Les rythmes scolaires à Sèvres

Publié le 5 Juillet 2014

Conseil municipal du 2 juillet 2014

 

J’avais eu l’occasion de vous interpeller lors de la dernière séance du conseil sur la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires. Je vous avais demandé si vous comptiez saisir l’occasion du décret Hamon pour revoir la copie, que je noterai avec un « peut mieux faire »,  laissée par l’ancienne municipalité.


Vous m’aviez répondu qu’à part quelques ajustements, vous repreniez à votre compte la solution issue d’un consensus qui avait semblé se dégager.


J’avoue être perplexe aujourd’hui sur ce consensus. En effet, nous découvrons au travers de votre communication que les activités proposées dans le temps scolaire par Dynamiques Sèvres pour le sport ou par d’autres intervenants pour la musique sont abandonnées. Ces activités sont pourtant financées par la Caisse des Ecoles depuis une quinzaine d’années, à la satisfaction de toute la communauté scolaire. Elles permettent un enrichissement indéniable des matières enseignées et un apport pédagogique pour les enseignants.


Vous allez me répondre que ces activités seront proposées éventuellement lors des temps périscolaires et qu’il n’y a donc pas de perte globalement. Je pense que vous avez tort, car ces activités dans le temps scolaire étaient de véritables enseignements, avec un projet pédagogique en lien avec les enseignants de l’éducation nationale. Hors du temps scolaire, il ne s’agira plus d’enseignement au sens strict du terme.


La suppression de ces interventions en temps scolaire suscite beaucoup d’émoi dans la communauté éducative ces derniers jours et à juste titre.


Par ailleurs, en lisant à la fois votre communication et la délibération sur la fixation des taux de vacation, j’ai trouvé deux chiffres qui m’interrogent. D’un côté vous nous expliquez que l’Etat va contribuer forfaitairement à hauteur de 107 950 euros, et de l’autre vous nous annoncez une dépense supplémentaire de 66 720 euros pour les heures de vacation supplémentaire. Je manque certainement d’éléments mais il me semble que la ville fait une opération bénéficiaire de 40.000 euros environ en mettant en place cette réforme. Je n’ai aucune idée du coût des interventions de Dynamiques et d’autres associations actuellement, mais il me paraitrait dommage d’économiser pour économiser concernant l’éducation.


Enfin, sans PEDT, j’ai l’impression que les activités périscolaires relèvent aujourd’hui d’un saupoudrage qui manque de cohérence. Il conviendrait vraiment que dans les mois qui viennent l’ensemble des acteurs soient réunis pour pouvoir élaborer ce PEDT afin de lui assigner un réel but pédagogique dans l’intérêt avant tout des enfants.


Ultime remarque, votre municipalité communique beaucoup sur l’apprentissage des langues étrangères au pluriel mais ne semble ne promouvoir que l’anglais. Notre ville est riche de communautés linguistiques différentes, apprendre l’anglais est certes aujourd’hui presqu’incontournable, mais il conviendrait de ne pas oublier l’arabe, le portugais, l’allemand, l’espagnol, l’italien, le chinois ou le japonais.

 

Réponse sur les dépenses : on me répond que la ville dépensera 300.000 euros pour mettre en oeuvre la réforme, mais nul ne détaille toutes ces dépenses....Je m'abstiens sur les délibérations proposées.

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article