sevres

Publié le 27 Septembre 2010

 

rd7.jpg

 

Les dix-neuf associations regroupées dans un collectif luttant contre le projet d’aménagement de la D 7 entre Sèvres et Issy-les-Moulineaux organisaient samedi après-midi leur Fête des guinguettes. C’est à Meudon, juste en face de l’ancienne usine de cartouches Goupillat, que les élus et militants s’étaient donné rendez-vous.

Au menu : goûter, pêche aux canards et débat sur l’avenir des berges de Seine. Car, malgré l’avis favorable de la commission d’enquête rendu le 27 mai dernier — qui a entériné l’option d’une deux fois deux voies sur cette portion de la D 7 —, les associations ne s’avouent pas vaincues.

« Le but de cette manifestation est de montrer que les associations et les habitants restent mobilisés et proposent un projet différent de celui du conseil général puisque ce dernier n’apportera rien aux riverains si ce n’est davantage de voitures, souligne Catherine Candelier, conseillère municipale verte à Sèvres. Nous attendons désormais que le préfet prenne son arrêté d’utilité publique pour nous battre sur le terrain juridique… » S’était également déplacé samedi, pour un débat sur la mobilité et la qualité de vie dans le Val de Seine et sur l’île Seguin, Alain Amedro, vice-président du conseil régional chargé de l’aménagement du territoire. « Avec ce projet d’aménagement de la D 7, on est clairement à la traîne, estime ce dernier. Partout en Ile-de-France on tente de limiter la place de la voiture, sauf ici. L’idée de ce débat était d’expliquer ce qui se fait ailleurs. »

L’élu a également pu découvrir le projet de réhabilitation de l’usine Goupillat, rebaptisée la Fabrique. Un bâtiment industriel, le dernier du Val de Seine, à l’abandon depuis la fermeture de l’usine à la fin des années 1990, après cent soixante ans de fonctionnement.

« Notre projet s’inscrit totalement dans le cadre de la « vallée de la culture » voulue par Patrick Devedjian, souligne Antoine Monnet, président de l’association la Fabrique. Nous ne pouvons imaginer que le conseil général dépense 200 M€ pour l’aménagement de la D 7 et laisse ce patrimoine à l’abandon sur le bord de la route. »

ASD Le Parisien - 27 septembre 2010

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 19 Septembre 2010

Voici la réponse du Préfet de Police de Paris au courrier adressé par les élus Verts et concernant notre caserne des pompiers.

 

Paris, le 13 septembre 2010

 

Madame la Conseillère,

Monsieur le Conseiller,

 

Par courrier en date du 22 juillet dernier, vous avez souhaité attirer mon attention sur la fermeture de la caserne des pompiers de Sèvres, et notamment faire état de votre préoccupation concernant la continuité du service public de secours.

 

A la suite de violents orages survenus les 12 juin et 3 juillet 2010, des infiltrations d'eau significatives avaient endommagé les installations informatiques et téléphonique du centre de secours. Son évacuation avait été décidée à la suite d'une seconde vague d'intempéries. Un service de secours provisoire a été cependant maintenu sur la commune de Sèvres, dans les locaux de l'école des Bruyères.

 

Je vous informe qu'après concertation, entre les responsables de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris et le maire de Sèvres, le poste de secours sera maintenu sur une partie du terrain situé 15, rue Fréville-le-Vingt à Sèvres et aura vocation de servir l'ouest de Sèvres, Chaville et Ville d'Avray.

 

D'autre part, les services municipaux de Sèvres ont pu réaliser les travaux sur le bâtiment du centre de secours et les sapeurs-pompiers pourront le réintégrer.

 

Je vous prie d'agréer, Madame la Conseillère, Monsieur le Conseiller, l'expression de mes sentiments très distingués.

