sevres

Publié le 6 Novembre 2011

 

 

Le 16 juin dernier, le maire de Boulogne-Billancourt et sa majorité décidaient d’autoriser des constructions de 330.000 m2 sur l’Ile Seguin, malgré plus de 90% d’avis défavorables lors de l’enquête publique.

Un groupement d'associations a déposé un recours gracieux auprès du maire qui vient de le rejeter.

Depuis le départ de Renault de l’île de nombreux projets se sont succédé. On se souvient de la Fondation Pinault au milieu des années 2000 qui a fini par migrer à Venise. On se souvient aussi des promesses électorales du maire actuel de Boulogne qui en 2008 se fait élire en promettant de dédensifier le projet et de le limiter à 110.000 m2.

Trois ans plus tard, Jean Nouvel, architecte sélectionné par la ville de Boulogne, propose l’édification de 5 tours de 100 à 120 m de hauteur.

Les associations de protection de l’environnement, qui avaient obtenu de l’ancien maire une constructibilité de 175.000 m2 et les riverains de l’île se sentent aujourd’hui trahis et on les comprend !

Il est évident que ce bétonnage de l’île est destiné à réaliser une opération financière pour rembourser les dettes de la ville de Boulogne dont les comptes sont dans le rouge.

Il est évident aussi que les tours seront destinées à accueillir des milliers de m2 supplémentaires de surfaces de bureaux : on parle de 20.000 salariés en plus. Comment les transporter en l’absence de transports en commun ? Où les faire habiter en l’absence de construction équivalente de logements ?

Une station du métro du Grand Paris en 2018 ? Cette réponse aux interrogations légitimes des habitants fait rire (jaune). Qui aujourd’hui pense sérieusement que le Grand Paris se réalisera dans des délais aussi courts, notamment en pleine période de crise financière des pouvoirs publics ?

Le projet de Jean Nouvel est destructeur de l’île et de son environnement. Le petit photomontage ci-dessous est effrayant : il montre les tours vues depuis Boulogne. On notera l’optimisme de l’architecte dans son dessin : végétaliser des tours de plus de 100 m relève du fantasme. Monsieur Nouvel a le droit de se faire plaisir dans son travail d’architecte, il n’a par contre pas le droit de gâcher à tout jamais le site exceptionnel de cette boucle de Seine ni de transformer en Défense bis l’Ile Seguin. Ile qui mérite bien mieux qu’un projet inhumain.

 

apres-540x259

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 22 Octobre 2011

Lors du conseil municipal du 20 octobre, j'ai présenté un voeu demandant que le cahier des charges du compteur pas intelligent Linky soit retravaillé pour permettre aux consommateurs d'avoir une réelle possibilité de maîtriser leurs consommations énergétiques.

Malheureusement, la majorité a voté contre ce voeu....

 

Conseil municipal de Sèvres du 20 octobre 2011 Vœu relatif à l’installation de compteurs intelligents d’électricité chez les Sévriens proposé par le groupe des élu/es Europe-Ecologie-Les Verts

Considérant que la Ville de Sèvres est propriétaire de l’ensemble du réseau de distribution d’électricité sur son territoire, y compris les compteurs électriques, et qu’elle en a confié la gestion à ERDF (Électricité Réseau Distribution France) via le Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l’Electricité en Ile-de-France, par le moyen d’une concession,

Considérant l’annonce faite le 28 septembre dernier par le Ministre de l’Industrie, de l’Énergie et de l’Économie numérique d’une généralisation des compteurs dits intelligents "linky", dont l’expérimentation avait pourtant soulevé de nombreuses critiques,

Considérant l’absence totale de concertation avec les collectivités locales propriétaires des réseaux, malgré un niveau d’investissement extrêmement élevé (estimé entre 4 et 8 milliards d’euros au total),

Considérant la nécessité d’un accès total, gratuit et instantané des usagers aux données concernant leur consommation d’électricité et l’importance d’un tel système pour qu’ils puissent pleinement maîtriser leurs consommations,

