Et nous faisons bien, car juste à la tombée de la nuit, les couleurs et le paysage sont merveilleux. Une partie est consacrée à des petits stands qui vendent tout un tas de porte bonheurs. La religion ça rapporte (diable ! aurais-je pêché en disant cela ?).

aP1100542

 

aP1100580

Détour par notre habituel superette de quartier pour le repas du soir (ce soir, si tout va bien et si on n'a pas confondu le paquet de farine avec autre chose ce sera crêpes !). Je photographie notre dernière expérience alimentaire : contrairement à ce que l'idiot de Français peut penser en voyant ces boîtes, il ne s'agit pas de caramel, mais semble-t-il de préparation pour la soupe. C'est terriblement surprenant lorsque l'on ne s'y attend pas...

 

aP1100587

 

 

  On va là pour voir d'autres photos : https://picasaweb.google.com/113193842475826389343/20111227104131

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #moi je...

Repost0