 

Le Directeur de Cabinet du Préfet de Police

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 4 Septembre 2010

André Santini n’en a pas fini avec la . Mis en examen pour détournements de fonds dans l’affaire de la Fondation Hamon, le député-maire d’Issy espérait obtenir l’annulation d’une partie de l’instruction menée par une juge de Versailles sur cette fondation fantôme.
Mais hier, la chambre de l’instruction de la cour d’appel a rejeté sa demande.

Quand la juge chargée du dossier aura finalement bouclé ses investigations, André Santini pourrait donc avoir à s’expliquer sur des malversations liées à la création de cette Fondation Hamon, du nom du mécène qui a cédé 193 œuvres contemporaines à la ville d’Issy-les-Moulineaux et au conseil général en espérant voir un jour sortir de terre un musée. Ce projet avorté a finalement englouti 7 millions d’euros.
En tant qu’ancien du conseil général, Charles Pasqua est également mis en examen dans ce dossier, mais il n’a pas demandé l’annulation de l’instruction, même parcellaire. En revanche, Jean Hamon est allé plus loin.
Le 25 juin, son , Philippe Gumery, a plaidé l’annulation de l’ensemble de l’instruction, engagée il y a sept ans, pour « non-respect du délai raisonnable ». Grégoire Lafarge, conseil du maire d’Issy, avait plaidé l’annulation des interrogatoires de son client menés à partir du 20 mars 2009. C’est à cette date que la juge avait été priée de poursuivre ses investigations pour « déterminer l’élément intentionnel », mais, selon Grégoire Lafarge, la magistrate s’est égarée dans un sous-volet de la tentaculaire affaire Elf et a fait preuve d’inélégance en donnant crédit à « des bruits de couloir » pour interroger André Santini sur ses relations sentimentales.

 

Valérie Mahaut- Le Parisien- 4 sept 2010

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 28 Août 2010

http://www.sevres.lesverts.fr/IMG/gif/Fete-Guinguettes-2010-annonce-web.gif

 

 

La Fête des Guinguettes c’est qui ?

Un collectif d’une vingtaine d’associations de protection de l’environnement et du cadre de vie du Val de Seine et de ses coteaux (Boulogne-Billancourt, Issy-les-Moulineaux, Meudon, Sèvres et Saint-Cloud) a voulu dans les années 2000 redonner un cadre festif aux bords de Seine délaissés par les collectivités territoriales depuis près de 80 ans. Chaque année, fin septembre, ce sont environ 500 personnes qui se retrouvent place Bergeyre à Meudon. Sa notoriété déborde largement le territoire du collectif, grâce en particulier au relais des trois fédérations (Environnement 92, Ile de France Environnement et AUT Fnaut ile de France) qui le soutiennent

La Fête des Guinguettes pourquoi ?

Cette initiative associative est née de la volonté de protéger à la fois un patrimoine commun aux altoséquannais, les berges de Seine menacées par l’élargissement de la voie rive gauche de Seine (RD7) mais aussi les riverains, des nuisances routières. Née d’un « combat contre » l’aménagement routier, la fête des Guinguettes s’est progressivement transformée en « combat pour » un quartier redécouvert au fil des ans. Véritable force de propositions alternatives à un aménagement totalement archaïque et outrageusement dépensier de 4 km de bords de Seine en zone urbaine (200 millions d’euros), le collectif entend promouvoir avec cette fête aussi bien une mise en valeur durable de ce bout de ville totalement délaissé et ignoré qu’une nouvelle politique du département des Hauts de Seine.

Le combat contre l’élargissement de la RD7 : une longue histoire qui pourrait mal finir

Depuis 2001, le collectif s’est opposé avec efficacité à la volonté du Conseil général d’élargir cette voie rive gauche au détriment des berges de Seine...seule trace d’un passé heureux où il était agréable de se promener ici et d’y faire la fête...Les villes ont très fréquemment la mauvaise idée de détruire leurs berges en y faisant passer le trafic routier...le sillon y est en effet tout tracé et surtout il y a moins d’habitants qui peuvent s’y opposer... La première grosse attaque a eu lieu en 2001 où l’enquête publique initiée par le préfet pour mettre à 4 voies la RD 7, sur les tronçons Meudon et Issy- les-Moulineaux a été conclue par les trois réserves importantes du commissaire-enquêteur : respect du patrimoine historique (maison Huvé), réserver une voie dans chaque sens à un transport collectif, favoriser l’accès aux berges. Bien entendu ces réserves n’ont pas été levées ce qui n’a pas empêché les différents présidents du conseil général du 92 de remettre cette question périodiquement sur le tapis.

