Issy et Boulogne vont se marier...interco degré zéro

Publié le 14 Novembre 2008

C'est le titre d'un article du Parisien 92 de ce matin.
Issy et Boulogne vont se marier, tout est dit en quelques mots. Voilà à quoi se résume l'intercommunalité, l'union de deux communes.
On apprend dans l'article que le mariage sera officialisé en mairie de Sèvres le 27 novembre prochain.
A-t-on consulté les 235.000 habitants de Vanves, Issy, Meudon, Chaville, Ville d'Avray, Sèvres, Boulogne ?
A-t-on consulté les élus municipaux ?
La réponse est non.

Bien entendu, l'intercommunalité existante entre Sèvres et Boulogne est une aberration. Ce n'est pas une nouveauté que de le dire. Cette interco s'est montée uniquement pour profiter de quelques deniers supplémentaires de l'Etat et échapper à la solidarité régionale en matière de péréquation. Boulogne ne reverse plus une partie du Fonds de Solidarité Régional d'Ile-de-France grâce à la création de l'interco "Val de Seine".
Aubaine financière depuis le début, la communauté d'agglomération du Val de Seine n'a servi à rien : aucun projet commun hormis une passerelle entre l'Ile Seguin et Sèvres qui n'a pas vu le jour et dont le coût a explosé au fil des ans. FKM et Fourcade l'avaient d'ailleurs annoncé : l'interco ne doit rien changer pour les habitants. belle réussite !

Et pourtant au fur et à mesure, les compétences municipales ont été déléguées au niveau supérieur. Les travaux de voirie par exemple : on les découvre quand le chantier est mis en place, aucune information n'est faite au conseil municipal.
Le conseil d'agglo fonctionne en vase clos, sans lien avec les conseils municipaux et encore moins avec les habitants.
A l'occasion des dernières élections, la majorité a diminué le nombre de représentants des oppositions, résultat : plus aucun élu Vert ne siège. Il est vrai qu'avec Luc Blanchard nous ne représentons qu'un peu plus de 10% des électeurs sévriens, une paille.

Le périmètre de Val de Seine n'était pas pertinent, il n'est pas cohérent avec notre "bassin de vie". Alors que le Schéma de Cohérence Territoriale s'élabore lui dans un périmètre comprenant 11 communes...Mais faire de la vraie intercommunalité dans les Hauts-de-Seine, c'est trop demander à des barons qui tiennent à leur baronnie.

Fourcade hors jeu depuis les municipales, il est temps d'élargir un horizon qui semblait hier encore infranchissable tant les 2 caïmans (Santini et Fourcade) ne pouvaient se trouver dans le même marigot.
Le mauvais climat semble régner entre FKM et Baguet, le nouveau maire de Boulogne. Il serait dangereux de les laisser dans un tête à tête qui pourrait tourner mal...d'autant qu'à ce qu'il paraît, les caisses de Boulogne sont vides.

L'annonce de la fusion des deux intercos faite dans la presse, sans informer les élu/es ni la population, est en soi choquante. Elle laisse augurer de la nouvelle gouvernance qui sera mise en place : aucun projet sauf la mise en commun de la taxe professionnelle et si possible pas d'opposition. Quant au nombre de conseillers municipaux sévriens dans ce dispositif : peut être 2 ?
On se croirait de retour à l'Ancien Régime où les territoires se mariaient en même temps que le prince et la princesse....
Triste, non ?







Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Sèvres

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sylvain Canet 15/11/2008 18:55

Bien dit.Vous trouverez une analyse plus ou moins complémentaire sur mon blog.Les élus (ou non) doicent ensemble replacer le citoyen souverain au coeur de la décision. Le mammouth qui se profile ne doit pas déposséder les populations du contrôle démocratique. C'est aussi un des enjeux institutionnels des interco.Amitiés démocrates