Considérant qu’en l’état, les services gratuits proposés avec ces compteurs ne permettent pas l’assurer la maîtrise de la demande d’énergie, remettant ainsi en question les potentialités des réseaux intelligents pourtant à l’origine même du changement de matériel,

Considérant par ailleurs les impératifs de préservation de la vie privée et de la liberté des citoyens, qui pourraient être mis à mal par un dévoiement de l’utilisation des données collectées sur les habitudes des consommateurs et l’utilisation de leur réseau électrique domestique,

le Conseil Municipal de Sèvres : demande le réexamen du cahier des charges des compteurs avant tout déploiement, pour réellement prendre en compte l’intérêt des usagers, la confidentialité des données et la capacité de maîtrise de l’énergie.

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 22 Octobre 2011

BennettPlateau_repas_cantine.jpg

 

 

Chaque année le conseil municipal décide de la tarification des prestations de la ville, notamment des tarifs des cantines. Habituellement, on nous sert une augmentation moyenne de 2%. Et il est vrai que les documents qui nous sont donnés ne nous permettent pas de vérifier ce qu’on nous raconte. Cette année, nous nous sommes plongés dans un travail de vérification...et oh surprise nous constatons que les tarifs de la cantine augmentent de plus de 5% ! alors même qu’on nous redit qu’il ne s’agit que d’une petite augmentation, habituelle...

Malgré plusieurs interventions, tableaux en main, nous n’avons pas réussi à faire dire au maire que oui, cela augmentait bien de 5%. Et le pire, c’est que l’an passé ce fut la même chose !

Bref, si la majorité municipale n’admet pas qu’elle nous ment en conseil, les parents d’élèves, eux, constateront bientôt qu’ils vont payer bien cher le repas.

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 22 Octobre 2011

 

Mon intervention au conseil municipal :

 

 

"Merci aux services financiers pour la clarté des présentations du budget supplémentaire.

Ce budget supplémentaire est en grande partie constitué de restes à réaliser de l’exercice 2010. En fonctionnement, en dehors des lignes directement issues de l’exercice précédent, nous avons à décider ce soir de l’affectation d’environ 720.000 euros de dépenses.

Nos premières remarques concernent les dépenses d’énergie et de fluides. Lors du budget primitif 2011, vous nous annonciez presque triomphalement une baisse des lignes budgétaires de 2,1% par rapport au budget primitif de 2010. Cette ligne était donc fixée à 1.376.000 euros. Aujourd’hui nous constatons une augmentation de 2,6% de l’enveloppe allouée, soit à peu près 37.000 euros supplémentaires dédiés à ces consommations. A nouveau notre groupe souhaite attirer votre attention sur les mesures urgentes à prendre en matière d’investissement pour rendre nos bâtiments municipaux plus sobres. Nous notons avec intérêt votre décision d’affecter enfin des budgets pour les audits de performance énergétique, mais nous trouvons que ces audits auraient dû être effectués depuis bien longtemps.

Côtés recettes de fonctionnement, nous notons que la Dotation Globale de Fonctionnement versée par l’Etat aura finalement baissé de 5% entre 2010 et 2011. Cette baisse constatée à Sèvres comme ailleurs vient contrecarrer le discours gouvernemental en matière de relance économique.

Le second poste qui a soulevé notre attention, tant en investissement qu’en fonctionnement, est celui des réserves pour dépenses imprévues. Mettre de côté fin octobre 260.000 euros en fonctionnement et plus de 250.000 euros en investissement nous paraît relever d’une prudence exagérée. Gageons que nous retrouverons ces 500.000 euros dans votre cagnotte du compte administratif 2011.

Sur la partie investissement enfin, nous avons noté à nouveau une importante dépense pour le renouvellement de licences de logiciels. Ce n’est pas la première fois que nous intervenons pour inciter les services municipaux à mettre en place des logiciels libres, déjà expérimentés avec succès dans d’autres collectivités territoriales et qui seraient sources d’économies substantielles.

L’ensemble de ces remarques et questionnements nous conduisent comme pour le budget primitif à ne pas approuver votre proposition de budget supplémentaire. Je vous remercie."

P.-S.

Réponses du maire et de son adjoint aux finances : pas de réponses en fait...

