Grand Paris : Sarkozy roi des annonces

Publié le 2 Mai 2009

Mecredi dernier était donc le Grand jour, celui où le Président de la République allait enfin annoncer sa vision du Grand Paris...
Le protocole élyséen avait convié au Palais de Chaillot parlementaires franciliens et conseillers régionaux PARISIENS, négligeant au passage d'inviter les élus régionaux des autres départements, tant il est vrai que la question de la métropole francilienne ne les concerne pas. C'est donc devant LCI que j'ai suivi les 40 minutes du discours présidentiel.
On le sentait exhalté notre Président, comme à chacune de ses interventions d'ailleurs....Il nous fit du Victor Hugo, appelant de ses voeux "du vrai, du beau, du grand"....un vrai poète des banlieues déclarant que "la ville est faite pour l'Homme et non pas l'Homme pour la ville".
Son annonce de 35 milliards consacrés à la région capitale laisse rêveur : où va-t-il trouver cette somme, alors que depuis des années l'Etat se désengage des transports publics en Ile-de-France et que l'on nous explique que les caisses de l'Etat sont desespérement vides ?
On s'attendait à ce qu'il reprenne dans son discours ce que nous assène depuis des mois Christian Blanc, le secrétaire d'Etat à la région capitale. "Le Schéma Directeur de la région n'est pas assez ambitieux sur le plan économique, il faut 5% au moins de croissance en Ile-de-France". Et bien, non...désavoué le secrétaire d'Etat ! Rien sur l'économie.
A part nous affirmer qu'il veut enfouir (à quel prix ?) la RN 13 à Neuilly, ville chère à son coeur, qu'il veut d'ici 12 ans faire construire (21 milliards) un grand huit métro desservant prioritairement les pôles d'affaires et les aéroports pour le plus grand bien d'un certain type de population...le Président a reconnu que le plan transports défendu par le Conseil Régional était bon. Mais combien l'Etat va-t-il mettre sur la table ?
Côté logements, l'annonce d'une volonté de production de 70.000 logements par an fait un peu penser à de la surenchère lorsque l'on sait que le SDRIF prônait le chiffre de 60.000 ! Comment réagissent aujourd'hui tous ces élus qui freinent la production de logements - notamment sociaux - à Neuilly ou dans le Val de Seine, en expliquant doctement que 60.000 c'est beaucoup trop ?
La nouveauté dans le discours du chef de l'Etat, c'est finalement sa volonté affichée de "partager le pouvoir" avec les élus franciliens. Depuis des mois, le gouvernement bloque le SDRIF, sous prétexte du manque d'ambition décrit plus haut. Tout d'un coup, Sarkozy se rend compte qu'il ne pourra rien faire sans les élus, sans les collectivités locales qui ont constitutionnellement la charge de l'aménagement du territoire.Il se rend compte aussi que la croissance ne se décrète pas, comme le croyait Christian Blanc. S'est-il rendu compte que pendant plus de 4 ans, l'ensemble des acteurs avait élaboré un schéma d'aménagement pour l'Ile-de-France et qu'il est temps que le gouvernement le transmette au Conseil d'Etat afin que ce schéma puisse s'appliquer ?
Faut-il rappeler au gouvernement que le SDRIF adopté en septembre 2008 par le Conseil Régional contient des projets d'infrastructures de transports qui ne pourront se réaliser si le SDRIF n'existe pas ?
Sarkozy nous a vendu du rêve mercredi dernier. Il nous a vendu beaucoup d'éléments qu'il a été piocher ailleurs en tentant de faire croire que son génial secrétaire d'Etat pourrait en être le géniteur. L'homme au grand huit n'est pas géniteur, ce n'est pas un génie non plus...

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Région

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article