Publié le 25 Novembre 2011

Le groupe EELV Sèvres-Chaville-Ville d'Avray organise le mardi 6 décembre à 20 h 30 un débat avec Hélène Gassin, vice présidente de la Région Ile-de-France, un débat sur la sortie du nucléaire.

 

HeleneGassinChaville TRACT ReproA5 X1

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 24 Novembre 2011

Communiqué de presse

24 novembre 2011

 

 

 

L’établissement public d'aménagement de la Défense Seine Arche (Epadesa) présidé par Joëlle Ceccaldi-Raynaud serait au bord de la faillite selon Patrick Devedjian, président du Conseil  Général des Hauts-de-Seine.

 

L’Epadesa, qui est issu de la fusion autoritaire de l’EPAD, chargé de l’aménagement du site de la Défense, et de l’EPASA, chargé de l’aménagement de terrains situés sur le territoire de la ville de Nanterre, constitue pour Patrick Devedjian, repris par l’Express, « une bombe à retardement » financière. Le Président du Conseil Général dénonce par ailleurs une gestion catastrophique de cet établissement de la part de l’Etat. 

 

Depuis des années, les écologistes dénoncent la philosophie qui préside à l’aménagement du secteur de la Défense réalisé pour renflouer les caisses des établissements publics grâce à des opérations immobilières, toujours au détriment de celles et ceux qui vivent  et travaillent sur ces communes.

 

La situation comptable de l’Epadesa, dont le seul but est de vendre des droits à construire, et donc multiplier des opérations pharaoniques, n’est pas une surprise pour EELV 92. De longue date, EELV 92 demande à ce qu’il soit mis fin au caractère « off shore » du quartier d’affaires et réclame un retour au droit commun permettant aux citoyens de prendre part à la définition d’un avenir durable du territoire.

 

La communication de l’EPADESA suite aux déclarations de Patrick Devedjian affirmant que l’établissement se porte bien, ne trompe hélas personne. La situation financière catastrophique de l’Epadesa signale l’échec prévisible, et prévu par les écologistes, du plan de relance du quartier de la Défense lancé par Nicolas Sarkozy en 2007.

 

Il est grand temps d’en finir avec la construction de tours de bureaux inutiles et énergivores à la Défense.

 

                                                                                                                                           

 

Catherine CANDELIER, porte-parole, conseillère municipale de Sèvres

Loïc LE NAOUR, porte-parole, conseiller municipal de Meudon,  

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Région

Repost0

Publié le 6 Novembre 2011

 

 

Le 16 juin dernier, le maire de Boulogne-Billancourt et sa majorité décidaient d’autoriser des constructions de 330.000 m2 sur l’Ile Seguin, malgré plus de 90% d’avis défavorables lors de l’enquête publique.

Un groupement d'associations a déposé un recours gracieux auprès du maire qui vient de le rejeter.

Depuis le départ de Renault de l’île de nombreux projets se sont succédé. On se souvient de la Fondation Pinault au milieu des années 2000 qui a fini par migrer à Venise. On se souvient aussi des promesses électorales du maire actuel de Boulogne qui en 2008 se fait élire en promettant de dédensifier le projet et de le limiter à 110.000 m2.

Trois ans plus tard, Jean Nouvel, architecte sélectionné par la ville de Boulogne, propose l’édification de 5 tours de 100 à 120 m de hauteur.

Les associations de protection de l’environnement, qui avaient obtenu de l’ancien maire une constructibilité de 175.000 m2 et les riverains de l’île se sentent aujourd’hui trahis et on les comprend !

Il est évident que ce bétonnage de l’île est destiné à réaliser une opération financière pour rembourser les dettes de la ville de Boulogne dont les comptes sont dans le rouge.

Il est évident aussi que les tours seront destinées à accueillir des milliers de m2 supplémentaires de surfaces de bureaux : on parle de 20.000 salariés en plus. Comment les transporter en l’absence de transports en commun ? Où les faire habiter en l’absence de construction équivalente de logements ?

Une station du métro du Grand Paris en 2018 ? Cette réponse aux interrogations légitimes des habitants fait rire (jaune). Qui aujourd’hui pense sérieusement que le Grand Paris se réalisera dans des délais aussi courts, notamment en pleine période de crise financière des pouvoirs publics ?

Le projet de Jean Nouvel est destructeur de l’île et de son environnement. Le petit photomontage ci-dessous est effrayant : il montre les tours vues depuis Boulogne. On notera l’optimisme de l’architecte dans son dessin : végétaliser des tours de plus de 100 m relève du fantasme. Monsieur Nouvel a le droit de se faire plaisir dans son travail d’architecte, il n’a par contre pas le droit de gâcher à tout jamais le site exceptionnel de cette boucle de Seine ni de transformer en Défense bis l’Ile Seguin. Ile qui mérite bien mieux qu’un projet inhumain.

 

apres-540x259

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0