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 7 Juillet 2011

Communiqué à la presse

Les militants d’Europe Ecologie les Verts des Hauts-de-Seine, réunis en congrès départemental samedi 25 juin, ont élu leur nouvelle direction.

Ce nouveau conseil politique départemental s’inscrit dans la continuité du 1er congrès d’EELV à la Rochelle en se plaçant résolument dans la volonté de fédérer anciens et nouveaux militants.

Les nouveaux dirigeants d’EELV 92 ont été désignés à une très large majorité.

Frédéric PUZIN, ancien conseiller municipal de Sèvres, est nommé secrétaire départemental. Il est assisté dans ce rôle par une équipe de 23 membres* issus de l’ensemble du département. Cette équipe est chargée d’accueillir les nouveaux adhérents et coopérateurs, d’animer la présence des écologistes dans les Hauts-de-Seine et de préparer les futures échéances électorales.

 

 

 

 

 

*Membres du conseil politique : Frédéric Puzin, secrétaire départemental, Isabelle Dorison secrétaire adjointe , Alain Mathioudakis et Catherine Naviaux élections,  Catherine Candelier et Loïc Le Naour  portes parole, Yann Martinez et Olivia de Vendeuvre communication interne, Pascale Meker et Sébastien Scognamiglio Réseaux Coopérative, Magali Buzelin et Rémi Lescoeur trésoriers, Rodéric Aarsse et Marie-Claude Fournier partenaires extérieurs, Denis Delrieu et Isabelle Sotto groupes locaux, Anne Le Guenniou et  Jacques Dubaele actions,  Frédéric Gradwohl et  Houria  Sehili accueil-formation, Alain Fournier et Carmelina de Pablo élu/es, relation syndicats,  Manal Alaudat Jeunes et  Philippe Ponge.

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 19 Juin 2011

Mon intervention lors du conseil municipal du 17 juin, le reste de nos interventions est consultable ici.

 

 

Le compte administratif est un document budgétaire qui rend compte, un an après, de la façon dont le budget a été exécuté...Il permet notamment de se rendre compte que l’augmentation des impôts locaux n’était peut être pas si nécessaire que ça.

Merci aux services pour la clarté du document fourni.

Le compte administratif est toujours un document intéressant en ce qu’il rend compte de la façon dont le budget a été exécuté, mais aussi parce qu’il permet de comparer les prévisions qui ont été adoptées par votre majorité avec la réalité.

Rappelons-nous tout d’abord que l’année 2010 fut marquée par une augmentation de 2,4% des taux des impôts locaux, succédant à une augmentation de 9%. Cette augmentation a rapporté une rentrée supplémentaire de 610.000 euros dans les caisses municipales. Ces 610.000 euros sont à comparer aux 512.000 euros de manque à gagner sur la ligne des dotations de l’Etat. Ce sont donc bien les contribuables sévriens qui ont compensé le désengagement continu de l’Etat auprès des collectivités territoriales. Par ailleurs, comme tous les ans, nous avons la bonne surprise de constater que finalement, malgré la crise, la taxe sur les droits de mutations est exceptionnelle. Elle est pour 2010 supérieure à 62% au budget prévisionnel. Le pessimisme habituel des services financiers sur le rapport de cette taxe lors des préparations budgétaires – pessimisme que vous partagez entre octobre et le 31 mars- s’évapore soudain dès le premier avril, mais c’est trop tard, l’augmentation des impôts locaux a été votée. Ces bonnes rentrées fiscales, alliées à une baisse des charges du personnel et des frais de fonctionnement, permettent donc de dégager un excédent de presque 1,2 millions d’euros. Soit deux fois le rapport supplémentaire des hausses fiscales.

Concernant la réalisation des différents chapitres, notre attention est à nouveau appelée comme l’an passé par le très faible taux de réalisation des études. Il serait peut être plus simple de dire que vous avez décidé de ne pas étudier beaucoup. Mais cela nuit évidemment à certains investissements qu’il serait pourtant urgent de réaliser, je pense notamment et cela ne vous étonnera pas à l’entretien du patrimoine communal. D’autant qu’à nouveau le poste travaux avec 64% de réalisations nous semble bien faible au regard des besoins de rénovation existants. Je profite du sujet budgétaire qui nous occupe pour vous demander si les services fiscaux vous ont communiqué les bases 2011 et dans l’affirmative, si nous pouvons en avoir communication.

