La Défense : territoire off shore

Publié le 9 Février 2007

Le gouvernement et le président du Conseil Général des Hauts-de-Seine ont des idées pour la Défense. Et ils ne se privent pas d'utiliser tous les moyens à leur disposition pour que ces idées soient mises en oeuvre.

En juillet dernier, l'Etablissement Public d'Aménagement de la Défense (EPAD), décide de "relancer la Défense" en annonçant la création de 300.000 m2 de bureaux supplémentaires, la rénovation de 150.000 m2 de bureaux et la construction de 1.400 logements. Aujourd'hui, pour mémoire, la Défense c'est déjà 3 millions de m2 de bureaux, 250.000 salariés et 20.000 habitants...cherchez l'erreur !

Pour aider les pauvres promoteurs immobiliers, le gouvernement a décidé d'exonérer de redevance sur les bureaux les surfaces rénovées. Ca tombe bien, cette redevance est perçue par la Région, donc ça ne va pas obérer les recettes fiscales de l'Etat.

Pour aider les pauvres collectivités locales concernées (Conseil Général, Puteaux et Courbevoie), l'Assemblée Nationale vient de voter en toute hâte une loi spécifique. Celle-ci créée un établissement public de gestion supplémentaire composé des trois collectivités en question. Excluant ainsi la Région. Ainsi Puteaux et Courbevoie continueront de bénéficier des taxes professionnelles sans contribuer à l'entretien. Pour aller encore plus loin, la loi exempte le secteur des procédures d'agrément : l'équilibre entre activités et habitat n'est donc pas une règle applicable à la Défense, territoire off shore.

On dit souvent que l'agenda parlementaire est surchargé, que nos députés et sénateurs n'ont pas le temps de voter certaines dispositions d'intérêt général. Là, on a trouvé le temps, déposée le 20 décembre, la loi de Monsieur Karoutchi, sénateur UMP des Hauts-de-Seine, a été adoptée le 6 février.

Alors que la Région s'apprête à voter son nouveau schéma directeur (SDRIF) qui prône un rééquilibrage est-ouest, un rééquilibrage entre activités et logements dans le secteur de la Défense, le gouvernement UMP s'arroge le droit de légiférer sur un territoire particulier pour échapper à ces principes. Bel acte de démocratie, non ?

Rédigé par Catherine Candelier

Publié dans #Région

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article