Publié le 30 Septembre 2011

Communiqué à la presse 30/09/2011

Fédération des Elu/es Verts et Ecologistes

  

Le projet d’installation généralisée de nouveaux compteurs électriques « Linky » soulève les réserves de la  Fédération des élu/es verts et écologistes.  La FEVE s’inquiète de la mise en place forcée auprès des ménages, tout comme de l’inefficacité de ce dispositif pour répondre aux enjeux  d’économies d’énergies.

 

Le ministre de l’industrie, Eric Besson, vient d’annoncer la généralisation, d’ici 2020,  de nouveaux compteurs électriques communicants de type « Linky », censés relever et transmettre la consommation électrique en temps réel.    

 

Cette annonce intervient alors que les compteurs « Linky » font l’objet de plusieurs polémiques.

Les données relevées ne seraient consultables par les usagers, qu’au travers un service payant.

Censés aider les ménages à maîtriser leur consommation énergétique, il apparaît que leur seul bénéfice va aux producteurs (et notamment EDF) pour adapter leur production.

Le coût du changement des 34 millions de compteurs existants envisagé  par ERDF (Electricité Réseau Distribution France, chargé de l’opération)  est de 4 milliards d’euros. C’est largement sous estimé, puisque, selon les fédérations des collectivités territoriales, il avoisinerait les 8 milliards d’euros.

 

Pour Jean François Caron, maire de Loos en Gohelle, président de la FEVE :  « ce système n‘aidera en rien les ménages à diminuer leurs consommations et leur facture énergétique. Le choix des compteurs électriques est un enjeu majeur de la mutation énergétique. Un certain nombre de pays mettent d’ailleurs en place des solutions réellement interactives et intelligentes où chacun peut devenir acteur, producteur et maître de sa consommation. Mais  la France continue de s'enfermer dans un système centralisé, tourné vers les énergies du passé (fossiles et nucléaire) et non vers les énergies d'avenir (renouvelables). »  

 

Catherine Candelier, conseillère municipale de Sèvres, vice présidente de la FEVE : « Il est à craindre une répercussion du coût du changement des compteurs auprès des usagers. C’est malheureusement un rendez-vous manqué avec les consommateurs, qui ne subiront que les inconvénients du système, au détriment de réelles politiques de maîtrise de l’énergie. Les élus écologistes attendent d’ERDF une politique d’investissement qui ne se réalise pas au détriment de l’entretien et de la modernisation du réseau électrique national. »

Pour Denis Baupin, adjoint au maire de Paris, membre de la FEVE : « on nous vend au prix fort un compteur qui n’a d’intelligent que le nom. Tout au plus est-il communicant, au seul bénéfice des industriels de l’énergie. Les compteurs Linky, sont loin de constituer un progrès : ils constitueraient autant de boulets aux pieds qu'il y aurait de compteurs installés. C’est  une régression en regard des efforts engagés par nombre de collectivités locales : plan climat territoriaux,  lutte contre la précarité énergétique, soutiens aux éco filières et aux énergies renouvelables…  Autant d’initiatives concrètes qui visent à développer la réduction de la consommation d'énergie en investissant dans l'éco-construction et l'amélioration de l'habitat et de son efficacité énergétique. »

 

La FEVE appelle les élus locaux et les collectivités locales propriétaires de réseaux de distribution électrique à s’opposer à ce coup de force, afin que la concertation s’ouvre enfin.

 

Catherine Candelier, Vice-présidente de la FEVE,

Conseillère municipale de Sèvres (92)

 

Denis Baupin, membre de la FEVE

Adjoint au maire de Paris

 

Jean François Caron, Président de la FEVE

Maire de Loos-en –Gohelle


 

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #environnement

Repost0

Publié le 25 Septembre 2011

Communiqué de presse

 

Nanterre, le 25 septembre 2011

 

 

Pour la première fois de l’histoire politique du département des Hauts-de-Seine, un parlementaire écologiste est élu !

 

Le résultat des élections sénatoriales de ce jour, qui permettent à André Gattolin de devenir sénateur, est une véritable victoire pour EELV 92. Ce résultat est un réel tremblement de terre politique dans le fief de l’UMP et confirme la constante progression des écologistes et de la gauche. Le parti présidentiel perd en effet un siège lors de cette élection. Les Hauts-de Seine, symboles du pouvoir présidentiel, témoignent de la volonté des élus locaux de sanctionner le clan Sarkozy.

 

Pour EELV 92, l’élection d’André Gattolin constitue une réelle victoire pour l’ensemble des militants et élus de terrain qui depuis des années dénoncent les systèmes mis en place dans les Hauts-de-Seine. Cette élection représente un réel espoir pour les échéances électorales à venir.

 

Pour André Gattolin, cette victoire est un premier signal d’un véritable changement de société et d’ancrage de l’écologie politique dans le département.

 

EELV 92 est fier de participer au changement de majorité au Sénat !

 

 

 

André GATTOLIN, Sénateur

Catherine CANDELIER, porte-parole, conseillère municipale de Sèvres

Loïc LE NAOUR, porte-parole, conseiller municipal de Meudon

 

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Presse

Repost0

Publié le 8 Septembre 2011

Communiqué à la presse - 8 septembre 2011

 

L’association « Vivre à la Défense »  a déposé plusieurs recours devant le tribunal administratif pour demander l’annulation de l’édification de deux tours de 323 mètres de hauteur (les plus hautes d’Europe) et devant accueillir bureaux, logements et hôtel de luxe. Elle fait aujourd’hui l’objet de poursuites pour procédure abusive de la part du promoteur russe Hermitage qui lui demande huit millions d’euros de dommages et intérêts.

 

Europe Ecologie Les Verts 92 dénonce les méthodes déplorables du promoteur pour chasser les derniers habitants des immeubles des Dammiers promis à la destruction du fait de son projet Hermitage Plaza. Celui-ci s’inscrit dans une logique de surdensification du quartier d’affaires de la Défense menée par l’Etat et son bras armé l’EPADESA. Cette logique est combattue depuis des années par les habitants, leurs associations et les écologistes.

 

Le projet Hermitage correspond à une vision strictement financière de l’urbanisme, il ne rendra en rien service aux habitants et usagers quotidiens de la Défense.

 

L’énormité de la somme demandée à une association de citoyens, soucieux de défendre leurs droits et leur cadre de vie, témoigne d’un acharnement hors du commun et démesuré.

 

Pour toutes ces raisons, EELV 92 apporte son soutien à « Vivre à la Défense ».

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Presse

Repost0