La navette fluviale dans la presse

Publié le 12 Juillet 2007

TRANSPORT FLUVIAL
La navette du pont de Sèvres attendra 2010

Le Stif (Syndicat des transports d'Ile-de-France) a tranché : ce sera Maisons-Alfort. Hier, les représentants du conseil d'administration du syndicat, décisionnaire en matière de transports en région parisienne, devaient décider quel département, du Val-de-Marne et des Hauts-de-Seine, testerait en priorité le prolongement d'une navette fluviale sur la Seine, entre Paris et la banlieue. C'est finalement le Val-de-Marne qui l'a emporté. La première navette concernera la boucle est. Elle reliera la gare d'Austerlitz à Maisons-Alfort. La boucle ouest, qui doit permettre de joindre le pont de Sèvres et Paris par le fleuve, devra attendre. Le temps que l'expérimentation soit menée côté est, à partir de 2008, jusqu'en 2010. C'est à ce moment que la deuxième partie du projet pourra être lancée à son tour. « La boucle est a été favorisée, car elle semble plus facile à exploiter. Certaines infrastructures, des escales notamment, existent déjà. Et puis, selon les études, c'est dans le Val-de-Marne que nous avons le plus d'usagers potentiels pour le transport fluvial », détaille Catherine Candelier, élue verte de Sèvres à la région. 
Le Parisien 92 - 12 juillet 2007

Dans la bataille qui opposait les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne pour l'expérimentation d'une navette fluviale sur la Seine hors Paris, le Val-de-Marne a gagné. La décision du Stif, Syndicat des transports d'Ile-de-France, à l'origine du projet, a été rendue hier.
Le lobbying exercé dernièrement, notamment la mobilisation par le conseil général d'une centaine de chefs d'entreprise pour une sortie en navette simulée sur la Seine, a probablement pesé.
Au Stif, on précise que « le déficit d'offre de transports dans ce secteur, la proximité d'un noeud de transports, la densité du secteur » ont fait la différence. A partir du deuxième semestre 2008, donc, un « véritable service public de transport fluvial », selon les termes du Stif, sera expérimenté pendant deux ans entre Bercy et Maisons-Alfort-Ecole-Vétérinaire.

« Crédibiliser l'option fluviale »

« L'expérimentation permettra de crédibiliser l'option fluviale, plus régulière et ponctuelle que la route, mais aussi moins énergivore et moins polluante », justifie Catherine Candelier, présidente du groupe des Verts et défenseur du projet au conseil régional, dont dépend dorénavant le Stif.

Le parcours. Six escales sont prévues qui desserviront au départ de la gare d'Austerlitz Bibliothèque-François-Mitterrand, puis Tolbiac (à l'aller) et Bercy (au retour), puis Ivry-Port et enfin Maisons-Alfort-Ecole-Vétérinaire. A terme, en 2010, le Stif souhaite mettre en place un vaste circuit qui permettra de relier le pont de Sèvres, dans les Hauts-de-Seine, à Maisons-Alfort.

Les horaires. En semaine, le service sera assuré de 7 heures à 20 heures. Le week-end, il fermera dès 20 h 30. Dommage pour ceux qui souhaitent, par exemple, aller au complexe cinéma Pathé, quai d'Ivry. Avec les restaurants autour, il réclame de longue date une meilleure desserte nocturne du secteur.

La durée du trajet. Selon les données du Stif, pour aller de la gare d'Austerlitz à Ivry-port il faudra compter trente minutes. Au départ de Maisons-Alfort, il faudra quarante-deux minutes pour rejoindre la gare d'Austerlitz. Enfin, pour Bercy-Ivry-Port (via Austerlitz et la Grande Bibliothèque), comptez quarante-sept minutes.

La fréquence. En semaine, les bateaux passeront toutes les vingt minutes aux heures de pointe. En heure creuse et les week-ends, la fréquence tombera à une navette toutes les trente minutes.

Le tarif. Bonne nouvelle pour les abonnés, qu'ils soient Imagine R, Navigo ou carte orange, leur titre de transport sera valable. Pour les autres, un ticket spécifique est à l'étude. Les Verts du conseil régional ont déjà demandé que le nouveau Ticket T+ (utilisable durant une heure trente avec les bus et tramways), puisse être utilisé aussi avec la navette. « Il faut un tarif attractif si l'on veut que l'expérience réussisse », insiste l'élue Verte.

Confort. Des abribus seront créés à chaque arrêt. Les bateaux, eux, seront couverts et chauffés. Le Stif ne donne pas d'objectif de fréquentation. « C'est tout l'enjeu de cette expérimentation, explique-t-on dans l'entourage du président Huchon. Il s'agit de tester la sensibilité des Franciliens à ce type de transport, à sa régularité, à son confort... »

Le Parisien 94 - 11 juillet 2007

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Région

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article