Publié le 15 Février 2007

Je ne vous livre ici qu'une dépêche AFP concernant l'adoption du Schéma Directeur de la Région...mais dès la semaine prochaine, je vous en dirai beaucoup plus sur ce dossier que j'ai suivi depuis deux ans et demi au Conseil Régional.

 L'Ile-de-France opte pour un avenir plus "vert" à l'horizon 2030 (PAPIER
GENERAL)

PARIS, 15 fév 2007 (AFP) - En adoptant son projet de schéma directeur 2007-2030 jeudi soir, le Conseil régional d'Ile-de-France a résolument opté pour une nouvelle politique d'aménagement, avec priorité donnée aux transports collectifs, au logement social et à la préservation de l'environnement.
Fin du mythe du pavillon de banlieue et retour à une "ville compacte", autour des zones urbaines existantes, lutte contre la voiture: les objectifs de ce projet de SDRIF étaient clairs pour Mireille Ferri, vice-présidente
Verte de l'assemblée régionale, qui a conduit les négociations autour de ce document depuis 2004.
Si Jean-Paul Huchon, le président socialiste du Conseil, a qualifié ce document de "texte fondamental", cette opinion était loin d'être partagée par l'opposition régionale jeudi soir.
Pour Roger Karoutchi, leader de l'UMP à la chambre régionale, il s'agit d'"un cadre de vie décidé de façon soviétique". Pour le représentant de l'UDF, Pierre Le Guérinel, la majorité régionale a tout simplement "ignoré
le principe de réalité" en voulant appliquer à l'Ile-de-France la recette d'Amsterdam.
Quant au FN, il avait dès mercredi refusé ce projet, par la voix de Marine Le Pen, lui reprochant de ne jamais aborder le problème de l'immigration, "le tabou suprême ici comme ailleurs".
Voté par l'ensemble de la majorité régionale, du PS aux Verts en passant par le PC, le MRC ou le PRG, le projet de schéma directeur pour l'Ile-de-France se veut très ambitieux, avec par exemple un objectif de construction de 1,5
million de logements d'ici 2030, soit 60.000 par an.
Mais finis le mitage des espaces verts et les zones pavillonnaires tentaculaires en grande couronne. 83% des nouveaux logements devront sortir de terre dans l'agglomération parisienne, afin de préserver au  maximum les espaces agricoles et forestiers, qui représentent encore respectivement 52% et 23% de l'Ile-de-France.
Priorité également au logement social, avec le défi affiché d'un parc social représentant 30% du parc immobilier total d'ici 2030. Soit très au dessus du
taux de 20% actuellement prévu par la loi SRU. Aujourd'hui, 51% des logements sociaux en Ile-de-France sont ainsi concentrés dans 8,5% des
communes.
Mais cette nouvelle "ville sur la ville", pour reprendre le terme de Mireille Ferri, aura aussi pour but d'éviter les transhumances quotidiennes des Franciliens à bord de leur voiture. Sur les 10 dernières années, selon
les chiffres de la région, l'étalement urbain a été responsable de 88% de l'augmentation des trajets domicile-travail.
Affichant la priorité du transport collectif, via des prolongations de lignes de métro ou de RER, des nouvelles rocades autour de Paris en métro ou
en trams, et des lignes de bus en sites propres, ce projet de SDRIF confirme parallèlement le refus de la région de co-financer plusieurs infrastructures
routières ou autoroutières régionales pourtant jugées "indispensables" par les Chambres de commerce et d'industries régionales ou le Medef.
CCI et Medef ont également regretté le refus du SDRIF d'envisager un troisième aéroport en Ile-de-France.
Adopté par le Conseil régional, ce projet de SDRIF doit maintenant être soumis pour avis aux huit Conseils généraux d'Ile-de-France, avant enquête publique. Le document sera alors soumis une nouvelle fois à la validation des élus régionaux, puis devra être l'objet d'un décret en conseil d'Etat pour devenir exécutif. Ce qui ne devrait pas intervenir avant le premier semestre 2008.
Il s'agira du cinquième schéma directeur pour l'Ile-de-France après ceux de 1932, 1965, 1976 et 1994.

