Inauguration du Potager du Dauphin à Meudon

Publié le 31 Mai 2008

Inauguration du Potager du Dauphin

Samedi 31 mai 2008

 

Monsieur le Ministre, Monsieur le Député

Messieurs les Maires, Messieurs les Conseillers Généraux,

Monsieur le Président de la Chambre des métiers et de l’artisanat des Hauts-de-Seine

Mesdames, Messieurs,

Je suis particulièrement heureuse d’être parmi vous aujourd’hui pour inaugurer l’hôtel d’activités artisanales du Potager du Dauphin.

Je souhaitais pour commencer revenir sur l’histoire de ce Potager.

Les travaux du comité des sites de Meudon nous permettent de savoir qu’en mars 1681, un marché fut commandé à un maçon clamartois, nommé Luc Blanchard, pour réaliser les murs du potager.

Cédé par Madame Louviers en 1695 à Louis 14 pour le profit de son fils, le potager du Dauphin connut une histoire mouvementée. Une bonne dizaine de propriétaires, avant que la commune de Meudon ne l’acquiert en 2002. Le risque était grand que ce site magnifique en plein cœur de Ville ne soit abandonné à quelques promoteurs immobiliers. L’action associative locale et celle de la commune, associée à la communauté d’agglomération, au département, à l’Agence régionale des Espaces Verts et à la Région Ile-de-France a permis que nous nous retrouvions aujourd’hui.

Les artisans d’art de Meudon et plus largement des Hauts-de-Seine étaient en droit de disposer d’un écrin digne de leurs réalisations. D’une vitrine de prestige pour mieux faire connaître leur savoir-faire. Pour échanger. Pour communiquer au plus grand nombre leurs passions. Leurs vocations. L’amour qu’ils ont de leur métier. C’est aujourd’hui le cas grâce à la remarquable restauration du Potager du Dauphin. Désormais, les artisans d’art de Meudon bénéficieront d’un hôtel d’activités à la mesure de leurs talents.

Au-delà de la sauvegarde de ce parc, désormais ouvert au public, ce beau projet permettait également de soutenir le tissu économique de Meudon. Ce deuxième aspect était essentiel pour nous.    

En effet, les artisans d’Ile-de-France jouent un rôle d’ambassadeurs de notre territoire. Par leur présence, ils contribuent au rayonnement de notre Région. Ils transmettent une histoire. Une tradition. Une identité. Un patrimoine culturel. Un art de vivre que beaucoup nous jalouse. Un art de vivre qui sait étroitement mêler respect de savoir-faire ancestraux, issus directement des manufactures royales (la Sévrienne que je suis, sait de quoi elle parle), et innovation, modernité et sens de la création. 

La Région Ile-de-France ne s’est donc pas trompé en acceptant de vous soutenir. C’est une juste contribution de notre part au fantastique travail que les artisans effectuent au quotidien. Je dois ajouter que la contribution de la Région aux métiers d’art ne s’arrête pas au soutien que nous avons apporté au Potager du Dauphin. La Région Ile-de-France soutient ainsi activement les métiers d’art. En participant financièrement à leurs salons, notamment au carrousel des métiers d’art et de la création qui se tiendra en décembre sous la pyramide du Louvre. Mais également en les aidant à la création de leurs entreprises. En encourageant les porteurs de projets, les jeunes créateurs, notamment dans le cadre des aides à la mobilité internationale. Nous n’oublions pas non plus la question cruciale de la transmission et de la reprise des activités en finançant directement des aides.

Les artisans le savent aussi bien que moi, la gamme des interventions de la Région Ile-de-France au service de l’emploi est très diversifiée. Nous souhaitons être à leurs côtés à chaque étape de leurs parcours professionnels. A leurs débuts. Quand ils ont le plus besoin d’aide. Quand ils commencent à gagner en confiance. Quand ils grandissent. Quand ils souhaitent recruter. Dans les moments florissants comme dans les moments plus difficiles. C’est la vocation de la Région. Epauler ses artisans. Leurs permettre de se concentrer sur le cœur de leurs métiers et non sur l’accessoire. Même si pour la mode, c’est important !

J’aimerais rester un instant sur un aspect important de la politique que la Région mène en faveur des métiers d’art et de création. C’est la formation. Le schéma régional de développement économique défini par le Conseil régional retient huit filières prioritaires dont celle des industries de la création. Parmi celles-ci, les métiers d’art figurent en première place. Parce que la transmission des savoir-faire est quelque chose d’inestimable, nous avons voulu aller plus loin que ce qui existait, en proposant de nouveaux parcours d’insertion qualifiants et en renforçant la formation continue. Cette approche globale des métiers d’art et de création permet aussi de mieux relier ces métiers avec d’autres secteurs. Pour créer de véritables synergies interprofessionnelles.

Je crois beaucoup aux méthodes transversales. Comme celles engagées dans le cadre de l’élaboration du SRDE. Parce qu’elles sont plus facilement lisibles. Plus efficaces. Auprès du grand public comme des professionnels eux-mêmes. La Région Ile-de-France peut ainsi mieux accompagner ses artisans, dans leurs actions de promotion et de valorisation. Mieux soutenir l’animation de la filière. En France comme à l’international. Mieux mobiliser les dispositifs en faveur du développement des entreprises pour les aider à affronter le marché très concurrentiel de la création. Enfin, favoriser l’innovation au plus haut par la création de pôles de compétitivité spécifiques.

J’ai évoqué tout à l’heure le patrimoine que les artisans d’art contribuent grandement à conserver et à faire connaître. Ce lieu est également symbolique, car il démontre que le patrimoine bâti historique, industriel, parfois encore bien présent dans cette ville, sous différentes formes, est tout à fait adaptable à des activités économiques. Le patrimoine bâti qui nous est transmis peut retrouver une nouvelle vie. Comme ici, il conserve sa forme originelle, mais il redevient fonctionnel, lieu d’activités ouvertes sur la cité, lieu de convivialité ouvert à toutes et tous. Il faut parfois savoir se saisir de l’existant. Je suis fière que la région Ile-de-France ait pu participer à un tel projet. Monsieur le Maire, si vous en avez d’autres de ce type, n’hésitez pas, la région sera à vos côtés pour les mener à bien !

 5000 professionnels franciliens enchantent nos vies. Désormais, il faudra ajouter le Potager du Dauphin à la liste des lieux francilien de la création. Désormais, on pourra dire : venez nombreuses et nombreux à Meudon rendre visite aux artisans ici présents. Apprécier leur créativité. La qualité de leurs réalisations. Partagez leur passion. Leur vision de la vie. Le lieu où nous nous trouvons est unique et prestigieux. Le travail des artisans de Meudon et plus largement d’Ile-de-France l’est tout autant. Merci.        


 

(photos Serge Abiteboul)

 

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Région

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article