Publié le 30 Juillet 2009

Ecriture dans le bus entre Toronto et Kingston, l’autoroute défile au milieu de paysages verdoyants, des sapins, des forêts.

 

Plein d’heures d’avion, deux films genre Al Gore avec des animaux et un Disney, escale à Québec avant d’atterrir à Toronto en fin d’après midi. Il fait chaud. On fait connaissance avec Thérèse la guide québécoise et Guy le chauffeur du bus. On est 19 dans un engin qui peut en  contenir 56.

Première clope sur le continent nord américain avant de partir pour Niagara Falls. On s’arrête dans Niagara city pour dîner, même si on n’a pas arrêté de manger toute la journée dans l’avion. J’ai fait une seule chuppachup dans l’avion. Zen, très zen.

On apprend qu’on déjeune, dîne et soupe. Va falloir s’y faire.

Steak frites vegetables. De quoi se caler l’estomac aux alentours de 2 heures du mat.

Avec le Canada, on gagne un quart de journée grâce au décalage horaire. Il faut donc se faire une nuit blanche pour se mettre dans le bon tempo.

Ballade à pieds face aux chutes du Niagara illuminées. On ne se rend pas bien compte dans le noir…

Les rues de Niagara, en fait petit bled, pleines de lumières d’enseignes clignotantes.

L’hôtel. Je passe quelques minutes à trouver comment on allume les lampes (faut tournicoter l’interrupteur) et encore quelques uns pour l’ouverture du robinet.

Je choppe une connexion internet de l’hôtel d’en face qui a la bonne idée d’être open. Le monde ne s’est pas arrêté de tourner er je peste sur la centaine de mails qui encombrent ma boîte….Poubelle !

Un peu de mal à trouver le sommeil, comme après une nuit blanche. Je garde ma montre à l’heure française et mon téléphone à l’heure canadienne.

Réveil à 6 h 45, oui c’est tôt.

Le petit déj prévu « américain » est un petit déj plutôt français.

J’ai, c’est vrai, un peu hésité à prendre l’option survol en hélico des chutes. Mon empreinte écolo ne s’aggravera pas cette fois ci. Le temps est couvert, ça ne vaut pas le coup de dépenser plus de 100 dollars pour 9 minutes dans les nuages.

On fait la visite des chutes en bateau. Très impressionnant. Je me mets à l’avant pour faire comme Céline Dion. Malgré le poncho en plastique bleu fourni, je suis un peu mouillée en sortant du bateau. Je prends des risques en photographiant…mais l’appareil tient bon.

On se dirige vers le point de rendez vous avec le bus et là on attend…

Thérèse nous arrive dans une voiture de police. Bon….En fait notre bus a été « choisi » pour passer un contrôle technique. Les flics du coin un peu désemparés, ont trouvé de quoi s’occuper.

En attendant que notre bus soit déclaré apte à repartir, on se prend donc presque deux heures à traîner dans Niagara Falls. Paradis du jeu pour tous, y compris et peut être surtout pour les gamins qui comme les grands ont le droit de jouer sur tout un tas de machines d’un excellent goût.

On retrouve notre bus en bonne forme. Et on part pour Toronto. Route verte pour débuter. Avec des jolies vignes, des jolies maisons. Et une vue sympa sur le lac Ontario.

Juste en face les States – les ennemis qui ont voulu vers 1810 s’emparer du territoire canadien.

On se prend une super averse sur la route.

Arrivée à Toronto, temps nuageux, tour de ville dans quelques embouteillages. Jolie marina. Ballade à pied dans le quartier d’affaires. Des tours, des tours.

Justement, la tour CN, la plus haute tour du monde avec ses plus de 500 mètres. La Tour Eiffel à côté c’est un nain.

Bon, je frissonne cinq secondes sur le plancher de verre à 300 mètres de hauteur. Pas ma tasse de thé/

Hôtel, douzième étage d’une tour qui en compte 25. Cette fois ci je sais allumer les lampes. La connexion internet rame grave en fin de soirée, mais j’ai réussi à piger au téléphone le code donné en anglais (they don’t speak french).

Douche bienvenue et là je teste les six possibilités massantes.

Rencontre avec des gens en maillot de bain dans l’ascenceur, pas le temps d’aller à la piscine….