Le collectif Val de Seine a maintenu le dialogue avec les politiques et cru obtenir un compromis en 2002. Ce dernier consistait à un projet routier à deux fois 1,5 voie et des carrefours giratoires sans feux tout en préservant les berges. Ce compromis a été rapidement abandonné par les politiques au prétexte que la ville de Sèvres rejoignant les 2 autres villes, le projet devait être totalement repensé. Des traces subsistent encore à Issy-les-Moulineaux où le maire André SANTINI, nouveau président de la société du Grand Paris, a fait voter en 2004 son PLU avec une RD7 à 2 fois 1,5 voie....Les années suivantes ont montré bien évidemment qu’on ne pouvait accorder aucune confiance dans ce type de décision même écrite et votée...puisqu’actuellement la RD 7 sur Issy-les-Moulineaux est à 4 voies pour près de la moitié du tronçon.

En 2005, Patrick Devedjian, vice président du CG 92 en charge de la voirie, lance une concertation préalable sur cet élargissement. Concertation qui durera près de 2 ans. Fin 2006, lors d’une réunion associations-élus au CG 92 le vice-président accepte de lancer une expérience à Meudon d’un carrefour giratoire sans feux...expérience qui dure encore et est couronnée de succès. En 2007, à la faveur du changement de président du CG92...le projet est remis en selle et notamment, l’aménagement des berges, le conseil général choisit fin 2007 l’aménageur des berges, la société ILEX qui a présenté un projet extrêmement minéral qui n’est pas du tout apprécié par les associations. Fin 2008, le CG92 lance sa troisième concertation préalable sur l’aménagement des bords de seine...Les associations y répondent massivement mais le CG 92 fait aussi réaliser un sondage auprès des automobilistes qui empruntent les RD 1 et RD 7. Ainsi, l’opposition massive des associations est contrebalancée par le soutien des automobilistes à l’élargissement.

Enfin en 2010, nous venons de vivre la nouvelle enquête publique qui a duré 5 semaines et dont les conclusions sont favorables au projet du Conseil général, c’est-à-dire à l’aménagement des berges par la société ILEX et à l’élargissement à 4 voies de la RD7 avec néanmoins une petite réserve demandant un réaménagement des pistes cyclables sur les bords du fleuve ..Le CG92 a voté en juillet 2010 l’autorisation donnée au président du CG afin qu’il demande au préfet de lancer sa Déclaration d’utilité publique...On peut d’ailleurs s’interroger sur l’utilité des enquêtes publiques puisque 95 % d’entre elles débouchent sur un avis favorable. Fausse démagogie ou obligation européenne ?

Les arguments contre l’élargissement et pour un aménagement respectueux de l’environnement et de l’existant

