Les priorités de la Région IDF pour le Grenelle

Publié le 27 Septembre 2007

 

Conseil Régional des 27 et 28 Septembre 2007
 
Communication
Grenelle de l’environnement : les priorités de la Région Ile-de-France
 
 
Intervention de Catherine Candelier
 
Monsieur le Président, Monsieur le Vice-Président, cher-e-s collègues,
 
Monsieur Vampouille, je vous le dis, vous faites un travail remarquable !
 
Les Verts et notre majorité n’ont pas attendu la tenue d’un Grenelle de l’environnement pour agir.
  
Nous avons mis en place de nombreux dispositifs.
Des avancées ont été obtenues en matière de biodiversité, d’énergie, de déchets, de circulations douces, de transports en commun.
Côté propositions, le groupe Verts souscrit à l’ensemble des mesures que vous décrivez :
-         Nouvelles ressources pour le développement des transports collectifs (retour du FARIF, modification du Versement Transport, taxation poids lourds)
-      Mesures de lutte contre le bruit (oui, il faut un couvre feu à Roissy). Le lien entre troubles de la santé et bruit est désormais établi par une première étude lancée par la région. Les résultats ont été dévoilés avant-hier.  
-         Dispositions pour lutter contre les effets du dérèglement climatique (adaptation des bâtiments, véhicules propres, formations initiales et professionnelles dans les filières énergétiques…)
-         Demande d’un moratoire sur les OGM, création d’un label « systèmes de culture intégrés »
-       Mise en place d’un réseau d’agences régionales de la biodiversité
 
Face à l’urgence environnementale, il ne suffira pas de mesurettes médiatiques, d’annonces cosmétiques ! Il nous faut agir vite, en profondeur pour éviter le pire. Le dérèglement climatique, la crise énergétique, sont déjà à l’œuvre.
Les solutions ne sont pas à trouver, elles existent déjà. Elles demandent une volonté politique forte et une vraie rupture.
Cette volonté politique, c’est avant tout une véritable indépendance vis-à-vis des lobbys en tout genres, ceux-là même qui, depuis bien longtemps, nous expliquent que leurs solutions sont les meilleures puisqu’elles boostent l’économie.
 
Il y a 15 ans lorsque nous proposions le tri sélectif des déchets : on nous répondait « c’est quelque chose d’irréaliste, ça prend de la place et ça coûte cher, restons en là avec nos incinérateurs qui s’occupent de tout et surtout de la dioxine !
Il y a 10 ans, la pollution de l’air : on nous rétorquait : « vous n’êtes pas des gens sérieux, on ne va tout de même pas rouler en vélo dans Paris ! Le vélo en ville, c’est ringard et dangereux. « 
Les énergies renouvelables : même rengaine « il n’y a pas assez de soleil, pas de vent, gardons notre nucléaire puisqu’il n’est pas dangereux, qu’il est tellement démocratique et transparent… »
Il y a 20 ans encore, les mêmes qui nous expliquaient que le nuage de Tchernobyl s’était miraculeusement arrêté à nos frontières, qu’il n’y avait aucun danger, se transforment aujourd’hui en VRP d’AREVA à la tribune de l’ONU.
 
La lutte  contre l’érosion de la biodiversité : Qui ici se permettait de rire il y a quelques mois lorsque nous mettions en place un programme de recherche sur la tortue de Floride ?
Il est aussi important de s’occuper de l’impact de la tortue de Floride dans notre région que de prôner un aménagement plus respectueux de l’environnement.
 
Pour une fois, les Verts sont d’accord avec Monsieur Jean Syrota, ancien président de la commission de régulation de l’énergie : arrêtons de subventionner immédiatement les agro carburants, c’est un gouffre financier sans aucun intérêt économique. Nous ici, au Conseil Régional, nous avons permis de ne pas gaspiller les fonds publics.
 
8.5 sur 20 c’est la très mauvaise note attribuée par le collectif de l’Alliance au programme du candidat président, il y a peu.
En l’absence de mesures fortes et de ruptures, en l’absence de propositions concrètes, claires, chiffrées et financées, nous ne voyons pas comment cette note peut être améliorée.
 
Que ressort-il des groupes de travail du Grenelle ?
Une absence d’accord sur la politique agricole, sur la politique de l’eau, des déchets
Une absence de mesures significatives en matière de santé-environnement,
Aucune avancée sur une politique de limitation des infrastructures routières, 


Des propositions contradictoires sur les OGM, donnant lieu à des couacs à répétition.
 
Le gouvernement continue et persiste à dire que prolonger l’A12, la Francilienne et l’A16, couvrir la RN13, construire CDG Express, étendre encore et encore la Défense, tout cela c’est « développement durable », et prioritaire pour nos concitoyens.
 
Dans le même temps, le ministre de l’environnement s’en est allé vérifier de lui-même ce que n’importe quel téléspectateur sait déjà : la banquise fond, et les ours blancs sont en voie de disparition.
Au lieu de déclarer qu’il est antisocial que des Franciliens participent financièrement à la construction d’un tramway qui ne passe pas devant leur porte, au lieu d’offrir 15 milliards de cadeaux fiscaux aux plus riches, il serait temps que l’Etat change de braquet, qu’il décide par exemple d’investir massivement dans les transports en commun et les énergies renouvelables.
 
Le groupe Verts en est convaincu : un coup de karcher ne suffira pas à éteindre l’incendie planétaire. Surtout si on continue à l’alimenter à grands coups de pesticides, de nucléaire, d’OGM, d’autoroutes, de projets d’aménagement du territoire issus d’une conception du monde écologiquement irresponsable !
 
Nous ne serons pas de ceux qui à la fin de l’épisode « Nicolas et le Grenelle », s’endormiront gentiment au son d’un marchand de sable présidentiel qui nous dirait « bonne nuit les petits » en nous lançant une poignée de demi mesures.
 
Dans cet hémicycle, nous continuerons à porter notre pierre à la construction de la première eco région d’Europe.
A vos côtés, Monsieur le Président.

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Région

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article