Je déambule, me fais une dérive urbaine (souvenir de la fac !). j’abandonne les guides. Je tombe sur un quartier super joli, avec des maisons de rêve.

Je marche pas mal à la recherche d’un resto. Je voudrais une terrasse pas trop chère. Je laisse tomber et finis dans un chinois, dans le quartier chinois. Je me retrouve à une grande table que je partage avec un autochtone qui passe sa vie sur son téléphone.

Pour commander, je me félicite d’avoir éviter de sécher le cours « chicken » au collège. Ce sera donc chicken vegetable thé riz.

Je m’en retourne et choppe la première station de métro venue. Désemparement et perplexitude devant la machine à ticket. J’ai mis la somme exacte et la machine me rend une piécette, et rien d’autre. Je me gratte un peu la tête…mais il est où le ticket ?

Et puis, je finis par comprendre que le ticket c’est la piécette ridicule.

La ligne de métro est en U, et je me paie un quart de tour de ville sous terre.

Je retrouve mon lit, légèrement fatiguée quand même.

Réveil à 6 h 45, oui c’est tôt.

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #moi je...

Repost0

Publié le 30 Juillet 2009

Chez les cousins Canadiens, y’a des choses pas pareilles. (Il est utile de prononcer avec l’accent.)

Voici quelques exemples significatifs :

Les robinets : ne s’ouvrent pas pareil, faut réfléchir et tester plusieurs fois avant que ça marche.

Les voitures : c’est des 4X4


 















Les camions : c’est des trucks


















Les tickets de métro : à Toronto, au risque de rester imbécile pendant 3 minutes devant la machine qui vous rend une petite pièce de monnaie, il faut savoir que c’est la petite pièce qui fait office de ticket.

 Les poubelles sur la voie publique : ils trient, même dans le métro, sauf en cas de strike à Toronto

Les chutes d’eau : elles sont pas pareilles du tout, elles mouillent et sont très grandes



Les villes : elles sont issues de Simcity.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’argent : compter en dollars, les euros ne servent à rien

 

Ici on déjeune, dîne et soupe

 

La clim : partout, tout le temps, quelque soit la température. Conseil : la couper en entrant dans la chambre d’hôtel sous peine de finir la nuit en rêvant qu’on est dans un igloo

 

La connexion internet : ce soir ça rame sec, donc pas de photos…promis, demain j’en mets pour illustrer en espérant qu’à Ottawa ça rame moins.

Yeah....bonne connexion à Ottawa : les photos !

 

Qu'est-ce qu'est pas pareil 2 :

 

Distributrice : on y avait pas pensé, mais c'est vrai que les distributeurs (de tout...d'argent aussi) ne sont que des machines à distribuer, donc distributrices

 

Les plaques d'immatriculation : je n'ai pas encore tout compris, mais il me semble que la plaque avant ne soit pas indispensable, et qu'on puisse y écrire ce qu'on veut.

 

Les feux rouges : ils sont situés de l'autre côté du carrefour, on s'arrête donc bien avant.

 

Jaser : quand on jase, on bavarde tout simplement.

 

C'est correc' : ben ça va, ça roule, c'est juste

 

Les prises électriques : c'est du 110, avec l'adaptateur qui va bien, nos machines européennes fonctionnent parfaitement (la preuve !)

 

Les prix : ils sont affichés hors taxes. S'y rajoutent une taxe fédérale et une taxe qui diffère selon la province. Un peu compliqué, j'ose à peine émettre l'idée qu'il serait plus simple d'afficher du TTC...

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #moi je...

Repost0

Publié le 27 Juillet 2009

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #moi je...

Repost0

Publié le 19 Juillet 2009

Une belle fête en perspective le samedi 26 septembre de 16 à 23 heures à Brimborion, à l'initiative d'associations sévriennes (SUM, Enfants Animateurs, l'Asti, Couleurs de Monde, les Portugais de Sèvres).

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 16 Juillet 2009

Communiqué de presse - 15 juillet 2009

Lycée neuf de Boulogne-Billancourt : objectif ‘zéro énergie’

Lors de la Commission permanente du 9 juillet dernier, le Conseil régional a voté une subvention pour la construction d’un nouveau lycée « zéro énergie » à Boulogne- Billancourt.  Ce futur lycée, d’enseignement général et technologique, est destiné à accueillir 800 élèves dans 21 divisions.