Les berges du Val de Seine constituent un cadre unique en Ile-de-France, plus beau méandre du fleuve dans notre région. Elles s’inscrivent dans un paysage en pleine mutation depuis le départ des usines Renault et la désindustrialisation de l’ensemble du Val de Seine. Ces berges sont les seules encore accessibles facilement aux riverains et promeneurs sur l’ensemble de la voie rive gauche entre la Défense et Paris. Elles sont aussi les seules à ne pas avoir été totalement minéralisées. Aujourd’hui rien ne justifie un doublement de l’emprise routière, ni même conservée en l’état là où elle a déjà été élargie. Le trafic routier est en constante baisse depuis 2000 sur tout le tronçon, surtout sur Sèvres-Meudon. Cette position est renforcée par le fait que l’entrée routière sur Paris est réduite, ni le périphérique, le boulevard Victor et la voie rive gauche de Seine à Paris ne peuvent absorber plus de trafic sans une thrombose totale. Qui plus est, la ville de Paris même est en train de proposer la réduction du trafic routier sur les deux voies rives gauche et droite de son fleuve. La seule justification du CG 92 et des maires concernés est le futur développement économique et urbanistique du Val de Seine. Ainsi qu’un gain prétendu de 10 minutes pour les automobilistes traversant le secteur en 2020 !!! Alors que la crise énergétique bat son plein, le CG 92 préfère investir plus de 100 millions dans un aménagement routier plutôt que d’améliorer les transports en commun ! Pollution de l’air, nuisances sonores, saignée urbaine, minéralisation-normalisation des berges, gouffre financier constitueront les uniques résultats d’un aménagement digne des années 70. Le quartier du bas Meudon mériterait pourtant beaucoup mieux. Il est riche d’un patrimoine naturel, mais aussi architectural, historique et surtout humain. Face à l’île Seguin, on y trouve la maison Huvé et l’ancienne usine Gaupillat, munie de la dernière cheminée en brique du Val de Seine. Les associations d’habitants souhaitent la transformation de leur quartier, qui passe notamment par la rénovation des logements, mais aussi qu’il reste un lieu de vie animé, agréable à vivre et à partager (...)

Catherine Candelier

Daniel Mouranche

Michel Riottot

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 2 Août 2010

 

Les élus Verts du Conseil de Paris ont saisi le Préfet de Police au sujet du devenir de notre caserne des pompiers. Nous attendons toujours la réponse du maire de Sèvres à notre courrier....y’a pas l’feu ?

 

Paris, le 21 juillet 2010

 


 

Nous vous adressons ce courrier à propos de notre profonde inquiétude concernant la caserne des pompiers de Sèvres, unité de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris dont vous avez la charge.

A la fin du mois de juin, cette caserne a été inondée suite une violente averse et est fermée depuis le 3 juillet. L’inquiétude, qui nous anime ainsi que de nombreux riverains porte sur plusieurs points.

La fermeture de cette caserne, dont le rayon d’action s’étend aux communes de Sèvres, Chaville, Ville d’Avray et Marne-la-Coquette, pose un réel problème en terme de continuité et d’efficacité du service public de secours. D’autant que pour l’heure, rien n’a été indiqué quant à une possible réouverture de cette caserne.

La vingtaine de pompiers hébergés dans ce bâtiment sont depuis relogés dans des conditions provisoires et visiblement précaires dans une école, sans qu’aucune solution pérenne pour leur relogement à partir de la rentrée scolaire ne soit pour l’heure envisagée.

Les conseillers municipaux Verts – Europe Ecologie, Mme Catherine Candelier et M. Luc Blanchard, ont interpellé le Maire de la commune de Sèvres afin de demander qu’une solution pérenne soit proposée dans les meilleurs délais, qui garantisse le maintien et le bon fonctionnement de la caserne de Sèvres. Demande restée pour l’heure sans réponse.

Aussi, Monsieur le Préfet de police, nous nous associons à cette demande et nous vous remercions par avance de l’attention que vous y porterez.

Cordialement.

 

Madame Danielle FOURNIER Co-présidente du groupe Les Verts au Conseil de Paris Conseillère du 18e arrondissement

Monsieur Sylvain GAREL Co-président du groupe Les Verts au Conseil de Paris Conseiller du 18e arrondissement

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 4 Juillet 2010

 

Communiqué à la presse

4 juillet 2010

 

La caserne des pompiers de Sèvres en danger

Les Verts-Europe Ecologie alertent la population

 

 

 

 

Il y a trois semaines, la caserne des pompiers de Sèvres, située rue Fréville-le-Vingt, a été inondée suite à une violente averse. Le standard a alors été mis hors service pendant une dizaine d’heures. Depuis cette inondation, le bâtiment a été déclaré inhabitable et les pompiers ne peuvent donc plus y dormir.