PS :

Réponse du maire : pour les bases 2011, on les aura durant l’été. Pour le reste, il est toujours facile de critiquer les prévisions, dormez en paix braves gens...

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 19 Juin 2011

Au conseil municipal de Sèvres, ce vendredi 17 juin, nous avions a nous prononcer sur le périmètre de l'intercommunalité.

Le gouvernement a décidé d’accélérer les regroupements intercommunaux d’ici à deux ans. C’est donc dans la rapidité que des propositions émergent, sans bien entendu consulter les habitants... Alors que l’UMP souhaite que Vélizy intègre GPSO, nous sommes en faveur d’abord d’une intégration de Marnes-la-Coquette et de Coeur de Seine.

 

Le texte de mon intervention au conseil :

 

"Avant de nous prononcer sur le fond et des recommandations du Préfet et de votre avis sur celles-ci, nous tenions à émettre quelques remarques sur la forme.

En effet, les Commissions Départementales de Coopération Intercommunales ont été remaniées à la hussarde par le gouvernement pour parvenir à marche forcée à l’achèvement du schéma départemental de l’intercommunalité d’ici décembre. Combien d’élus de ce conseil et des autres conseils élus ont été clairement informés du rôle des CDCI ?

La composition des CDCI reflète la précipitation et constitue une réelle usine à gaz. Elle aboutit à une exclusion quasi-totale de certaines forces politiques pourtant représentées dans les conseils élus. C’est le cas des élus écologistes qui ont été écartés de la réflexion.

Par ailleurs, alors que l’intercommunalité est un sujet majeur, le processus de regroupement échappe complètement à nos concitoyens qu’il n’est pas prévu ni d’entendre ni de consulter.

J’en viens maintenant au cas de Vélizy qui nous préoccupe ce soir. J’ai lu avec beaucoup d’attention différents documents mis à la disposition du conseil de Vélizy. Notamment ce qui a motivé le vote d’un vœu en faveur de l’adhésion à GPSO, mais également la réponse de Versailles Grand Parc à ce vœu.

Et là, permettez moi cette expression, mais cela ressemble à une négociation commerciale ou Vélizy se marierait au plus offrant. Nul doute que nous avons des frontières communes avec cette ville, mais franchement, depuis quand Vélizy s’intéresse à nous et depuis quand nous intéressons nous à Vélizy ?

Je ne prendrai qu’un exemple : celui du TCSP désormais fortement soutenu par GPSO (je n’invente rien, c’est écrit). Lorsqu’en février, je vous ai posé la question de ce TCSP, Monsieur le Maire, vous n’étiez vraiment pas très chaud sur cette suggestion de Joël Loison, le maire de Vélizy. Aujourd’hui, il semble que GPSO soit devenue complètement fan de cette idée.

Depuis longtemps, les élus écologistes soutiennent l’idée d’une communauté d’agglomération correspondant au périmètre du SCOT. Il nous semble en effet logique de faire correspondre l’administration d’un territoire à ce qui préside à sa structuration.

C’est pourquoi, l’avis du Préfet nous semble juste en ce qu’il suggère un regroupement d’une part avec Marnes-la-Coquette et d’autre part avec St Cloud, Garches et Vaucresson. Cela nous semblerait également cohérent en termes de simplification électorale pour nos concitoyens en termes de circonscription législative. Ces raisons nous poussent à ne pas suivre la délibération que vous nous proposez.

Une dernière question à notre représentant au syndicat 3 S dont le préfet recommande la dissolution. Quid du devenir de la gestion des compétences de ce syndicat ?"

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 6 Avril 2011

Nous avons appris avec beaucoup de tristesse le décès de Jean Carlier.

