Grand Paris : débat en conseil municipal

Publié le 10 Décembre 2010

Le conseil municipal du 9 décembre a été l'occasion de donner un avis sur le projet Grand Paris.

Voici le texte de mon intervention, évidemment pas du tout en phase avec la position de la majorité UMP.En effet, le texte de l'avis municipal approuve le métro pharaonique concocté par Christian Blanc et de fait, donne un avis défavorable au projet Arc Express.

Pour plus d'infos : http://www.debatpublic-reseau-grandparis.org/debat/cndp-cpdp.html et http://www.debatpublic-arcexpress.org/debat/cndp-cpdp.html

 

 

 

"Il est heureux que nous ayons ce soir un débat sur le projet Grand Paris. Ce débat n’a failli jamais avoir lieu, car si vous rappelez dans le rapport de présentation que la Commission nationale du débat public en est chargée, vous omettez de dire qu’initialement la CNDP était totalement absente. C’est grâce à des amendements de l’opposition à la loi Grand Paris qu’un débat public peut avoir lieu.

Cet oubli volontaire du débat avec nos concitoyens est une des illustrations de la marque de fabrique de cette loi. Imposée par le haut, écrite dans le secret d’un cabinet de secrétaire d’état plus amateur de cigares que de démocratie, cette loi est un retour cynique napoléonien de la recentralisation. Elle fait fi des prérogatives des élus locaux qui sont dépossédés de leurs pouvoirs en matière d’urbanisme, elle empiète sur les compétences régionales issues de la loi Pasqua de 1995.

La loi Grand Paris accouche au final d’un schéma de transports déconnecté de la réalité de nos concitoyens et des besoins des générations futures. Le Grand Huit n’est destiné qu’à desservir des pôles d’emplois entre eux, sans tenir compte qu’aujourd’hui ce type de déplacements ne représente que 3% de l’ensemble des déplacements en Ile-de-France.

Ce schéma est fondé sur le postulat totalement aberrant d’une croissance d’un million d’emplois en 20 ans dans la seule région Ile-de-France. Or, d’après les prévisions du comité national des retraites, cette croissance d’emploi sera tout juste atteinte pour la France entière d’ici 2030. On estime par ailleurs que la population active dans notre région va stagner dans la même période.

Second postulat irréaliste : la croissance des emplois serait concentrée pour 93% dans 8 pôles d’Ile-de-France. Troisième postulat : le métro grand huit serait le facteur incontournable du développement économique de la région, fondé sur une hyper spécialisation des territoires.

Ce qui fonde au final ce projet pharaonique, c’est la certitude que ce qui fait le monde actuel est parfait, qu’il n’existe aucune crise ni sociale, ni économique, ni environnementale. Cela aboutit à ne surtout pas changer les vieilles recettes qui pourtant nous conduisent droit dans le mur. On poursuit notamment le renforcement du pôle de la Défense au détriment des autres territoires, dont le nôtre. On continue de croire que le pétrole est une source inépuisable et que l’aviation a tout un avenir devant elle, en renforçant Roissy et Orly. On incite à l’étalement urbain en créant ex nihilo un cluster sur le plateau de Saclay.

Mais surtout, on fait croire à nos concitoyens que ce projet de métro va se réaliser, alors même que son coût de 35 milliards d’euros n’est pas financé. Que de temps perdu, alors que les urgences en matière de transports sont bien connues : rénovation et amélioration de l’existant, meilleure desserte de banlieue à banlieue, notamment en proche couronne, là où vivent la plupart des franciliens.

Vous l’aurez compris, le groupe europe-écologie Les Verts ne partage absolument pas votre enthousiasme pour le projet gouvernemental.

Cet enthousiasme est d’ailleurs bien modéré par le texte de votre délibération. Noël approche et c’est l’occasion d’écrire sa petite liste complémentaire de vœux et de souhaits divers. Vous avez bien raison de réclamer plus de transports en commun pour le Val de Seine, car le projet Grand Paris n’y pourvoira pas.

Je vous remercie."

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article