Héliport d'Issy-les-Moulineaux

Publié le 10 Janvier 2007

Voici ma contribution à l'enquête publique concernant le Plan d'Exposition au Bruit de l'héliport d'Issy-les-Moulineaux. L'enquête se termine le 26 janvier prochain, il est donc encore temps d'y participer.
 
 
Catherine CANDELIER
Conseillère régionale
Conseillère municipale de Sèvres
57, rue de Babylone
75007 PARIS
 
à
Monsieur Pierre BARBER
Commissaire Enquêteur
Préfecture de Paris
Direction de l’Urbanisme
50 avenue Daumesnil
75012 PARIS
 
Paris, le 11 janvier 2007
 
 
 
Objet : contribution à l’enquête publique relative au Plan d’Exposition au Bruit (PEB)de l’héliport d’Issy-les-Moulineaux
 
 
Monsieur le Commissaire enquêteur,
 
Je vous prie de trouver ci-dessous mes remarques relatives à l’enquête publique concernant le PEB de l’héliport d’Issy-les-Moulineaux.
 
L’héliport d’Issy-les-Moulineaux est situé en zone urbaine dense et produit une gêne sonore importante.
 
Remarques concernant la procédure de révision
 
Conformément au décret 2002-626 du 26/4/2002, le PEB aurait dû être révisé avant le 31 décembre 2005. La révision proposée intervient donc avec plus d’un an de retard au regard des textes réglementaires en vigueur.
 
Au titre de mon mandat de Conseillère régionale d’Ile-de-France, je suis membre suppléante de la commission consultative de l’environnement de l’héliport. Cette commission n’a pas été réunie entre juillet 2004 et avril 2006, alors qu’elle aurait dû justement être le lieu principal d’élaboration du nouveau PEB.
 
Les collectivités locales concernées par l’enquête publique n’ont ensuite eu que quelques semaines pour émettre un avis sur le projet.
 
La procédure de révision me semble donc avoir été traitée avec beaucoup de légèreté par les services compétents de l’Etat.
 
 
Remarques sur les trafics pris en compte
 
La composition des mouvements enregistrés sur l’héliport reflète bien que ce moyen de transport ne répond que de façon très minoritaire à l’intérêt général. En effet, 81% des mouvements proviennent d’un trafic commercial.
 
Le projet de PEB s’appuie sur un trafic de 12.000 mouvements annuels, correspondant au trafic actuellement constaté. Il anticipe par ailleurs, sans donner d’échéances prévisibles, un trafic à moyen terme de 14.000 mouvements puis à long terme de 16.000 mouvements – alors même que le PEB devra être révisé tous les cinq ans.
 
Ces prévisions de hausse de trafic ne sont pas réalistes. En effet, la circulation des hélicoptères a fortement diminué ces quinze dernières années, grâce notamment à des mesures de restrictions réglementaires (interdiction de certains types de vols, plan Vigipirate), mais aussi et surtout grâce à la mobilisation des populations riveraines.
De même, ces prévisions ne sont fondées que sur les données des constructeurs d’hélicoptère, à l’exclusion de toute autre donnée.
 
Enfin, ces prévisions s’appuient sur le fait que la gêne sonore ne serait pas plus importante en cas de trafic plus élevé en arguant de la modernisation du parc utilisé. Là encore, aucune donnée sérieuse ne vient éclairer ce présupposé.
 
Sachant que l’hélicoptère est un moyen de transport fortement consommateur d’énergie, les services de l’Etat devraient tenir compte de la crise énergétique dont nous vivons les prémices et qui ne saurait être un facteur de développement de la circulation aérienne.
 
Par ailleurs, le projet de PEB ne mentionne à aucun moment les vols de transit qui participent pour une large part aux nuisances, puisqu’ils sont chiffrés à environ 5.000 par an.
 
Je rejoins bon nombre d’acteurs concernés pour affirmer que le trafic de l’héliport ne peut connaître une augmentation sans entraîner de fait une multiplication des nuisances pour tous ceux qui sont riverains de l’héliport, mais également pour les populations situées dans les couloirs de circulation.
  
Impact du PEB sur des projets existants :
 
Le projet de PEB pourrait avoir des conséquences sur la possibilité de création d’une aire d’accueil de gens du voyage et sur l’extension de l’hôpital Georges Pompidou. Ces deux projets doivent pouvoir se réaliser dans de bonnes conditions.
Il appartient donc aux services de l’Etat de veiller à ce que le trafic de l’héliport puisse être réduit.
 
 
Conclusion :
 
En l’état actuel du dossier, je me déclare défavorable au projet de PEB soumis à l’enquête publique. Cette plate-forme est actuellement et de façon très majoritaire dédiée à un trafic commercial. Les prévisions de hausse de trafic correspondent à un pur souci de rentabilisation économique qui va à l’inverse du bien être des populations survolées.
L’héliport d’Issy-les-Moulineaux devrait être dédié à des missions de service public.
 
 
            Je vous prie de croire, Monsieur le Commissaire enquêteur, à l’assurance de ma considération distinguée.

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sylvie 25/08/2011 10:39



Très utile votre site, j'en profite et le mets en favori et le partage.










JAUJAY Odile 23/06/2010 10:01



à nouveau , reveil en fanfare cette nuit, le 23 juin 2010 à 2h 53 du matin par un hélicoptère dont le vrombrissement aura réveillé toute la région ouest parisienne


très drôle en effet....


Ce désagrément est régulier....et pénible.


Que peut-on faire d'autre que de "raler"?


très drôle en effet...


Odile JAUJAY.