Jean était un pionnier de l'écologie politique, fondateur du Mouvement d'Ecologie Politique en 1970, directeur de campagne de René Dumont, premier candidat écolo aux présidentielles de 1974. Il était journaliste, fondateur de l'association Journalistes et Ecrivains pour la Nature, directeur de l'information de RTL.

 

Jean était aussi Sévrien, et il a toujours accepté d'être président du comité de soutien lors de nos campagnes locales. Nous garderons le souvenir d'un grand homme, toujours passionné, toujours attentif, toujours amical.

 

Les écologistes Sévriens présentent à sa famille et ses proches leurs sincères condoléances.

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 26 Mars 2011

Bilan du PLU au regard de la satisfaction des besoins de logements

Mon intervention lors du conseil municipal du 24 mars 2011


Ce débat concernant les résultats du PLU en matière de satisfaction des besoins en logements, comme vous l’avez rappelé, est une obligation imposée par le Code de l’Urbanisme. Il doit intervenir dans un délai de trois ans après l’adoption du plan. Pour être tout à fait précise, l’article L 123-12-1 indique « Trois ans au plus après la délibération portant approbation du plan local d’urbanisme ». Notre PLU ayant été définitivement adopté le 10 mai 2007, nous constatons donc un décalage de presque un an dans la tenue de ce débat. Je m’interroge donc sur la légalité de notre délibération qui de fait ne respecte pas le Code de l’Urbanisme.

Sur le fond maintenant : Lors de l’approbation du PLU, en 2007, le groupe des élus Verts avait émis un avis défavorable. Je ne vais pas vous rappeler l’ensemble de nos remarques d’alors, mais me concentrer sur celles que nous avions émises sur le sujet qui nous intéresse aujourd’hui, c’est-à-dire le logement. Nous avions tous constaté lors du diagnostic réalisé, le manque de dynamisme en matière de construction et le risque encouru d’une diminution de la population sévrienne, due à plusieurs facteurs : vieillissement de la population, diminution de la taille des ménages du fait de la décohabitation, manque de logements adaptés à certaines catégories de la population, cherté et rareté du foncier. Votre ambition était de créer 40 logements par an sur la commune. Le bilan fourni nous fait état d’une moyenne de 18 par an. Nous sommes bien loin du compte. Certes, certaines dispositions prises dans le PLU permettent de desserrer un peu, notamment pour des extensions ou divisions de parcelles, qui n’étaient pas possibles avec le POS. Mais vous avez refusé de prendre des mesures de densification plus volontaristes par exemple autour de la Gare Rive Gauche.

En matière de logements sociaux, nous vous avions à l’époque soumis plusieurs propositions que vous aviez rejetées. L’une d’entre elle était de pouvoir délimiter les secteurs de la ville déficitaire en logements sociaux et d’y imposer pour des permis d’une certaine envergure une part de logements sociaux. En dépit de quelques opérations réalisées, le bilan est lui aussi assez clair : nous sommes passés de 2330 logements sociaux en 2005 à 2302 au premier janvier 2010. Certes, nous respectons les 20% d’obligation de la loi SRU, mais il n’est pas inutile de rappeler que ces 20% sont un plancher et non un seuil à ne pas dépasser. 75% de nos concitoyens sont éligibles au logement social.

Depuis l’adoption du PLU, nous remarquons que vous avez finalement accepté deux de nos propositions de 2007, que vous aviez balayés d’un revers de main à l’époque : les bonifications de COS pour utilisation d’énergies renouvelables et pour création de logements sociaux.

Fait significatif de votre peu d’attention pour une partie de nos concitoyens : votre silence total et absolu sur la création de l’aire de stationnement pour les gens du voyage sur le territoire de notre agglomération. Je rappelle que cette création est une obligation légale.

Nous prenons acte de ce débat sur le bilan, mais ce débat nous laisse sur notre faim puisque nous pensons qu’il aurait dû être l’occasion de mettre en révision notre PLU afin de répondre aux besoins de nos concitoyens.

P.-S.

Le maire nous répond que de toute façon personne ne respecte le Code de l’Urbanisme et que tout le monde est en retard concernant l’élaboration des bilans au bout de 3 ans. Nous apprécions cette attitude qui consiste à penser qu’on utilise la loi que lorsqu’elle arrange...