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Région

Repost0

Publié le 15 Février 2007

Communiqué à la presse 15 février 2007

Révision du Schéma directeur régional d’Ile de France (SDRIF)
Grâce aux Verts, la région réaffirme
son opposition à l’extension de la Défense
 
 
 
Dans le cadre de la révision du Schéma directeur de la Région Ile de France (SDRIF), Catherine Candelier a fait adopter au nom des Verts un amendement renforçant l’opposition de la Région à l’extension de la Défense.
 
L’amendement dispose : « La Région rappelle qu’elle a émis un avis défavorable au décret prolongeant l’existence de l’EPAD, ainsi qu’au projet d’extension du quartier de la Défense. »
 
Les Verts insistent sur la nécessité de donner la priorité à la production de logements dans le nord des Hauts-de-Seine, notamment de logement social.
 
La philosophie du Schéma directeur est clairement en opposition avec le projet du gouvernement et des élus UMP des Hauts-de-Seine, qui ont fait du secteur de la Défense un territoire off-shore au moyen d’indélicatesses législatives.
 
Dans ce secteur, l’Etat et le gouvernement instaurent, non pas un droit opposable au logement, mais un droit opposé au logement !
 
En choisissant de concentrer encore plus les activités à l’Ouest sans y construire de logements, le gouvernement continue de délaisser les zones les plus fragiles. En investissant toujours plus à la Défense, le gouvernement choisit de ne pas investir ailleurs.

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Région

Repost0

Publié le 10 Février 2007

Comme promis, je vous informe de l'avancement du dossier de reconstruction de l'école primaire Croix-Bosset.

Vendredi, le jury de concours s'est réuni et a choisi les cinq équipes qui sont admises à concourir. Le choix a été difficile puisque 97 dossiers étaient en lice. Précision importante : les équipes ont été retenues sur titre et référence, elles n'ont pas encore présenté de projet concernant l'école. Elles devront le faire avant le 30 mars et le jury se réunira de nouveau fin avril pour les classer. C'est à ce moment-là que nous aurons une idée de ce que sera la future école.

Je vous livre donc les 5 noms des cabinets d'architectes retenus dans l'ordre alphabétique :

Ameler Dubois et associés,
Atelier 2 A+
Thierry Bresdin
Hellin-Sebbag
Patricia Leboucq

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 9 Février 2007

Le gouvernement et le président du Conseil Général des Hauts-de-Seine ont des idées pour la Défense. Et ils ne se privent pas d'utiliser tous les moyens à leur disposition pour que ces idées soient mises en oeuvre.

En juillet dernier, l'Etablissement Public d'Aménagement de la Défense (EPAD), décide de "relancer la Défense" en annonçant la création de 300.000 m2 de bureaux supplémentaires, la rénovation de 150.000 m2 de bureaux et la construction de 1.400 logements. Aujourd'hui, pour mémoire, la Défense c'est déjà 3 millions de m2 de bureaux, 250.000 salariés et 20.000 habitants...cherchez l'erreur !

Pour aider les pauvres promoteurs immobiliers, le gouvernement a décidé d'exonérer de redevance sur les bureaux les surfaces rénovées. Ca tombe bien, cette redevance est perçue par la Région, donc ça ne va pas obérer les recettes fiscales de l'Etat.

Pour aider les pauvres collectivités locales concernées (Conseil Général, Puteaux et Courbevoie), l'Assemblée Nationale vient de voter en toute hâte une loi spécifique. Celle-ci créée un établissement public de gestion supplémentaire composé des trois collectivités en question. Excluant ainsi la Région. Ainsi Puteaux et Courbevoie continueront de bénéficier des taxes professionnelles sans contribuer à l'entretien. Pour aller encore plus loin, la loi exempte le secteur des procédures d'agrément : l'équilibre entre activités et habitat n'est donc pas une règle applicable à la Défense, territoire off shore.