Jeudi 1er juillet, lors du Conseil municipal, Catherine Candelier et Luc Blanchard, élu/es Verts-Europe Ecologie, ont interpellé le maire sur ce sujet. Celui-ci s’est voulu rassurant en répondant que cette situation n’était que provisoire. Or, depuis ce samedi 3 juillet, la caserne est en fait fermée et les soldats du feu sont logés de façon plus que spartiate dans les locaux d’une école.

Les Verts Europe-Ecologie s’alarment de cette situation qui peut avoir des conséquences graves pour la continuité et l’efficacité du service public de secours. Ils s’indignent également des conditions provisoires d’hébergement des pompiers sévriens, dont ils connaissent le dévouement sans limite à la population des communes de Sèvres, Chaville et Ville d’Avray.

Catherine Candelier et Luc Blanchard interpellent donc le maire et le général des pompiers de Paris afin qu’une solution pérenne intervienne et que ne disparaisse pas purement et simplement la caserne des pompiers de Sèvres.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 3 Juillet 2010

Mon intervention sur le budget supplémentaire de la ville de Sèvres, conseil municipal du 1er juillet 2010

 

Le budget supplémentaire qui est présenté ce soir n’est pas un petit budget supplémentaire puisqu’il porte sur grosso modo 3, 4 millions de dépenses non prévues au BP.

Au-delà de l’aspect gros chiffres, ce BS est plein d’enseignements pour notre commune. La première observation – et je l’ai faite en commission finances – c’est de constater pour la seconde année consécutive une baisse des bases fiscales des Sèvriens. C'est-à-dire certainement un appauvrissement de nos concitoyens. Vous n’y êtes pour rien me direz-vous, mais cette situation est préoccupante car elle est le reflet de ce qu’il se passe au niveau national. Il m’a été répondu qu’un travail était effectué au sein d’un observatoire de la fiscalité ; j’espère que votre opposition aura accès à ses résultats.

La seconde remarque rejoint celles que nous avons déjà eu l’occasion de faire à plusieurs reprises avec Monsieur Blanchard.

A nouveau, les dépenses de fluides pour les équipements communaux sont en hausse et à nouveau nous ne voyons rien de très concret pour mettre en place de réelles sources d’économies d’énergie dans nos bâtiments. A quand un plan d’investissement réellement volontariste ?

La troisième remarque est elle aussi quelque chose que j’ai souligné récemment dans ce conseil et qui a trait à l’entretien des bâtiments. Vous étiez de plus d’accord avec moi Monsieur le Maire pour dire qu’il ne fallait pas raboter dans ce type de budgets.

Or, vous le savez sans doute, la caserne de nos vaillants soldats du feu a subi une inondation lors d’une grosse averse il y a quelques jours. Cette inondation a eu pour résultat la mise hors service du standard de nos pompiers et le fait que ceux qui étaient de permanence ont dû dormir dans les garages. Ce budget supplémentaire nous informe que le contingent pompier pour 2009 n’a pas été utilisé en entier : pourtant j’imagine que de nombreux travaux pourraient être entrepris afin de garantir à nos concitoyens un service public de secours continu.

Par ailleurs, depuis l’annonce de la transformation de la taxe professionnelle, je pose régulièrement la question de la contribution de Peugeot Vélizy et je n’ai toujours pas de réponse !

Enfin, dernière observation, vous nous annoncez un emprunt supplémentaire pour les travaux de l’école Croix-Bosset qui avancent plus vite que prévu. Nous vous faisons part ce soir de notre étonnement, car le calendrier de fin de travaux était déjà connu lors de l’adoption du BP, les écoliers devant prendre possession de leurs nouveaux locaux en janvier. Ces dépenses étaient à notre sens tout à fait prévisibles il y a quelques mois.