Pour la baisse du nombre de logements sociaux, ce n’est pas notre faute et puis il y a plein de projets...(à suivre). Pour la densification des secteurs des gares : le maire nous demande la recette, parle d’expropriations....revoilà les buldozers écolos. Concernant les gens du voyage : nous n’avons qu’à lui donner la solution. Bref, tout va bien à Sèvres, sauf si vous êtes à la recherche d’un logement social...

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 26 Mars 2011

Mon intervention lors du conseil municipal de Sèvres du 24 mars 2011

 

 

 

Merci aux services pour les documents fournis qui permettent une lecture claire des choix proposés dans ce budget primitif.

Le projet de BP qui nous est présenté ce soir ne contient pas de surprises. Vous nous aviez clairement indiqué les grandes lignes que vous souhaitiez suivre en 2011 lors du débat d’orientations budgétaires.

Côté recettes, vous ne pouvez comme nous que constater que l’Etat continue son désengagement vis-à-vis des collectivités territoriales. La dotation globale de fonctionnement pour Sèvres diminue de près de 4%. Et nous ne pouvons que craindre le pire pour les années à venir avec les annonces de gel de la DGF et les retombées négatives de la réforme de la TP.

En commençant sa présentation en commission des finances, M Detolle a commis un joli lapsus : il a parlé d’un budget de désinvestissement. Et c’est effectivement ce qui caractérise votre projet pour 2011. Pour ce qui concerne les dépenses de fonctionnement, leur diminution recèle bel et bien une baisse de la qualité de service offerte aux habitants : vous ne remplacez plus les fonctionnaires qui partent en retraite. Et d’ailleurs vous vous réjouissez que le point d’indice de la fonction publique soit stabilisé. En quelque sorte, vous vous réjouissez que le pouvoir d’achat des fonctionnaires n’augmente pas !

Une fois le gros investissement de la mandature réalisé : la construction de la nouvelle école Croix-Bosset (mais, d’ailleurs, quand va-t-elle ouvrir ?), on s’arrête et on ne fait plus rien. Or, et vous le savez, nous devrions investir massivement dans l’entretien et la rénovation des bâtiments municipaux. Les élus écologistes de ce conseil vous demandent depuis des années de prendre en compte l’impact de la crise énergétique. Nous souhaiterions un vaste plan d’amélioration de l’isolation et de l’efficacité énergétique du patrimoine. Vous nous répondez par des opérations saucissonnées, qui au final risquent de coûter plus cher à la collectivité qu’un traitement global de la problématique. Je prendrai deux exemples : le premier concerne l’hôtel de ville. Il a été rénové, réaménagé, mais sans réfléchir au traitement des consommations énergétiques. Résultat : on va enfin isoler les combles cette année, mais hélas, toujours sans réfléchir au mode de chauffage utilisé. Le second exemple est celui de l’école Gambetta où vous proposez de traiter le cabinet médical pour une somme de 10.000 euros, sans toucher au reste du bâtiment. Cela nous semble totalement incohérent.

M Detolle a rappelé dans sa présentation que le budget est un acte politique. Son vote ne l’est pas moins ! Les élus écologistes voteront donc contre votre proposition de budget primitif qui ne répond pas aux besoins de nos concitoyens et qui ne prépare en rien l’avenir.

Je finirai par une dernière remarque qui servira d’explication de vote pour le point suivant : la fixation des taux des impôts communaux. Notre vote sera négatif pour deux raisons. C’est la première fois que notre assemblée doit se prononcer sans avoir eu communication des bases. La réforme des finances locales que j’évoquais plus haut et les suppressions de postes perturbent à un tel point les services fiscaux que ceux-ci sont dans l’incapacité de fournir les renseignements qu’ils doivent nous fournir. Nous allons donc voter à l’aveugle, sans avoir la certitude du rapport des impôts. Cette fixation des taux vous sert à réaliser un budget que nous n’approuvons pas, il est donc logique que nous ne les approuvions pas non plus.

P.-S.

votes : majorité UMP pour, EELV et PS contre, Modem abstention

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0