La cabane à sucre

Publié le 9 Août 2009

Après la réserve, nous allons à la cabane à sucre au milieu d'une forêt d'érables évidemment.


On nous explique comment l'eau d'érable est récoltée, cuite pour arriver dans les boîtes de mon figidaire.
Ensuite, on a droit à un repas pantagruélique que je n'ose détailler ici de peur d'effrayer le lecteur.
Le repas se termine par une joyeuse danse et par une "tire".






















Voilà, c'est la fin du voyage : direction l'aéroport de Montréal, où il faudra patienter pendant 4 heures avant l'avion de 23 h 30. Rien à y faire, sauf un café et quelques boutiques de souvenirs. Le voyage du retour n'est pas spécialement reposant, impossible de dormir lorsque l'on vous fait manger à minuit et demie, puis qu'on vous explique qu'à Paris c'est 10 heures heure locale à 2 h de l'atterrissage, et encore un goûter une heure avant d'arriver. Pénible un peu !
La douane française est une plaie aussi, comme l'attente interminable pour les bagages. Je m'endors cinq minutes dans le taxi sur le périph parisien...en rêvant aux baleines de Tadoussac !

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #moi je...

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article