 

Situé à l’intersection de la rue de Meudon et de la «nouvelle traverse» Jules Guesde, le lycée s’intégrera au cœur d’une zone dense d’habitats collectifs et d’équipements.

 

L’opération sera menée dans le cadre de la Qualité Environnementale avec un objectif «zéro énergie» visant un bilan neutre entre consommation et production énergétique.

 

Catherine Candelier, conseillère régionale Verte, se félicite de cette délibération, qui profitera aux lycéennes, lycéens, personnel enseignant et à l’environnement. Les lycées « Zéro énergie » devront, progressivement, devenir la norme et servir de modèle pour le patrimoine des lycées de la région.

 

Le montant total des opérations est estimé à 39 millions d’euros.

 

 

Restructuration du lycée des côtes de Villebon à Meudon

Ce lycée professionnel accueille 780 élèves dans 35 divisions. Il dispense des enseignements comportant trois grands pôles: restauration/ hôtellerie, industriel et tertiaire.

 

L’opération, d’un montant total de 19 millions d’euros, consiste à finaliser la restructuration intérieure (chauffage, sol, mur, plafond), à restructurer entièrement le pôle hôtellerie, vétuste, et à créer un hall d’accueil fédérateur.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Région

Repost0

Publié le 16 Juillet 2009

Communiqué de presse - 15 juillet 2009

Lors de la commission permanente du 9 juillet dernier, le Conseil régional a voté une subvention pour la reconstruction du gymnase des Cent Gardes à Sèvres. Ce dernier, construit en 1989, fut partiellement détruit par un incendie le 7 novembre 2007.

 

La subvention accordée par le Conseil régional à la ville de Sèvres s’élève à 687 567,50 €, soit 33,76% du montant total des travaux.

 

Ce gymnase sera notamment mis à disposition du lycée Jean-Pierre Vernant à Sèvres. 

 

Catherine Candelier, conseillère régionale, se réjouit de l’aide importante accordée par la Région à la Ville de Sèvres.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 14 Juillet 2009

Séance des 18 et 19 juin 2009  : l’écologie au cœur des politiques régionales
Un vœu adopté concernant les libertés publiques (que nous vous incitons à relayer dans vos collectivités respectives), une délibération présentée par le groupe sur l’énergie. Entre les deux, un plan auto verdi pour intégrer la recherche sur les véhicules du futur, un plan de soutien à l’agriculture biologique, un plan de mobilisation transport ambitieux, comme celui apportant un soutien à la construction de logements sociaux en zone rurale. Cerise sur le gâteau, le Centre régional pour l’égalité femme/homme va enfin voir le jour ! Cette séance de juin nous a apporté de nouvelles avancées pour l’écologisation des politiques régionales.
 

Question d’actualité : les Verts s’inquiètent de la situation des Rroms
Les Verts ont fait part au Président Huchon de leur inquiétude par rapport à l’accueil des Rroms en France. Ces ressortissant/es, Roumains ou Bulgares, pour la plupart, vivent dans des conditions de grande précarité. Alors que la politique gouvernementale vis-à-vis de ces migrant/es se durcit et les empêche de s’intégrer, les communes et les départements, souvent désemparés, se renvoient la balle. À la Région, il existe déjà une politique incitative dans le domaine de l’habitat des personnes précaires visant explicitement les Rroms, mais elle est encore trop mal connue des autres collectivités. C’est pourquoi les Verts ont demandé au Président de la Région de leur en rappeler l’existence, et de signer un appel qui circule actuellement à l’initiative d’un collectif d'élu/es en faveur d'une politique d'accueil et d'accès aux droits pour les Rroms d'Europe de l'Est en France.
 
Compte administratif 2008
Le recours à l’emprunt a progressé dans des proportions raisonnables avec un budget presque bridé : la Région a donc des marges de manœuvre. Elle pourrait en ce sens être un peu plus ambitieuse, notamment sur les questions de transport ou de logement. En période de crise, les Verts défendent  l’idée d’avoir une action contra-cyclique : il s’agit d’utiliser dès maintenant ces marges financières pour ne pas contribuer à la crise mais préparer l'économie à un rebond plus sobre en énergie et en matières premières.

