La seconde lettre de Fillon à Huchon sur le SDRIF

Publié le 22 Juin 2008

Envoyée la veille du jour où la commission d'enquête indépendante rendait un avis favorable unanime sur le projet de Schéma directeur d'Ile-de-France, cette lettre pourrait être drôle si elle n'émanait pas du Premier Ministre...

Monsieur le Président,

Par courrier du 11 juillet 2007, je vous faisais part de fortes réserves de l'Etat relatives au projet de Schéma Directeur Régional de l'Ile-de-France révisé, que vous vous apprêtiez à soumettre à l'enquête publique. Il est en effet indispensable, pour la France toute entière, que ce document traduise notre ambition partagée de donner à l'Ile-de-France la place qui doit être la sienne parmi les métropoles les plus dynamiques et les plus prospères du Monde. Notre pari est celui du développement durable, c'est-à-dire d'associer étroitement la préservation de l'environnement, la qualité de vie et la cohésion sociale à la création de richesses.

Or, le projet qui a été soumis à l'enquête publique démontre sur ce point des insuffisances, tant dans son économie générale qu'à l'égard des projets qui sont suceptibles de donner corps à une telle ambition.

J'ai donc mandaté en septembre 2007 le Préfet de Région d'Ile-de-France, afin de travailler avec vous pour réduire ce désaccord et parvenir à intégrer dans le SDRIF toutes les garanties nécessaires en matière de développement de la région Ile de France, au service des habitants de la région, tant en matière d'emploi que de logement, de transports et de développement durable.

Je me réjouis des progrès obtenus sur des points importants, telle que la fiabilité juridique du document, la prose en compte des opérations d'intérêt national de Nanterre et La Défense, et le développement approprié des capacités d'urbanisation.

Néanmoins, au vu des lacunes qui demeurent, il m'apparaît nécessaire de réaffirmer la position de l'Etat.

Il s'avère en effet, que malgrè les modifications entreprises, l'ambition fait encore défaut au projet en matière de développement économique, comme cela apparaît clairement dans les hypothèses de croissance et de créations d'emplois qu'il retient.

Le projet de SDRIF repose sur le constat, partagé par l'Etat, que "la position de l'Ile-de-France semble s'éroder : sa croissance moyenne de 2,4% par an (1995-2202) a été beaucoup plus faible que celles des principales métropoles américaines, européennes et asiatiques." Pourtant, l'ensemble du projet de Schéma Directeur proposé par la Région reste bâti sur une hypothèse de croissance encore plus faible : dans le document, la seule mention d'une cible de croissance du PIB en Ile-de-France fixe un modeste objectif de 2% annuel, et, une perspective de progression annuelle de l'emploi de 28 000, alors même que, depuis plusieurs années, l'Ile-de-France enregistre entre 40 000 et 70 000 emplois nouveaux annuels. Le gouvernement ne peut accepter la vision d'une région urbaine en recul, en repli, qui n'est pas celle d'une métropole de plein emploi.

Nos divergences demeurent également sur un certain nombre de points précis. Je pense en particulier au développement du pôle aéroportuaire de Roissy, pour lequel la Région n'a pas renoncé à inscrire dans le SDRIF les principes de couvre-feu et de plafonnement des mouvements aériens. Il en va de même des orientations très contraignantes pour les communes du projet de SDRIF en matière d'habitat; Ces orientations sont de nature à faire obstacle à une porduction dynamique de logements et à la politique d'accession sociale dont l'Etat a fait une de ses priorités.

L'Etat ne se reconnaît dons pas dans un tel projet, qui ne lui apparaît pas assez porteur de perspectives d'avenir, aussi bien pour la Région Ile-de-France elle même que pour notre pays. Il convient donc à mon sens de poursuivre notre réflexion commune.

A cet effet, dans le cadre de la mission confiée au Secrétaire d'Etat, Monsieur Christian Blanc, chargé du développement de la région capitale le 18 mars 2008, le gouvernement sera amené d'ici à la fin de l'année 2008, à prendre de nouvelles initiatives pour le développement de l'Ile-de-France. Il s'agit, comme l'affirme la lettre de mission qui lui a été confier, d'élaborer pour la région parisienne une vision fondée sur une ambition beaucoup plus forte en matière de développement économique durable et de se donner les moyens de "rivaliser avec les grandes capitales internationales". Cette réflexion essentielle pour l'avenir de l'Ile-de-France associera largement l'ensemble des acteurs concernés à commencer par la Région. Un travail considérable a été accompli par tous les acteurs engagés dans la préparation du SDRIF. Il convient désormais de valoriser ce travail.

Bien évidemment, le projet de SDRIF qui sera approouvé in fine devra être compatible avec les résultats de ce projet partenarial. Dans l'attente de ce nouveau projet,  vous comprendrez que je n'envisage pas d'approuver le document dans sa version actuelle. J'espère que nous porterons prochainement ensemble un nouveau document qui donnera aux habitants de l'Ile-de-France les perspectives d'avenir qu'ils appellent de leurs voeux.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l'assurance de toute ma considération.

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Région

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article