On dit souvent que l'agenda parlementaire est surchargé, que nos députés et sénateurs n'ont pas le temps de voter certaines dispositions d'intérêt général. Là, on a trouvé le temps, déposée le 20 décembre, la loi de Monsieur Karoutchi, sénateur UMP des Hauts-de-Seine, a été adoptée le 6 février.

Alors que la Région s'apprête à voter son nouveau schéma directeur (SDRIF) qui prône un rééquilibrage est-ouest, un rééquilibrage entre activités et logements dans le secteur de la Défense, le gouvernement UMP s'arroge le droit de légiférer sur un territoire particulier pour échapper à ces principes. Bel acte de démocratie, non ?

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Région

Repost0

Publié le 7 Février 2007

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 6 Février 2007

Les élu-es régionaux Verts d’Ile de France voteront Contre le CPER
 
 
Alors que le projet de CPER (Contrat de Projet Etat-Région) pour la Région Ile de France sera débattu en Conseil régional des 15 et 16 février, le groupe Verts au Conseil régional ne peut que déplorer un document tenant plus de l’inventaire à la Prévert que d’une réelle vision politique. C’est un grand rendez-vous manqué au regard de ces défis que sont le changement climatique, la crise énergétique, les inégalités sociales et territoriales, ou la protection de la biodiversité.
 
Les Verts regrettent que l’Etat ait imposé un calendrier intenable, au lieu de prolonger le Contrat de Plan actuel d’un an. Il n’y avait par ailleurs rien à attendre d’ambitieux d’un gouvernement exsangue.
 
Catherine CANDELIER, vice-présidente du groupe Verts et conseillère municipale de Sèvres, regrette que le projet de CPER soit en deçà des ambitions du Schéma directeur révisé, qui sera présenté lors de la même séance plénière. Lier SDRIF et CPER aurait permis de donner à cette contractualisation du souffle, une véritable ambition politique, plutôt que de céder à une gestion technocratique et comptable.
 
Pour les Hauts-de-Seine, les projets transports affichés figuraient déjà dans le Contrat de Plan précédent. Rien de neuf, donc. Et Catherine CANDELIER regrette qu’il y ait un grand absent : le tramway Meudon - Boulogne – Saint-Cloud. Réduire la place de la voiture au profit de déplacements « doux » permet non seulement de préserver le climat, mais également de réduire la pollution de l’air et sonore. Le succès du tramway des Maréchaux est un bon exemple d’amélioration du cadre de vie.
 
Par ailleurs, comment prétendre lutter efficacement contre le changement climatique quand les crédits affichés par l’Etat sont seulement de 25 millions d’euros sur cette question (ponctionnés sur une ADEME au budget en chute libre), 40,5 millions pour l’environnement (pour un CPER de 5,5 milliards) ? Et quand les crédits pour le développement des transports en commun se voient réduits d’environ 500 millions d’euros (constants) par rapport au Contrat de Plan précédent ? La cohésion sociale, enfin, semble n’être pas grand-chose de plus qu’un slogan, l’Etat envisageant de budgéter seulement 47 millions. Seul le secteur de l’enseignement supérieur affiche une programmation satisfaisante (723 millions).
 
Pour toutes ces raisons, les élu-es Verts du Conseil régional d’Ile de France voteront CONTRE ce Contrat de Projet. Ils appellent le Président du Conseil régional et l’ensemble des élu-es de la gauche à reporter le vote de ce CPER.
 

