Grenelle de l’environnement : un processus positif, un bilan mitigé

Publié le 25 Octobre 2007

Paris, le 25 octobre 2007


COMMUNIQUE


Les conclusions issues du Grenelle de l’environnement amènent les élu-es Verts du Conseil régional d’Ile-de-France à saluer une démarche intéressante. Les propositions qui en sont sorties leur laissent cependant un sentiment mitigé, car bonnes nouvelles, fausses annonces et occasions manquées se confondent.  
 
Sur le principe, l’esprit du Sdrif habite les conclusions du Grenelle sur de nombreux points-clefs… dénoncés par ailleurs au Conseil régional par l’opposition UMP : abandon de l’augmentation des capacités autoroutières et routières, limitation de l’activité aéroportuaire et promotion des transports collectifs.
 
En matière agricole, le gel des OGM jusqu’en janvier est ridicule : les semis n’ont pas lieu durant l’hiver, ce gel relève davantage d’une manipulation de l’opinion publique. Pour les pesticides, la France, l’une des premières consommatrices mondiales, devra réduire sa consommation… sans calendrier ! C’est un recul : le « Plan interministériel de réduction des risques liés aux pesticides » prévoyait à l’horizon 2009 une réduction de 50% des pesticides les plus dangereux à l’horizon 2009 ; M. Barnier propose 30% (47 molécules sur 150) à l’horizon 2012. La FNSEA reste donc l’un des lobbies les plus puissants de France. Sous l’impulsion des Verts, la Région Ile-de-France, région « sans OGM », seule à verser des aides au maintien de l’agriculture bio au maximum autorisé par l’Union Européenne, conserve plusieurs longueurs d’avance.
 
En matière de transports, cesser les investissements routiers et aéroportuaires est une victoire des Verts et de la société civile qui portent ce combat depuis des années. Les conseillers régionaux Verts d’Ile-de-France prennent le gouvernement au mot et demandent la confirmation de l’arrêt de l’A16 (actuellement le débat public est en cours), l’A12, l’A126 et l’A104 (dite « Francilienne »). En revanche, quid de l’Ile-de-France ? Aucun projet d’envergure en matière de transports en commun n’émerge  du Grenelle pour notre Région, alors même que le Président de la République semblait y attacher une importance toute particulière.
 
Pour ce qui concerne le logement, les préconisations du Grenelle sont très positives. Pour cela, il faudra que les moyens budgétaires suivent en conséquence ! Grâce aux Verts, au Conseil régional, la Haute Qualité Environnementale, la Certification Habitat et Environnement, les toitures végétalisées et les énergies renouvelables sont au cœur de la politique régionale depuis 2005.
 
Concernant les énergies, la place réservée aux énergies renouvelables est, là encore, une bonne nouvelle. Elle ne doit pas occulter l’omerta qui a été observée sur le nucléaire. A la Région, les Verts ont obtenu que les particuliers souhaitant installer un chauffe-eau solaire ou tout autre équipement écologique, soit subventionné à hauteur de 50%. Dès 2008, grâce aux Verts, les bâtiments de l’administration régionale seront alimentés en électricité issue d’énergies renouvelables.
 
Trente ans plus tard, la droite française découvre qu’il est vital pour notre environnement de réduire la consommation énergétique des bâtiments, de développer les transports en commun et de promouvoir une agriculture saine. En Ile-de-France, ce « Grenelle » a eu lieu il y a un moment ; nous n’en sommes déjà plus là.   
 
Le Grenelle terminé, le discours doit laisser place aux actes. Et c’est à l’aune de ces actes que les citoyen-nes pourront juger la sincérité de la récente conversion écologique du Président de la République.
 

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #moi je...

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article