Et une petite dernière : l’adhésion à Paris Métropole que nous allons voter avec enthousiasme n’est même pas provisionnée….

 

Le groupe Verts Europe Ecologie refusera ce budget supplémentaire, comme il a refusé le budget primitif.

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 3 Juillet 2010

http://media.paperblog.fr/i/239/2393763/sapeurs-pompiers-casque-f1-L-1.jpeg

Il y a une quinzaine de jours, une violente averse s'est abattue sur Sèvres. Des fuites de la toiture de notre caserne de pompiers ont eu pour résultat de mettre hors service pendant une dizaine d'heures le standard de nos vaillants soldats du feu....

C'est embêtant de ne plus pouvoir joindre le 18...Bien sûr, le système a pris le relais et personne n'a souffert de cette interruption de communication avec la rue Fréville-le-Vingt.

Par contre, nous avons appris que les pompiers ne peuvent plus dormir dans la caserne et qu'on les installe dans des camions pour la nuit. C'est pas une vie !

Nous avons profité du conseil municipal pour interpeller le Maire puisque la caserne est propriété de la Ville de Sèvres. Réponse laconique : c'est quasi la faute des pompiers qui n'avaient pas signalé les problèmes d'étanchéité de toiture !

Nos pauvres pompiers risquent, semble-t-il, de devoir dormir longtemps à l'extérieur des bâtiments puisque leur pavillon est désormais jugé trop dégradé pour qu'on y fasse des travaux. On attend patiemment la décision de construire une nouvelle caserne en utilisant le terrain de l'ancienne annexe de l'école maternelle Croix-Bosset.

En attendant, si vous avez de la place pour héberger un pompier....

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 7 Juin 2010

Les Verts déplorent la transformation de la RD7 en 2x2 voies.

Le projet de réaménagement des quais de Seine entre les villes d'Issy, Meudon et Sèvres dans les Hauts-de-Seine se précise. La commission d'enquête sur l'aménagement de la RD7 a donné son feu vert pour le projet d'aménagement piloté par le Conseil Général. Les Verts déplorent cet avis favorable.

 En fait le projet prévoit de transformer la RD7 en 2x2 voies et de la requalifier en boulevard urbain. Or les Verts craignent un engorgement et de nombreux embouteillages. Ils défendaient de leur côté une départementale aménagée en deux fois une voie et demie avec des ronds-points.

Pour le Conseil Général cette solution soutenue par les écologistes ne permet pas d'"écouler le trafic attendu" et estime qu'il se reporterait alors dans les centres-villes.

 

http://paris-ile-de-france-centre.france3.fr/info/paris-ile-de-france/92-feu-vert-pour-les-futurs-quais-de-seine--63443472.html

 

et mon interview

 

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 4 Juin 2010

vendredi 4 juin 2010

 

La commission d’enquête publique sur l’élargissement de la RD7 à deux fois deux voies entre Sèvres et Paris vient de rendre un avis favorable au projet, assorti d’une réserve et de 9 recommandations.

 

Europe Ecologie - Les Verts Hauts-de-Seine déplorent ce feu vert donné à un projet terriblement coûteux (200 millions d’euros) et totalement archaïque du Conseil Général. Ce choix continue de promouvoir l’automobile individuelle et ouvre la porte à une multiplication du trafic routier en bord de Seine.

 

Par ailleurs, bien que la commission d’enquête ait noté un avis très majoritairement défavorable des populations, celle-ci semble avoir cédé aux pressions politiques que l’UMP n’aura pas manqué d’exercer.

 

Europe Ecologie - Les Verts Hauts-de-Seine constatent à nouveau que le conseil général des Hauts-de-Seine représente le pire exemple en matière de développement durable !

Ils appellent les habitants à poursuivre leur mobilisation aux côtés des associations de riverains et de protection de l’environnement pour empêcher la réalisation de ce projet de doublement des voies, qui constitue une erreur tant du point de vue de l’urbanisme que de la mobilité.

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0