Industrie automobile : les choix stratégiques pour l’Ile-de-France
Les Verts ont obtenu que les choix prioritaires de la Région concernant l’automobile intègrent la nécessaire reconversion des surcapacités de production, y compris en direction d’industrie comme l’éolien, ainsi que l’anticipation des nouveaux modes d’utilisation des véhicules par le soutien à l’autopartage et au transport collectif à la demande. Objectif : développer les voitures du future. Les Verts ont d’ailleurs convaincu leurs partenaires que, pour l’heure, les aides régionales devaient aller vers les véhicules électriques et hybrides, sans pour autant oublier la fin de vie des véhicules, y compris le recyclage des batteries. Grâce au groupe, Autolib ne sera pas soutenu.
 
Mise en œuvre du plan de mobilisation transport
L’Assemblée régionale a adopté le protocole relatif à la mise en oeuvre du plan de mobilisation pour les transports en Ile-de-France, qui sera signé avec les 8 départements et le STIF. Le financement du plan, évalué à près de 19 milliards, est assuré au quart par la Région Ile-de-France. La participation du STIF est évaluée à un peu plus de 5 milliards, celle  des départements à 2 milliards. Quant à l’Etat, ce sont 3,4 milliards qui sont attendus. Pour rappel, ce plan comprend des projets à réaliser en urgence (ligne 13, amélioration des RER…), des projets à accélérer (T8, débranchement du T4 à Clichy-Montfermeil, tangentielle nord…) et des projets à mettre en œuvre (Arc Express). Le groupe des élu/es Verts a souhaité que l’ensemble des projets de transports en commun inscrits dans le SDRIF soient intégrés au protocole. Un amendement a donc été présenté par Catherine Candelier, et voté, pour compléter la liste des projets.
 
Des logements sociaux pour les zones rurales
Aujourd’hui, 60% des communes franciliennes comptent moins de 2000 habitants et un million de Francilien/nes vivent en zone rurale. Le Sdrif demande donc à ces communes de participer à l’effort de création de logements sociaux et de passer de 2% à 10%. Mais en créer en zone rurale est plus difficile. Pourquoi ? Raréfaction des financements publics, insuffisance d’opérateurs de logement, de bureaux d’études, d’ingénierie, fort besoin d’assistance à la maîtrise d’ouvrage et fin de la mise à disposition (prochaine) d’une ingénierie publique bon marché : les raisons qui rendent difficile la création de logements sociaux en zone rurale sont nombreuses. Partant de ce constat, Guy Bonneau déposait au budget 2008 un amendement pour créer un dispositif adapté. Un rapport a donc été voté sur ce thème. Le dispositif permettra de soutenir les dépenses d’ingénierie permettant la création de logements locatifs sociaux en zone rurale.

Une aide au portage foncier
Trouver un toit est un droit qui peine à se faire appliquer dans notre région. La collectivité a une responsabilité particulière à jouer en la matière. Les Verts ont donc pu se féliciter de la présentation d’un rapport soutenant le portage foncier et immobilier. Ce rapport participera à encourager les objectifs du Sdrif de création de 60 000 logements par an en Ile-de-France. Guy Bonneau a cependant indiqué que cette politique ne pouvait pallier l’absence de stratégie foncière régionale propre. Concernant les conditionnalités environnementales, les Verts ont fait part en commission logement de leur souhait d’intégrer des conditionnalités concernant l’existant, et pas seulement la production neuve. En effet, une grande part du parc immobilier, qui demain impactera le climat et la consommation énergétique francilienne, est déjà érigée. Cette demande a été entendue et un amendement de l’exécutif l’a reprise. Les Verts ont enfin rappelé leur impatience de retravailler dès la rentrée sur la question des critères de développement soutenable dans le logement. Ce sera l’occasion d’amplifier nos efforts, dans l’intérêt des locataires… et de la planète.
 
Un plan de développement pour l’agriculture biologique  
Le Conseil régional a approuvé le plan de développement 2009-2013 de l’agriculture biologique en Ile-de-France. Il a été élaboré suite au rapport de mission d’Anny Poursinoff, Conseillère régionale Verte, et à un amendement adopté en décembre 2007 fixant un objectif de triplement des surfaces agricoles biologiques. Ces dernières ne représentent en effet que 0,8 % de la surface agricole utile et ne concernent que 84 exploitations agricoles sur les 5000 d’Ile-de-France. Pourtant, la demande de produit bio est particulièrement forte en Ile-de-France, première région en terme de consommation.

