Boulogne : du passé faisons table rase...

Publié le 26 Avril 2008

On s'en doutait un peu pendant la campagne des municipales à Boulogne, c'est désormais confirmé : des projets de Fourcade sur l'Ile Seguin, il ne va plus rien rester.
Que va-t-on y trouver alors ? Mystère et boule de gomme...
En tout cas, l'intérêt présidentiel sur ce dossier n'augure rien de bon.

Ile Seguin : le grand ménage Frédéric Choulet

samedi 26 avril 2008 | Le Parisien


Le nouveau maire de Boulogne fait table rase des projets Fourcade et lance une réflexion sur le devenir de l'île Seguin.

EXIT les projets de salle de musique actuelle, de centre d'art contemporain, d'hôtel de luxe... Elu cette semaine président de la Saem Val-de-Seine, société d'économie mixte chargée des aménagements sur les ex-terrains Renault, le nouveau maire UMP de Boulogne-Billancourt, Pierre-Christophe Baguet, a désormais les coudées franches pour concrétiser « son » projet pour l'île Seguin. Il a lancé sans attendre, avec son premier adjoint chargé des grands travaux, Thierry Solère, une réflexion d'ensemble sur son devenir.

Réflexion à laquelle devraient participer activement le conseil général et l'Etat. Tour d'horizon.

L'hôtel de luxe. Le Crowne-Plaza, un quatre-étoiles ultramoderne de 11 500 m 2 , comprenant 180 chambres avec bar, restaurant et salle de fitness était le projet le plus avancé de l'île Seguin... jusqu'à ce que son permis de construire - le premier signé - fasse l'objet de recours, gelant le dossier. « Des négociations sont en cours, précise Pierre-Christophe Baguet. Ou l'hôtel reste sur l'île, mais en se transformant en petit hôtel de charme pour s'intégrer au reste. Ou il trouve un emplacement plus adapté à Boulogne mais en dehors de l'île ».

La résidence de chercheurs et artistes. 240 logements étaient prévus. Le permis de construire avait même été signé avec la Caisse des dépôts et ING. On annonçait même les premiers coups de pioche pour 2008. Le projet devrait être annulé. « J'ai entamé les discussions avec la Caisse des dépôts », explique le maire. « Ils reconnaissent qu'il n'y a pas de laboratoires sur l'île. Le projet n'a donc pas vraiment d'intérêt. Nous étudions des compensations sur la ville. Pourquoi pas leur confier la construction de logements sociaux de catégorie moyenne ? Il n'y en pas sur Boulogne ? »

L'université américaine. Un pôle d'enseignement avec résidence universitaire sur 22 500 m 2 . La promesse de vente avait été signée en novembre 2007. Là aussi, le premier coup de pioche était programmé pour fin 2008.

C'est « le grand regret » de Pierre-Christophe Baguet. Là encore, le projet ne devrait pas aboutir. Mais cette fois-ci, c'est à cause d'un désaccord entre les deux partenaires. La New York University aurait fait savoir par voie diplomatique qu'elle souhaitait se désengager du dossier monté avec l'université américaine de Paris.

La scène de musiques actuelles. C'est certain, la Smac, projet municipal lancé par Fourcade, est enterrée. Elle comprenait un bâtiment de 4 000 m 2 et une résidence pour musiciens. « L'équipement coûterait 24 millions d'euros. Trop cher, précise le nouveau maire, nous n'avons pas les moyens. »

L'Institut national du cancer (Inca) et l'Inserm. Ces deux projets ont aussi du plomb dans l'aile. « Rien n'est engagé. Cette implantation d'administrations sur l'île n'a rien de cohérent. »

Le centre de création d'art contemporain. Prévu sur la pointe aval pour remplacer, avec un jardin des sculptures, la fondation Pinault, le projet est mort-né.

Le président suit de près le dossier

samedi 26 avril 2008 | Le Parisien


UN PÔLE de bureaux de 40 000 m 2 , un pôle de loisirs privés regroupant restaurants, bars et lieux pour l'événementiel sur une surface équivalente et un pôle d'équipements culturels publics sur 30 000 m 2 ... Telle est la feuille de route présentée par Pierre-Christophe Baguet pour l'île Seguin. « Toutes les conditions sont aujourd'hui réunies pour sortir le dossier de l'impasse », détaille Thierry Solère, vice-président du conseil général et premier adjoint aux grands travaux à Boulogne.

Le nouveau projet bénéficiera en effet d'un partenariat entre la ville, le département et l'Etat.

Signe fort, Patrick Devedjian, le président du conseil général et patron de l'UMP, est devenu administrateur de la Saem. Le président de la République s'intéresse aussi de près au dossier. Une réunion est prévue à l'Elysée à ce sujet dans les semaines qui viennent et Nicolas Sarkozy envisagerait de venir prochainement sur place pour faire le point.

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Presse

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article