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Région

Repost0

Publié le 5 Février 2007

 
 
COMMUNIQUE
 
 
Contrat de Projet : le rendez-vous manqué des défis écologiques
Les élu-es régionaux Verts d’Ile de France voteront Contre le CPER
 
 
Alors que le projet de CPER (Contrat de Projet Etat-Région) pour la Région Ile de France sera débattu en Conseil régional des 15 et 16 février, le groupe Verts au Conseil régional ne peut que déplorer un document tenant plus de l’inventaire à la Prévert que d’une réelle vision politique.
 
Les Verts regrettent que l’Etat ait imposé un calendrier intenable, au lieu de prolonger le Contrat de Plan actuel d’un an. Il n’y avait par ailleurs rien à attendre d’ambitieux d’un gouvernement exsangue, préférant consacrer ses maigres ressources à la répression qu’aux questions écologiques et sociales. Dans ces conditions, la contractualisation proposée n’a aucun sens.
 
Au lendemain du rendu du rapport du GIEC confirmant l’urgence d’agir, et tandis que le discours écologique est récupéré par toutes les formations politiques, le CPER aurait dû être le moment de passer des mots aux actes. C’est un grand rendez-vous manqué au regard de ces défis que sont le changement climatique, la crise énergétique, les inégalités sociales et territoriales, ou la protection de la biodiversité. Les Verts estiment qu’ils ne sont pas là pour gérer la pénurie, mais pour apporter des solutions nouvelles.
 
Comment prétendre lutter efficacement contre le changement climatique quand les crédits affichés par l’Etat sont seulement de 25 millions d’euros sur cette question (ponctionnés sur une ADEME au budget en chute libre), 40,5 millions pour l’environnement (pour un CPER de 5,5 milliards) ? Et quand les crédits pour le développement des transports en commun se voient réduits d’environ 500 millions d’euros (constants) par rapport au Contrat de Plan précédent ? La cohésion sociale, enfin, semble n’être pas grand-chose de plus qu’un slogan, l’Etat envisageant de budgéter seulement 47 millions. Seul le secteur de l’enseignement supérieur affiche une programmation satisfaisante (723 millions).
 
Jean-Vincent PLACÉ, président du groupe Verts, regrette que le projet de CPER soit en deçà des ambitions du Schéma directeur révisé, qui sera présenté lors de la même séance plénière. Lier SDRIF et CPER aurait permis de donner à cette contractualisation du souffle, une véritable ambition politique, plutôt que de céder à une gestion technocratique et comptable.
 
Pour toutes ces raisons, les élu-es Verts du Conseil régional d’Ile de France voteront CONTRE ce Contrat de Projet. Ils appellent le Président du Conseil régional et l’ensemble des élu-es de la gauche à reporter le vote de ce CPER.

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Région

Repost0

Publié le 4 Février 2007

On en parlait depuis plusieurs années, mais cette fois-ci c'est la bonne : l'école primaire Croix-Bosset va être reconstruite.

Petit pincement au coeur pour ma part : j'ai été élève à Croix-Boss' pour y faire mon CM2, ma mère y a enseigné de longues années...et en plus j'habitais juste en face.

Déjà, lorsqu'on avait coupé le vieil arbre du milieu de la grande cour, ça avait été dur...

Mais, il faut se l'avouer : l'école construite vers 1960 ne répond plus à ce qu'on attend d'elle...limite Pailleron pour ce qui est de l'architecture...on a fait mieux. Une réhabilitation aurait été techniquement possible, mais financièrement peu avantageuse.

Je fais partie du jury de concours d'architecte qui devra choisir vendredi prochain, parmi les 97 dossiers reçus, 4 équipes qui seront autorisées à concourir. Je vous ferai part des résultats bien entendu.

Le calendrier de l'opération :

Choix définitif de l'architecte en avril, dépôt du permis fin 2007, avec entre temps nous assure-t-on une réunion d'information/concertation avec riverains et usagers.

En 2008 : début de contruction d'une école provisoire sur les terrains de "l'annexe" et "Gentil" sente de la Vierge. Rentrée 2008-2009 dans les locaux provisoires.