Service public régional de formation et d’insertion professionnelle
Il s’agit de la refonte des dispositifs régionaux de formation des personnes privées d’emploi (jeunes, chômeurs…). En fixant un cadre, le rapport définit les contraintes de service public qui seront imposées aux opérateurs de formation. Les Verts ont obtenu que la mise en concurrence des acteurs ne soit pas systématique malgré une législation contraignante et que, quels que soient les domaines, le meilleur niveau de formation aux bonnes pratiques écologiques de chaque métier soit exigé en contrepartie des financements de la région.
 
Création d’un Fonds Régional pour l’Innovation.
La Région propose de nouvelles aides à l’innovation. Pour les soutenir, un fonds de soutien a été crée. Il alimentera notamment deux types d’aides en direction des TPE et PME, ainsi que des laboratoires de recherche. Une partie des montants sera affectée pour une aide à l’innovation responsable, ciblant à travers une grille de critères les innovations les plus écolos.

Création d’un centre régional de ressources pour l’égalité femme/homme
Il s’agit en quelque sorte d’un aboutissement. Même si le combat, porté par Michèle Loup ou Francine Bavay, est loin d’être gagné, la création d’un tel centre de ressource est une belle avancée. Il aura pour mission d’informer, en mutualisant et en mettant à disposition les éléments de connaissance, d’expérience et d’outils, mais aussi d’accompagner l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi des projets. Enfin il pourra mener des actions de sensibilisation et de formation auprès du plus grand nombre.

Un plan d’incitation aux économies d’énergie dans les lycées
Les lycées franciliens coûtent plus de 50 millions d’euros par an à la Région pour couvrir une consommation énergétique faramineuse de 800GWh par an. Si le Conseil régional a déjà mis en place une démarche de qualité environnementale pour les rénovations et les nouvelles constructions, le groupe des Verts a élaboré, dans un esprit de pragmatisme et de complémentarité, un plan d’incitation aux économies d’énergie mobilisant imagination et pédagogie. Porté par Catherine Candelier, il repose sur le lancement d’un grand concours lycéen récompensant le projet d’économie d’énergie le plus innovant, sur une formation à la maîtrise de l’énergie pour tous les agents des lycées d’ici à 2012, sur la réalisation d’un programme prévisionnel d’investissement, et sur la création de 8 postes supplémentaires pour l’Unité Lycées. Objet d’un fort consensus au Conseil régional, ce rapport est une bonne nouvelle pour tous ceux qui sont convaincus que l’énergie la plus économe est celle que l’on ne consomme pas.
 
Un Correspondant informatique et libertés à la Région, le vœu des Verts adopté
Pour terminer cette séance, Hélène Lipietz a présenté un vœu demandant au Président Huchon de procéder à la nomination d‘un Correspondant informatique et libertés. Ce dernier sera indépendant et rattaché à la CNIL (Commission informatique et libertés). Il aura pour mission de veiller à ce que le traitement des données personnelles à la Région respecte bien les normes en vigueur. Dans un contexte sécuritaire, où le seuil de tolérance envers les dispositifs de surveillance a grimpé en flèche, où le droit à la vie privée est plus que jamais menacé par les nouvelles technologies et les nouvelles formes de sociabilité qui les accompagnent (pas besoin d’Edwige quand on a Facebook !), cette initiative tombe à point nommé, et conforte plus que jamais les Verts dans leur rôle de premiers défenseurs des libertés publiques.

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Région

Repost0

Publié le 9 Juillet 2009

La région Ile-de-France s’engage aujourd’hui, avec EDF, à recourir à l’électricité verte pour les bâtiments de l’administration régionale. Elle va ainsi acquérir des certificats verts qui attestent une production d’électricité d’origine renouvelable (hydraulique, éolien, photovoltaïque, biomasse).

 

Un certificat vert est une attestation de production d’électricité d’origine renouvelable. Il permet d’attester au consommateur que l’électricité qui lui a été fournie a bien été produite à partir d’une source d’énergie renouvelable (hydraulique, éolienne, photovoltaïque ou issue de la biomasse).

 

Catherine Candelier, conseillère régionale, vice-présidente du groupe des élu/es Verts, est particulièrement satisfaite, car cette décision du conseil régional est l’application d’une délibération qu’elle a portée pour le groupe Verts en mars 2005.

 

Grâce à cette action, le conseil régional apporte un soutien actif au développement des filières d’énergies renouvelables.

 

Cette démarche de la Région, outre le fait de rappeler l’engagement de la collectivité dans le développement durable, permettra de concourir à l’indépendance énergétique de l’Europe et de lutter contre l’épuisement des ressources naturelles.

 

Le groupe Verts appelle l’ensemble des collectivités locales d’Ile-de-France à suivre l’exemple du Conseil Régional.

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Région

Repost0

Publié le 8 Juillet 2009

Mon intervention lors du conseil municipal du 2 juillet au sujet du budget supplémentaire :

Le budget supplémentaire qui nous est présenté aujourd’hui est au final assez maigre. Nous nous félicitons du droit de priorité exercé pour l’acquisition de biens SNCF et de leur revente à un bailleur social, mais cette opération aboutit à un bilan quasi neutre dans le budget. Quel est le bailleur social, quel type et combien de logements va-t-il produire ?

 

Le seul fait marquant de ce BS est le remboursement anticipé du FCTVA pour 1 million 100. Nous le rappelons, ce remboursement anticipé est un coup unique qui ne se reproduira pas l’an prochain. Les opérations d’investissement que vous inscrivez au regard de cette rentrée exceptionnelle semblent toutes urgentes. Tellement urgentes que nous sommes étonnés qu’elles n’aient pas figuré au budget primitif. Je pense notamment aux travaux de sécurité du CTM.

 

Par contre, je m’étonne de l’extrême discrétion de la municipalité concernant le complément de la subvention du Conseil régional de 140.000 euros pour la rénovation du gymnase des Cent Gardes. La subvention régionale se porte au total à 687.567 euros et 50 centimes sur un montant de travaux d’un peu plus de 2 millions.

 

Côté fonctionnement, rien d’exceptionnel non plus. Il s’agit d’ajustements habituels. Par contre je me permets quelques questions concernant l’audit relatif à l’emploi des personnes handicapées. Je sais que Mme Roux Fouillet travaille sur ce sujet de façon sérieuse et pourra peut être répondre à ces quelques questions. Notre collectivité à l’obligation depuis la loi du 10 juillet 87 d’employer 6% de personnes handicapées et depuis 2005 elle est redevable d’une contribution financière au Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées si elle ne rempli pas cette obligation. Quel est le taux actuel d’emploi de personnes handicapées par la ville ? Pourquoi avoir attendu 2009 pour réaliser un audit et cet audit ne pourrait-il pas être effectué en interne ?

 

Pour conclure, je ne rappellerai pas l’ensemble des arguments qui avaient motivé notre vote défavorable lors du BP. Ce budget supplémentaire nous semble arriver bien tôt dans l’année, comme en témoigne votre mise en réserve de près de 400.000 euros pour des dépenses non définies. Nous aurions souhaité que ce budget soit l’occasion de tirer les enseignements du bilan carbone de notre commune et d’accélérer les mesures d’économies d’énergie et de recours aux énergies renouvelables. Ce n’est pas le cas. Nous nous prononcerons donc contre ce budget supplémentaire.

Les non réponses du maire et de ses adjoints :

Aucune indication du nom du bailleur social, du nombre et du type de logements pour l’opération réalisée avec la SNCF !

 

Pour l’audit de 24.000 euros concernant les travailleurs handicapés à la ville : Mme Roux-Fouillet indique que la ville connaît cette obligation depuis uniquement 2005. C’est faux, puisque dès 1987 la loi impose un quota de 6% de personnes handicapées dans les effectifs des collectivités territoriales. Ce n’est que depuis 2005 qu’elles doivent payer "une amende" si elles ne remplissent pas cette obligation ! On apprend qu’il n’y a actuellement que 4 agents déclarés travailleurs handicapés, alors que nous devrions en embaucher 30 pour respecter la loi. On ne saura rien du contenu de l’audit décidé !

 

Quant aux réserves, c’est juste "bien d’en faire". On ne sait pas pourquoi...

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0