Année 2009 : construction de la nouvelle école en visant une inauguration pour la rentrée 2010-2011.

Un chantier à suivre donc...

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0

Publié le 1 Février 2007

Les séances au Conseil Régional sont toujours imprévisibles....on sait à peu près quand elles commencent, mais jamais quand elles finissent. Cela dépend de l'ordre du jour, bien sûr, mais aussi et surtout de l'ambiance dans les travées...

Aujourd'hui, l'ambiance était plutôt primesautière, détendue...notre collègue Jean-Marc Brulé allant même jusqu'à offrir en pleine séance quelques livres de Jules Verne et de Tintin à un conseiller UMP qui avait déclaré dans la presse que les Verts y puisaient leur inspiration. Jean-Marc, président de la commission du développement économique, avait défendu lors de la séance budgétaire un amendement pour appuyer des études sur le transport de fret par dirigeable. L'UMP s'est évidemment déchaînée comme à son habitude...il y a 10 ans encore les mêmes nous riaient au nez lorsque nous évoquions le tri sélectif...Jean-Marc s'est donc promené une partie de la journée avec un petit dirigeable gonflable.

Une des grosses batailles de la journée a porté sur le "bioéthanol" (voir article sur ce sujet).

Sinon, la séance s'est déroulée très rapidement....un peu trop à notre goût...puisqu'il nous fallait tenir jusqu'à l'heure convenue de l'exctinction symbolique des lumières.... A 19 h 40, nous avons tous l'oeil sur l'horloge...Il ne reste que peu d'intervenants avant la fin de la séance...Mes collègues viennent me voir, je dois intervenir sur un voeu du PS. Des trente secondes initiales prévues, je réussis à faire deux minutes...mais le temps ne s'écoule pas assez vite...Une autre de mes collègues intervient elle aussi bien plus longuement que prévu et...ouf il est 19 h 55 ! La lumière s'éteint, l'hémicycle est plongé dans le noir pendant 5 minutes. Notre action est réussie ! Comme des milliers de nos concitoyens, nous avons fait ce soir un geste symbolique pour la préservation de la planète. Ce geste, il faut le poursuivre, maîtriser notre consommation d'énergie, diversifier nos sources d'approvisionnements en misant sur les énergies renouvelables...être un peu plus responsables.

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Région

Repost0

Publié le 31 Janvier 2007

Le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) des Nations Unies se réunit à Paris en ce moment et doit rendre vendredi un rapport dans lequel il estime que la planète devrait connaître un réchauffement climatique compris entre 1,7 et 4°C d'ici 2100.

Le GIEC a par ailleurs indiqué que d'ici 2080, des centaines de millions d'êtres humains seront affectés de famine et de pénurie en eau.

Le réchauffement climatique est le produit de l'activité humaine : industrie, transports, énergie...(si vous souhaitez en savoir plus en mode débutant, voir l'article consacré à ce sujet sur ce blog).

Pour sensibiliser l'opinion publique, le regroupement d'associations "Alliance pour la planète" demande à chacun-e d'entre-nous de couper la lumière le 1er février entre 19 h 55 et 20 h.

Le groupe des élu-e-s Verts au Conseil Régional d'Ile-de-France a décidé de demander au président de l'assemblée régionale d'éteindre toutes les lampes du conseil pour participer à cette action. Ce devrait être chose faite alors que nous serons en séance plénière.

Au-delà du symbole, les Verts au Conseil Régional agissent tout au long de l'année pour encourager des politiques et des comportements plus responsables en matière énergétique : délibération sur les énergies renouvelables en juin 2006 permettant à la Région de subventionner les particuliers, embauche de thermiciens pour la gestion des lycées, recours à 100% d'électricité verte à partir de 2008, priorité aux transports en commun, encouragement à construire HQE...toutes ces initiatives sont vertes !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #environnement

Repost0